20 juin 1918

20 juin 1918

 

Je reviens encore à cette affaire de l’offensive du 16 avril. Il est certain que, petit à petit, elle fait son chemin et que les esprits sont travaillés par je ne sais quelles influences. Le héros de l’affaire n’est qu’un minus habens et c’est peut-être la raison de cette extension qui aboutira sûrement à des violences. Il y a de sourdes complicités, je vais t’en citer un exemple.

La Rue François-Ier a édité un almanach de 1918 destiné à la propagande. Je ne l’ai pas lu mais on me dit qu’il y a ceci : Le général Nivelle décida une offensive qui aurait pu donner des résultats heureux, mais elle fut arrêtée par M. Painlevé, ministre de la Guerre. Il faut attendre pour juger que, etc., etc. Tu vois avec quelle perfidie le coup est porté, et c’est une brochure que l’on distribue comme propagande partout.

D’autre part, les amis de Nivelle se sont agités pour persuader au public que l’ancien généralissime allait être nommé à une armée et il n’en était rien. Aujourd’hui, les reporters reviennent du ministère de la Guerre en disant que l’on prétend dans l’entourage de Clemenceau que Guillaumat remplacerait Pétain. Je doute fort que le Tigre ait fait pareil projet mais tu vois comment l’on procède. Petit à petit l’autorité de Pétain est sapée et le public s’habitue à penser que le généralissime peut être changé et doit l’être.

Que va devenir le pauvre Cambon avec la nomination d’André Tardieu [1] ? Il ne pèsera pas lourd à côté du redoutable lutteur. Du reste, ce qui lui arrive est bien un peu de sa faute. Dominé au Quai par Berthelot, il n’a su qu’accepter et subir une situation complètement effacée dans laquelle un homme ayant son passé n’aurait pas dû rester. Son devoir eût été de prendre sa fonction au sérieux et de mettre le ministre, qui était Briand, en demeure de lui dire si sa présence était utile ou pas. Et si elle ne l’était pas, de se retirer, mais jamais en aucun cas rester l’employé obscur dans un bureau où aucune affaire ne venait. Avec Ribot, il eût pu jouer son rôle mais il était trop l’ami du grand Alexandre. Les amis de ce dernier ont toujours tort.

Relégué dans les petits appartements du ministère de la Guerre, il a continué à avoir un poste mal défini dont la raison d’être ne semblait pas s’imposer [2].

Que va-t-on faire de lui ? D’aucuns disaient qu’on le gardait pour le jour où l’on commencerait des conversations. La première avec Sixte n’eut pas de bien brillants résultats.

À demain, old man, nous reprendrons la conversation.

Ton vieil

Et

[1] André Tardieu est nommé haut-commissaire de la République aux États-Unis.

[2] Le titre du poste de Jules Cambon est « conseiller des affaires américaines » après un arrangement avec Clemenceau. Il est installé dans les bureaux du ministère de la Guerre rue Saint-Dominique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.