19 juin 1918

19 juin 1918

 

Un récit d’Étienne, l’ancien ministre, est bien indicatif de l’état d’esprit qui régnait dans l’armée avant l’attaque du Chemin des Dames.

La veille ou l’avant-veille, soit le 25 ou 26 mai, on annonce Gouraud chez Étienne. Ce dernier le reçoit. Le général lui dit qu’il a eu un furoncle et qu’il est venu se faire soigner à Paris, que maintenant cela va bien, on l’a ouvert, antiseptisé, etc. Ces détails de santé épuisés, on cause de la situation générale. Étienne demande à son visiteur des nouvelles de son armée. Mon armée, répond le général, mais je n’en ai plus. On me l’a retirée pour l’envoyer dans le Nord. Je n’ai plus personne, mais cela n’a aucune importance car je n’ai personne devant moi. Que dis-tu de cela ? Tout le monde attend une offensive ennemie puissante, on sait qu’elle peut se déclencher d’une heure à l’autre et voici un excellent général qui soigne un furoncle à Paris et qui déclare ne plus avoir d’armée et qu’il n’a aucun ennemi devant lui ! J’avoue qu’en entendant cela, je suis resté abasourdi, et ce qui aggrave peut-être la chose encore, c’est cette visite un peu courtisanesque à un homme politique.

Comme, en ce moment, on déménage toutes les richesses françaises, Lafferre [1] s’est avisé, on le lui a peut-être dit du reste, qu’il y avait quelque part dans Paris un endroit où étaient concentrés des quantités de vieux bouquins qui présentaient une valeur inestimable. Lafferre fait venir Homolle [2] et lui prescrit d’avoir à évacuer la Bibliothèque nationale. Homolle en réfère à Omont [3] lequel est un moyenâgeux rempli de dédain pour toute la littérature moderne. Je te donne en mille à quelle époque il fait partir le moderne. Au XVe siècle ! ! Omont réunit ses chefs de service et leur déclare qu’il faut mettre à l’abri les choses les plus précieuses de la Bibliothèque nationale, par conséquent on emballera tout ce qu’on pourra jusqu’au XVe siècle. On pourra laisser le reste qui n’a pas le même intérêt.

Un des bibliothécaires demande ce qu’on devra faire des précieux manuscrits à enluminures, et tu sais quelles merveilles nous possédons.

Homolle répond qu’on les laissera, car c’est de l’art, partant sans intérêt.

Remarque que cette réponse est textuelle !

Confidentielle

Je viens d’avoir, par un quidam qui y a été mêlé, le récit du départ de Constans [4] de Constantinople, ou plutôt des circonstances dans lesquelles l’ambassadeur a été remercié. Pichon regnante.

Le ministre a envoyé à Constans un véritable réquisitoire dans lequel il avait accumulé tous les griefs possibles, réquisitoire aussi injuste que mal établi et mal charpenté. Constans y aurait répondu par une lettre admirable, paraît-il, et de forme impeccable qui constitue le véritable testament politique de Constans. Point par point, il répond à Pichon. Il commence par lui dire que certainement il n’est pas aussi brillant, aussi élégant qu’il est de tradition dans la diplomatie mais qu’il possède cette vieille qualité gauloise qu’est le bon sens. Puis, après s’être justifié sur le terrain des affaires, il parle des Jeunes-Turcs. Attendez l’avenir, dit-il, et vous verrez que ces gens que vous prisez si fort deviendront vos pires ennemis.

Comme dans sa lettre Pichon ajoutait qu’il l’avait soumise à l’approbation du Conseil des ministres, Constans a adressé copie de sa réponse au président Fallières en lui disant que, puisqu’on avait donné lecture du réquisitoire, il n’était pas sûr qu’on ferait connaître sa réponse au même Conseil et aux mêmes ministres.

On me dit que le Sénat Haute Cour, sortant de ses attributions et ne trouvant rien dans les accusations de L’Action française contre Malvy, voudrait incriminer l’ancien ministre et créer des crimes qui ne sont même pas prévus par la loi. Si cela était, il faudrait nous attendre à être traînés dans la boue par le feuille royaliste car, certainement, nous protesterions. Qu’en penses-tu ? S’il a commis des choses infâmantes, ce n’est pas une raison pour violer la loi.

Ton vieil

Et

 

J’ai déjeuné avec Deschamps mais je n’ai pu que très peu causer, étant talonné par cette maudite heure.

[1] Louis Lafferre (1861-1929). Professeur de l’enseignement secondaire. Homme politique. Député radical socialiste de l’Hérault (1908-1909). Franc-maçon militant. Ministre du Travail (1910-1911) et ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (1917-1919).

[2] Jean-Théophile Homolle (1848-1925). Normalien, membre de l’Institut. Directeur de l’École française d’Athènes (1891-1913). Directeur des musées et de l’École du Louvre. Membre de l’Académie des beaux-arts.

[3] Henri Omont (1857-1940). Docteur ès lettres. Inspecteur général des bibliothèques chargé de la direction du catalogue des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Conservateur des manuscrits à la Bibliothèque nationale. Membre de l’Institut.

[4] Ernest Constans (1833-1913). Diplomate. Ambassadeur de France à Constantinople (1898-1909). Homme politique. Député centre gauche de la Haute-Garonne (1876-1880). Ministre de l’Intérieur (1880-1881). Franc-maçon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.