16 juin 1918

16 juin 1918

 

Ce que c’est que la suggestion. J’ai déjeuné ce matin avec un homme qui n’est pas sans valeur ni sans talent, qui est Charles Maugras dont certainement tu as lu des ouvrages d’érudition [1]. Il me questionne sur l’offensive du 16 avril et lorsque je lui eus dit ce que j’en pensais, il me dit : « Vous me faites plaisir car je partageais votre opinion, mais on m’a fait lire divers documents dont un rapport qui m’avait troublé. Mon fils, au contraire, qui a pris part à cette offensive, m’avait donné des détails tout à fait conformes aux vôtres. »

Voilà donc un homme qui, renseigné par un témoin, était troublé par les récits qu’on lui faisait ces temps derniers et les documents que l’on se fait passer en sous-main. Ab uno disce.

Il y avait aussi à déjeuner, j’étais du reste invité par lui, un vieux camarade chef de bureau aux Finances [2]. C’est un bon bourgeois parisien rempli de bon sens. Il me supplie de faire quelque chose pour maintenir le moral du public très ébranlé par l’incohérence gouvernementale. Il me dit, ce que je sais hélas depuis le début, qu’autour du président du Conseil, il y a des gens qui tremblent dans leurs culottes, qui poussent au départ alors que la population ne demande qu’une chose, c’est à trouver dans son gouvernement les éléments d’une confiance qu’elle n’a jamais perdue. Il me signale que dans les ministères il y a des chefs de divisions, directeurs généraux qui voudraient bien qu’une mesure générale vint couvrir leurs désirs de fuite. C’est à tout ce monde-là qu’on doit les articles de journaux invitant à l’exode alors que les commissaires de police, les gares de chemin de fer, etc., font toutes les difficultés du monde pour délivrer les permis. Le renouvellement même des permis d’autos, simplement pour les gens qui, habitant les environs et ayant leurs affaires à Paris, prend un tel temps, est l’objet de tant de formalités qu’on est obligé d’y renoncer.

Je t’avais dit que ce n’était pas seulement les hommes d’âge du ministère qui se montraient les plus disposés à l’abandon de Paris mais les plus jeunes. Témoin L. C’est à ce dernier, m’a dit hier au soir un informé, que l’on doit pour beaucoup l’abandon de nos lignes de l’Aisne. Il aurait fait venir trois cent mille hommes pour protéger le bassin charbonnier alors que cent mille auraient largement suffi. Dans une certaine mesure, et en tenant compte des terribles responsabilités qu’on aurait encourues si nos dernières mines avaient été capturées, l’affolement et l’exagération se comprennent.

Longue conversation ce matin avec la présidente du Suffrage des femmes, Mme de Witt-Schlumberger. Ces dames sont très surexcitées par les paroles du président Wilson. Elle me demande de publier leur lettre au dit président. Elle me parle du rôle des femmes pendant cette guerre et estime qu’il serait vraiment abominable, après la cessation des hostilités, qu’on ne tint pas compte des capacités féminines qui se sont montrées si énergiques, si efficaces un peu dans toutes les branches de notre activité. Elle se demande si on continuera à donner raison au bistrot contre le suffrage féminin. Je lui dis que, pour le moment, la ligue doit rester sur le terrain des immenses services rendus par les femmes, hôpitaux, assistance, agriculture, mais de ne pas poser la question en face du bistrot. Celui-ci est le grand électeur, s’il doit se défendre il fera marcher la Chambre qui opposera un veto formel aux revendications. Le terrain des services rendus, des capacités éprouvées sera beaucoup meilleur. Le Bistrot [3] tient une place trop grande dans ce que l’on est convenu d’appeler les « consultations du pays ». N’ai-je pas raison ?

J’aimerais du reste bien trouver quelqu’un qui me ferait une série de lettres sérieuses et étudiées sur le rôle de la femme pendant la guerre. Ce serait, je crois, de nature à nous faire livre (?). Mais il faudrait quelqu’un de supérieur qui ne nous encombrerait pas de sentiments puérils et de banalités. Peut-être une campagne de ce genre, dans les limites du bon sens, nous assurerait-elle une clientèle assez nombreuse.

Tu as suivi sans doute l’affaire Cochin-don Besse [4], l’histoire de cet ecclésiastique préposé au contrôle postal qui documentait le moine intrigant. Don Besse ne vaut pas cher, il logeait chez les sœurs de la rue de Monsieur [sic]. On a perquisitionné chez lui. Toutes ces histoires et la personne même du moine ennuyaient beaucoup les saintes femmes, aussi l’ont-elles prié de déguerpir. Je viens de recevoir une lettre signée d’un prêtre un peu entaché de modernisme et, pour cela, persécuté par les don Besse, et, loin de chercher à innocenter l’Église, il nous raconte que les procédés employés par Cochin étaient les mêmes contre les religieux suspects d’avoir les idées nouvelles. Je ne publierai pas cette lettre pour ne pas fournir d’aliments à la campagne en cours, mais je note avec intérêt l’accusation.

L’article de Maurras est bien curieux à lire là-dessus aujourd’hui. Il tire argument de ce que don Besse ne recevait pas les documents eux-mêmes, mais des copies. Jolie excuse pour un homme à qui était confié le secret des correspondances.

Ton vieil

Et

[1] Charles-Gaston Maugras (1851-1927) est notamment l’auteur d’ouvrages d’érudition sur l’histoire du XVIIIe siècle.

[2] Non identifié.

[3] Il s’agit du bistrot de l’Assemblée nationale.

[4] Don Jean-Martial Besse (1861-1920). Moine puis supérieur de l’abbaye de Ligugé. Historien monastique. Il fait de longs séjours à Paris chez les bénédictines de la rue Monsieur, Paris, VIIe, dont il est l’aumônier. Il devient vers 1910 un fidèle collaborateur de Charles Maurras et tient la chronique religieuse de L’Action française sous le pseudonyme de Jehan.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.