21 juin 1918

21 juin 1918

 

Guillaumat, qui a reçu un de nos amis, lui dit que l’armée bulgare ne veut absolument plus se battre. Elle a été très éprouvée de toutes les manières et ne demande que la tranquillité. En revanche, l’armée grecque est en train de se former et de devenir une véritable armée. Ce sont là de bons symptômes. Mais l’ami en question en tire la conséquence que si les Bulgares en veulent en ce moment aux Allemands, c’est peut-être que Ferdinand, avec sa fourberie habituelle, verrait la cause allemande un peu compromise et songerait à opérer une conversion. Il va un peu vite en besogne. Il est curieux de constamment retrouver la même illusion sur les Bulgares. Elle nous a cependant coûté assez cher, cette illusion !

Néanmoins, l’opinion de Guillaumat ne me surprend pas. Il me semble que je t’avais signalé cet état de l’armée bulgare il y a deux mois au moins d’après un rapport d’agent secret qui m’avait été confié.

On me dit que Clemenceau aurait fait sa paix avec Briand et Barthou, ces derniers auraient quant à présent résolu de ne pas combattre le Tigre, et ceci à la suite de l’appel fait à Briand pour entrer dans le ministère. Tu te souviens que Briand a refusé de prendre les Affaires étrangères. Il se peut qu’ouvertement il ne combatte plus le cabinet, mais je ne vois pas que, s’il en trouve l’occasion, il ne saisisse l’occasion aux cheveux. Le travail de termite doit continuer. Un de mes collaborateurs, passant hier au coin de la rue Copernic et de l’avenue Kléber, vit s’arrêter à cet endroit une somptueuse, énorme et brillante automobile dont descendit un homme vêtu d’un ample manteau et tenant un sac à la main. C’était Briand qui rentrait. Il dit adieu à un monsieur resté dans la voiture. Mon collaborateur se rapprocha pour voir qui était le personnage, il reconnut Bunau-Varilla.

Tu avais joliment raison lorsque tu me disais que tes renseignements étaient loin de concorder avec l’optimisme officiel ou de commande dans la presse vantant l’excellent moral de nos troupes. Voici ce que j’ai recueilli hier d’un jeune soldat de vingt ans qui revient de l’Aisne : « Nos pépères, m’a-t-il dit, tu sais ce qu’on appelle les pépères, ce sont les hommes qui ont passé quarante ans, nos pépères n’en veulent plus, dès qu’on dit : sauve qui peut, c’est une cavalcade générale. Ce sont les jeunes gens seuls qui ont tenu le coup mais dans les plus héroïques conditions. » Il me raconte que sa compagnie qui fichait le camp fut reprise pas un sous-lieutenant de dix-neuf ans qui sut la ramener au combat et qui peut-être évita un désastre par son attitude car cette compagnie devait couvrir tout un mouvement.

C’est égal, après l’exemple des divisions de Lassigny, ce que dit ce jeune homme des « pépères » n’est pas très rassurant.

Je reçois d’Espagne le récit d’une entrevue de mon correspondant avec Gabriel Maura [1] (fils du président). Maura dit qu’il croit à la fin de la diplomatie secrète et qu’il le regrette pour l’Espagne. Si la diplomatie se fait au grand jour, c’est la question de Gibraltar qui passera au premier plan ; la revendication de Tanger, que les politiciens considèrent comme fondamentale, essentielle, sera le fait d’une « élite » (sic) et partant, paralysée par le courant populaire pour qui Gibraltar est tout et Tanger rien. Pour Gabriel Maura comme pour son père, l’Espagne n’est pas neutre, elle est abstentionniste. Cette situation sera intenable au lendemain de la guerre. Il faudra opter, et la place de l’Espagne est aux côtés de l’Entente. Entre l’Angleterre sur mer et la France sur terre, l’Espagne est « tapie » (sic) et en sécurité. Aux côtés de l’Allemagne au contraire, et en hostilité avec ses voisins, elle est astreinte à un rôle de gendarme aussi onéreux qu’ingrat. En outre, l’Allemagne n’a pas d’amis et n’a que des esclaves. « La façon dont elle traite l’Autriche montre de quelle façon elle traiterait l’Espagne qui est une puissance beaucoup moindre. » Je reçois de l’évêque de Saint-Brieuc [2] à qui j’avais, sur sa demande, présenté Milewski, une lettre me remerciant de le lui avoir adressé. Il a trouvé « non seulement un homme charmant mais un esprit très élevé et d’une culture peu commune. Les deux entretiens qu’il a eus avec lui l’ont absolument ravi. » Évidemment Sa Grandeur a dû être plutôt épatée de voir un homme aussi prodigieusement au courant. Je doute qu’il en passe souvent comme cela dans la capitale des Côtes-du-Nord.

En voilà assez pour aujourd’hui, mon vieux, tu es obligé de me prendre à hautes doses.

Amitiés.

Et

[1] Gabriel Maura (1879-1963). Espagnol. Fils d’Antonio Maura (1853-1925). Historien. Homme politique. Député puis sénateur. Ministre du Travail. Président du Conseil (1903-1922).

[2] L’évêque de Saint-Brieuc est alors Mgr Jules-Laurent Morelle de 1906 à 1923.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.