22 juin 1918

22 juin 1918

 

Ce sera le dernier feuillet que je t’enverrai avant ton départ et je n’ai pas grand-chose d’intéressant à te raconter pour cette clôture estivale.

Etais-tu là hier quand on nous a raconté la déclaration de Claveille au conseil municipal venu pour lui demander quelques détails sur l’examen des possibilités d’évacuation ? Moi, je suis prêt, aurait répondu l’éminent ferrovier. Je puis évacuer cent cinquante mille personnes par jour et embarquer toutes les personnes qui se présenteront et je les conduirai à cent ou cent cinquante kilomètres de Paris.

– Mais où ? lui a-t-on demandé.

– Ça, je ne puis déterminer l’endroit mais je les ferai sortir de Paris. Quant au reste cela ne me regarde pas. En entendant cela, on se demande vraiment si l’on n’est pas dans une maison de fous. Alors on laisserait cent cinquante mille personnes comme cela en plein champ, en de petites stations, sans rien pour les loger ni pour les nourrir !

Toujours les évacuations. J’ai vu tout à l’heure un des bibliothécaires de la Nationale, je lui ai demandé où en était le déménagement. Nous sommes prêts, m’a-t-il répondu, mais rien n’est encore parti. Nous avons fait environ trois cents caisses pour toute la Nationale, alors qu’il en faudrait quatre cents rien que pour les manuscrits qui sont au nombre de plus de cent mille. Naturellement, aucun manuscrit à miniatures ne se trouve dans les objets évacués. Tout cela reste ici. C’est la confirmation absolue de ce que je te disais et des ordres de M. Omont, membre de l’Institut [1].

Comme je te l’ai dit, j’ai déjeuné avec Thomson [2], mais il ne m’a rien dit d’intéressant. Il s’est longuement perdu dans des anecdotes sur Gambetta, sa mort, et une série de petits récits dans lesquels il a montré désintéressement et générosité. Je dois dire qu’il s’y est complu.

Cependant il eut un mot à noter. Nous parlions de Paris et de tout ce qu’il renferme et je faisais remarquer avec quelle désinvolture, dans certains milieux gouvernementaux, on parlait de la destruction de la capitale. « Heureusement, m’a-t-il dit, tout cela a disparu maintenant et l’on s’est rendu compte des choses. »

J’ai eu la visite de mon homme de Château-Thierry. Il déplore le manque de troupes et me cite un mot terrifiant du général de Mondésir auquel il demandait s’il croyait pouvoir empêcher les Allemands de passer la Marne : « Ils la passeront quand ils voudront, en cas d’attaque je me replierai ! » Heureusement, a ajouté mon conseiller de préfecture, que les coloniaux de Reims n’ont pas été du même avis et qu’ils ont déclaré que l’ennemi ne viendrait pas boire le champagne des caves.

Il me dit aussi qu’il est stupéfait de voir comment les Allemands se font tuer. Du côté de Bouchavesne, on a trouvé huit cents cadavres allemands alors que nos hommes n’avaient perdu que quelques unités. Il dit : c’est incompréhensible mais c’est une véritable hécatombe à laquelle ils semblent même ne pas chercher à se soustraire. Il continue à dire grand bien des Américains qu’il compare aux Anglais. On sent que ces gens-là, affirme-t-il, sont venus avec la foi. C’est quelque chose comme les croisades. Dans les camps aucun bruit, pas du tout d’ivrognerie et un courage extraordinaire. De plus, une police militaire extrêmement sévère qui ne laisse rien passer.

Tout cela, ce sont de bonnes conditions. Pourrons-nous attendre ?

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 19 juin 1918.

[2] Gaston Thomson (1848-1932). Homme politique. Proche de Léon Gambetta. Député modéré de Constantine pendant 55 ans (1877-1932). Ministre de la Marine (1906-1909), il fait construire de nombreux navires de guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.