15 juin 1918

15 juin 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Journée encore très calme, sans grandes nouvelles ni renseignements particulièrement intéressants. J’ai reçu une lettre d’Henry Bordeaux du GQG. Il n’y a que cette phrase sur la situation générale :

« Je reviens des armées, la partie est grave. Elle peut se gagner mais il faut utiliser à fond et tout de suite les contingents américains dont l’élan est remarquable [1]. »

Toujours la même note, en haut comme en bas. Bordeaux qui est près des grands parle, somme toute, comme les trois pauvres officiers évacués, mais d’une façon moins poignante.

Lettre du neveu, naturellement sans détails, mais, au 13 juin, tout était tranquille de leur côté. On vient de me dire d’un autre côté que les Allemands font pression sur les Autrichiens pour les mener à l’offensive. Ils voudraient beaucoup occuper le nord de l’Italie non pas seulement au point de vue militaire mais aussi pour récolter le riz. On estime qu’avec un effort des trois-quarts inférieur à celui qu’ils viennent de faire chez nous ils arriveraient à leurs fins. Seul l’état intérieur de l’Autriche peut empêcher la réalisation d’un plan qui les mènerait très vite à la Spezia [2], et alors une base sur la Méditerranée !…

Guillaumat est arrivé. Il a pris la direction des services du gouvernement de Paris. Je le crois tout de même très supérieur à Dubail. Il est actif et on peut espérer quelque chose de lui.

Sur ce papier tout à fait creux, je te quitte mon vieux et à demain.

Et

[1] Henry Bordeaux prépare un projet d’ordre du jour : « […] Vous avez avec vous ces jeunes troupes d’Amérique dont l’ardeur vous rend l’enthousiasme. […] », 14 juin [1918], Histoire d’une vie, t. VII, La Victoire et le Traité de Versailles.

[2] La Spezia est un port italien, en Ligurie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.