24 juin 1918

24 juin 1918

 

Reçu une lettre d’Angleterre. Après quelques considérations sur la faillite de la politique irlandaise, mon correspondant me fait un tableau assez piteux de la situation gouvernementale. « Au point de vue intérieur, cela ne va guère mieux en ce qui concerne l’administration du pays. Il n’y a pas de direction gouvernementale, tous les ministres mènent leur petite affaire, chacun à sa guise, le gaspillage est illimité et l’argent est prodigué sans compter. […]

La situation est beaucoup trop difficile pour Lloyd George et elle le serait pour des hommes d’État infiniment plus capables que lui. Je n’ai jamais pu comprendre, vous le savez du reste, comment les gens de ce pays ont pu croire qu’il était l’homme de la situation. Il se débat de son mieux dans son cabinet de Guerre où il n’y a ni militaire, ni marin, ni diplomate et dont les membres les plus influents sont un Gallois (Lloyd George (?)) et un Hollandais (Smuts). Où sont les Anglais ? Dans la presse ? Pas davantage. Le Times est aux mains d’un Hollandais mâtiné de je ne sais quoi (Northcliffe) [1] ; le Daily Mail aussi. Le Morning Post est mené par un autre Gallois ; le Daily Chronicle par un Écossais (Donald) [2] ; le Daily Express par un editor qui porte le nom éminemment britannique de Blumenfeld [3], qui a pour chef un Canadien (Beaverbrook) [4]. Sauf le Daily Telegraph et le Daily News,, Burnham [5] pour l’un et Gardner [6] pour l’autre, il n’y a pas de journaux importants de Londres dirigés par des Anglais. La presse hebdomadaire ? Dalzils [7] (Reynolds) est Écossais, Garvin [8] (Observer) Irlandais ; Bullock [9] (Graphic) Écossais. Travailliste ? Mac Donald est Écossais.

Où sont les Anglais de race et d’éducation dans le gouvernement et dans la presse ? Où alors trouver la véritable expression de la pensée anglaise ? Peut-être en province, Manchester, Liverpool, Birmingham. Il est impossible que cela dure et déjà on voit se manifester une critique assez vive du gouvernement et de sa composition dans quelques journaux de province et de Londres, dans la Westminster Gazette, mais tout cela ne mène pas loin.

Lloyd George pense toujours à faire appel au pays dans la conviction que des élections générales lui donneront une majorité écrasante dans un Parlement à sa dévotion. Tout est possible avec un électorat dont la moitié sera composée de six millions de femmes et de deux millions d’hommes nouveaux à la vie politique. Mais enfin le Parlement représentera quelque chose et ne sera pas ridicule comme le Parlement actuel qui est politiquement et électoralement sénile, ridicule et bafoué tous les jours par les ministres. Mais cela ne sera pas avant novembre.

Peut-être alors ce nouveau Parlement aura-t-il l’intelligence d’insister pour qu’on lui dise la vérité et pour affirmer et exercer son droit de contrôle et de critique. En ce moment, il faut tout accepter ou porter une muselière. […]

Il résulte de cette situation que les seuls qui fassent de la critique sont les pacifistes et autres istes qui ne sont écoutés de personne à cause de leurs exagérations et de leur parti pris. »

On me dit qu’un de ces jours il arrivera à Bordeaux quelque histoire désagréable entre la ville et les Américains. Ces derniers ont une discipline très sévère et la salubrité morale de la cité laisse beaucoup à désirer. Le trottoir est envahi. Les autorités américaines s’inquiètent vivement de ce dévergondage qui risque de contaminer leurs troupes composées d’hommes jeunes, et ils cherchent à réagir. On a vu cette chose inouïe. Le maire de Bordeaux [10] [11] a protesté par écrit contre un ordre de l’état-major américain proscrivant aux troupes l’entrée dans certains quartiers de Bordeaux. Cette protestation a fait scandale chez nos Alliés qui ne comprennent pas comment on peut subordonner l’état sanitaire et moral d’une armée à quelques réclamations des plus bas mercantis. Il n’y aurait donc rien d’étonnant à ce que nous voyions surgir un incident comme, par exemple, la mise en interdit de toute la ville.

[1] Alfred Harmsworth (1865-1921). Anglais. Grand baron de la presse, il devient lord Northcliffe en 1904. Directeur du Daily Mail (1896). Propriétaire du Daily Mirror (1903). Propriétaire et directeur du Times (1908).

[2] Robert Donald (1860-1933). Écossais. Directeur du Daily Chronicle (1904-1918).

[3] Erwin Blumenfeld (1897-1969). Directeur du Daily Express.

[4] Beaverbrook (1879-1964). Canadien. Chef du Daily Express.

[5] Harry Levy-Hawson, Lord Burnham (1862-1933). Directeur du Daily Telegraph.

[6] Gardner. Directeur du Daily News.

[7] Dalzils. Écossais. Directeur du Reynold’s.

[8] James Louis Garvin (1862-1942). Irlandais. Journaliste. Homme politique. Directeur de l’Observer. Personnalité du parti unioniste irlandais, proche de Lloyd George et de Churchill, il est influent pendant la guerre.

[9] Bullock. Écossais. Directeur du Graphic.

[10] Charles Gruet (1844-1928). Homme politique. Conseiller général de la Gironde (1889). Député républicain de la Gironde (1893-1898). Président de l’Union générale des syndicats girondins.

[11] Le maire de Bordeaux est alors Charles Gruet de 1912 à 1919.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.