17 juin 1918

17 juin 1918

 

On me dit que les Américains s’installent à Beaune, et leurs organisations inquiètent vivement le pays. On réquisitionne, on construit des bâtiments et la rumeur publique prétend que, dans ce pays si riche par ses vignobles, nos alliés vont installer des filatures. Des filatures dans une contrée de vins, cela ne va pas sans troubler la population et cela se comprend.

Puisque nous parlons d’usines en province, la plus grande incohérence semble régner dans l’évacuation des établissements situés à ou près de Paris. Voilà ce que je viens de recueillir du chef d’une de nos plus importantes fabriques de munitions.

Ordre du ministère compétent : Il faut se rendre dans le plus bref délai en une province X où des emplacements sont réservés. L’usine demande alors à l’Armement, se basant sur l’ordre formel des Munitions, que des camions soient mis à sa disposition. Les Munitions répondent d’abord que l’on n’a pas de camions puis, finalement, en fournissent. L’évacuation commence, on arrive à X. Stupéfaction, c’est un terrain nu, il n’y a pas le moindre bâtiment. Il faut chercher ailleurs !

La même mésaventure, ou quasi la même, est arrivée à la portion des usines Creusot qui fut si fort brutalisée par la Bertha. On évacue ces ateliers sur Autun, mais là, on a trouvé les locaux déjà occupés et tout le bibelot a dû se replier sur la maison mère. Je te complète ainsi l’information que je te donnais hier sur les promotions de généraux.

1ère armée      : Debeney [1]

2e armée         : Hirschauer                Antoine

3e armée         : Humbert                        ?   (douteux)

 

4e armée         : Gouraud

5e armée         : Buat Nivelle ?

10e armée       : Mangin                    ou de Mestre

 

6e armée         : Desgouttes

7e armée         : de Boissoudy [2]                     Castelnau

8e armée         : Gérard

 

Comme tu le vois, les généraux de groupes me semblent encore douteux. Il est certain que la nomination de Nivelle ferait dans l’armée un effet déplorable. Avec Clemenceau on peut tout de même s’attendre à une mesure de cette nature.

De Londres je reçois une lettre intéressante disant que nos articles des 8, 9 et 10 ont été beaucoup remarqués mais que la grande presse britannique fait la conspiration du silence non par « ordre », la presse britannique ne reçoit pas d’ordre, mais par « inspiration », ce qui est bien différent, et par crainte du décret spécial, ce qui aussi est différent. Il n’y a que la presse ouvrière qui en parle, le plus souvent dans un sens purement pacifiste et non dans ce qu’on peut appeler le sens « Lansdownien » qui se rapproche le plus de notre Auguste Gauvain. Cependant, comme tout finit par se savoir, les articles publiés à Paris ces jours-ci font leur petit bonhomme de chemin.

D’après notre correspondant, si l’on s’en rapportait aux articles de la presse en général, on aurait une idée fort inexacte de l’opinion britannique car l’on n’y voit d’un côté que des outranciers et de l’autre que des défaitistes, pacifistes et autres istes. Comme on le sait, cela est contraire au tempérament britannique tout de moyennes, de transactions, de concessions. Et la guerre n’a pas encore transformé complètement la nature et le tempérament britanniques. Les Anglais sont sur le bateau et ils savent qu’il faut naviguer jusqu’à un port ou couler. Si l’on ne peut aborder à la destination primitive, il faudra cependant aborder dans un port quelconque qui puisse offrir un abri confortable. C’est le sentiment de l’immense majorité des gens pour qui la guerre n’est pas une carrière. Il y a trop de gens qui ont intérêt à ce que l’état de choses actuel se prolonge. Non pas seulement les gros industriels et les commerçants qui rançonnent leurs concitoyens, mais beaucoup de gens qui sont dans les munitions et gagnent trois, quatre, six fois plus qu’avant la guerre. Cette énorme armée de fonctionnaires improvisés de tout ordre qui sont grassement rétribués, confortablement embusqués, et pour qui la paix sera la mort de la poule aux œufs d’or. À côté de cela, il y a les gens dont la diplomatie a ourdi des filets dans lesquels ils sont pris et dans lesquels ils ont pris les autres et dont ils ne peuvent sortir.

Ce faisceau d’intérêts, formé de gens qui d’ordinaire n’ont rien de commun mais que lie la crainte de perdre soit un gros revenu soit une grosse situation, est inattaquable et inattaqué parce que la seule arme avec laquelle on pourrait l’entamer, la presse, n’existe plus et que l’opinion publique ne peut plus se faire entendre. Les deux seules voix qui s’élèvent étant celles des outranciers qui tiennent tout et des istes qui sont discrédités à cause de leurs opinions extrêmes. De l’autre côté, la masse des « moyens », dont on ne s’occupe que pour en tirer hommes et argent, est sans défense et sans voix.

Entre temps, on flatte et on intimide la presse, on la félicite de sa discrétion et on lui montre les verges. Ceux qui osent dire la vérité sont mis à l’index comme des criminels ou considérés comme des pestiférés et tous confondus dans la même catégorie, qu’ils soient des Bolos ou simplement des gens qui ont encore conservé le sentiment de la proportion ou même, tout bonnement, un peu de sens commun.

Comme tu le vois, que ce soit d’un côté ou de l’autre du détroit… Mais quel bloc à soulever avant qu’ait lieu The return to sanity.[3]

Ton

Et

 

[1] Marie-Eugène Debeney (1864-1943). Il commande la 1ère armée pour l’offensive à Montdidier depuis 1917.

[2] Antoine Baucheron de Boissoudy (1864-1926). Militaire. Chef d’état-major général commandant la 7e armée (1917-1918), puis les armées françaises en Belgique (15 octobre 1918 jusqu’à l’armistice).

[3] En anglais : « Le retour à une situation saine ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.