18 juin 1918

18 juin 1918

 

Mon vieux Pierre,

 

Tu as vu qu’il y avait eu ces jours derniers beaucoup de raffut à la Chambre à cause de la question des effectifs. Clemenceau ne s’était pas trouvé d’accord sur les chiffres donnés à la commission de l’Armée et à la commission des Affaires extérieures. Qui trompe-t-on ici, s’était écrié l’opposition qui n’avait pas tort. On s’était monté, on s’était fâché et Dalbiez devait interpeller. Mais voici que tout s’est arrangé et j’ai oublié de t’en parler hier. Clemenceau et ses adversaires ont trouvé un bon terrain de conciliation. Le président du Conseil déclare qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Il avait pris le nombre de baïonnettes et les autres avaient pris le nombre de rationnaires. Comme cela, tout le monde a raison dans le meilleur des mondes et l’interpellation sera ajournée.

Comme je te l’ai dit, j’ai déjeuné ce matin avec l’ami Henri Bousquet. Il est mêlé comme tu le sais à tout le mouvement financier et industriel qui gravite autour de la guerre. Que d’histoires ! Que de lamentables preuves de notre incapacité, de notre incohérence, et comme tout cela vous laisse désespéré sur l’avenir. Veux-tu un exemple ? Henri Bousquet est président de trois usines ; l’une d’elles est très importante, c’est une usine de radiotélégraphie. Ordre de l’Armement d’évacuer. On cherche en province, on trouve trois sièges, l’un à Marseille, le second à Lyon, le troisième à Rochefort. On se prépare, tout est prêt. Le directeur va trouver le chef du service, commandant de carrière, et lui demande les camions. Que crois-tu que lui répond ce potentat ? Votre usine, je m’en f… je procède à une enquête pour savoir combien de wagons il faudra pour toute l’industrie. Quand cette enquête sera terminée, je verrai ce dont je pourrai disposer de wagons au prorata. Vous avez besoin de quarante camions, peut-être en aurez-vous « tant », ceux qui auront besoin de dix auront « tant », etc. Outré, le directeur en réfère à son conseil. Il est l’ami de Dalbiez, il en référera à celui-ci. On lui donne l’autorisation de faire la démarche. Dalbiez demande : c’est bien le commandant Doran qui vous a répondu, n’est-ce pas ? Je vais lui téléphoner.

– Commandant Doran, c’est bien vous qui avez répondu dans tel sens au directeur de la Radiotélégraphie ?

– Certainement.

– Eh bien, je suis M. Dalbiez et si, dans 48 heures, satisfaction n’est pas donnée, j’interpellerai le ministre de la Guerre en lui faisant observer que vous avez mis à la disposition d’une dame de vos amies deux wagons pour emporter son mobilier.

– Mais ces messieurs ont mal compris, je suis à leur disposition, etc., etc.

Dalbiez dit au directeur : Allez trouver le commandant, il vous attend. En effet ces messieurs ont eu leurs wagons et tout est parti depuis samedi. Mais quelle effroyable chose. On n’ose même pas formuler jusqu’où va la pensée et les sanctions que mériterait semblable conduite. Et quand on pense que c’est comme cela du haut en bas de l’échelle, on reste complètement démoli.

Henri Bousquet a causé avec un vieil ami à lui [1] qui est le second de Tardieu. Il lui a dit des choses assez intéressantes sur la genèse du concours américain. Les Américains ont commencé par être stupéfaits de voir que dès qu’ils ont eu déclaré la guerre, les Allemands n’ont pas aussitôt cédé et demandé la paix. Ils croyaient dur comme fer qu’ils s’inclineraient devant cette formidable chose qu’était l’état de guerre avec l’Amérique.

Après cela, Joffre et Viviani sont venus aux États-Unis et ils ont eu une seconde stupéfaction. Nos envoyés leur demandaient des hommes. Comme on leur avait toujours dit que nous regorgions d’effectifs, que les Anglais et nous avions des hommes à n’en savoir que faire, que nous avions sur notre front une immense supériorité en hommes, ils ont cru à une blague et ils n’ont fait de ce côté-là aucun effort, réservant tout pour le matériel. Après le 21 mars, ils se sont rendus compte que la pénurie était réelle et ils ont fait l’effort que tu connais.

Henri Bousquet fut très intéressant aussi sur Berthelot avec lequel il fut au collège. Quand on a vécu trois et quatre ans avec un individu, on finit par le connaître. Le grand diplomate actuel passait au lycée pour être fort peu intelligent et des traits assez curieux nous sont cités. C’était un crétin, nous dit Henri Bousquet, il jouissait néanmoins du prestige de son père [2].

De la famille, c’est André qui est le plus intelligent mais aussi le plus amoral. Philippe (celui du Quai) sortant d’un entretien avec son frère, disait : « Il me tue, il exige des choses affreuses, je ne puis plus lui céder mais j’y suis obligé. » Et le même André a dit à Henri Bousquet : « La vie est courte et ne se survit pas. Il n’y a ni principe, ni morale, ni rien. »

Voilà dans quelles mains se trouve la politique de la France.

Bousquet me répète les histoires que m’avait racontées Roume [3] et que je t’ai répétées en leur temps. Il y ajoute du reste les choses qu’il a vécues et qui rendent tout cela plus saisissant encore.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Marcellin Berthelot (1827-1907). Chimiste. Homme politique. Sénateur inamovible (1881-1907). Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (1886-1887). Ministre des Affaires étrangères (1895-1896).

[3] Ernest Roume (1858-1941) est conseiller d’État. Il s’occupe de la banque d’Indochine (Cf. lettre du 8 mars 1918) et s’oppose au projet de privilèges accordés à la Banque industrielle de Chine (Cf. lettre du 19-20 mars 1918).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.