23 juin 1918

23 juin 1918

 

De Caix revient de visiter les bases américaines de Bordeaux et de Saint-Nazaire. Il est plein d’enthousiasme pour les formidables travaux de nos Alliés. Tu pourras lire ce qu’il a vu dans Le Petit Parisien pour qui il a exécuté ce voyage. Il ira pour nous à Brest. Ce qu’il nous raconte est évidemment fabuleux, mais on se demande ce que deviendra la France au milieu de tout cela ! On n’entend que ce mot : si nous pouvons attendre encore X semaines ou X mois, alors la victoire sera à nous. Les Allemands ne vont certainement pas nous laisser attendre ainsi en toute tranquillité et ils doivent encore avoir quelque tour dans leur sac. C’est à cela qu’il va falloir parer et les événements du 27 mai ne nous permettent pas d’être par trop confiants. Il faut compter avec les hommes.

L’étrange attitude du gouvernement et de la paix officieuse engageant à vider Paris ne laisse pas que d’être un peu troublante. On se demande avec une certaine raison ce qu’il y a là-dessous. Craintes de quelques ministres ou bien appréhensions plus sérieuses sur la conduite des troupes ou du populaire nous exposant à de graves incidents. En tout cas, le manque de cohésion entre les ordres donnés aux commissaires et les articles de presse ne semblent pas indiquer un accord parfait entre les membres du cabinet.

On dit beaucoup que le Kaiser préparerait des offres de paix dont l’apparente modération à l’ouest reposerait sur de larges concessions à l’est. Qu’y a-t-il de vrai, je ne sais, mais cela se dit dans les milieux Quai d’Orsay.

Ce que je sens également revenir à la surface, c’est la bulgarophilie incurable et cet espoir que l’on conserve toujours de détacher la Bulgarie en lui faisant les plus larges concessions. Peut-être notre grand Berthelot (?), qui est évidemment très cher à la France, éprouve-t-il le besoin de faire là encore une nouvelle gaffe et de nous laisser rouler une fois de plus. C’est à surveiller et je regrette bien que Gauvain soit parti.

L’affaire des effectifs a atteint gravement le ministère Clemenceau. Il apparaît bien qu’on a voulu couvrir les affaires du 27 mai d’une apparente insuffisance numérique, mais les parlementaires auraient reniflé la rouerie. En tout cas, on me dit que ni Briand ni Barthou ne se soucient de prendre le pouvoir dès maintenant. Ils veulent laisser à Clemenceau le soin de liquider les affaires qu’il a commencées. L’affaire Caillaux surtout embarrasserait fort un nouveau gouvernement. Le moment ne serait pas de tout repos.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.