14 juin 1918

14 juin 1918

 

Uniquement pour marquer la date [1]. Rien de très intéressant depuis notre entrevue. Cependant, à 3h, visite du brave Denys venu me parler surtout de son livre sur Louis-Philippe [2]. N’ayant que quelques minutes, je n’ai pu causer suffisamment avec lui. Je m’attendais à ce qu’il me parle de l’article « à propos d’une campagne » car tu sais à quel point il est dans l’affaire. À ce propos, je me demande si je ne ferais pas bien de lui montrer la lettre de cet officier qui me transmit le jugement de son gendre sur la préparation Nivelle. Ce serait sans doute de nature à le refroidir.

S’il ne me dit rien de cet article, en revanche il me fait grand éloge des articles de Gauvain. Il lui a même écrit pour le féliciter. Il a constaté que ces articles avaient complètement modifié le ton de la presse. Il me paraît être sur ce point beaucoup plus sage et clairvoyant qu’on ne s’y serait attendu. Tu sais qu’il y a ici un M. Couderc qui est un grand avocat d’Amérique et qui possède toute la confiance du président Wilson. Lechartier me l’avait envoyé il y a deux ans. Mais cette fois, ce Couderc a une mission, il doit renseigner le président sur les sentiments vrais de la France et les opinions des gens qui comptent chez nous sur l’avenir, la paix possible, etc. Couderc a demandé à Cochin : Que diriez-vous au président Wilson ? Comme catholique vous auriez certainement du poids auprès de lui. Cochin m’a dit quelle avait été sa réponse, je ne suis pas assez sûr de ma mémoire pour te la répéter, mais elle m’a paru sensée. En tout cas, l’opinion de notre ami est très nette et c’est, je crois, le fond de ce qu’il a dit à Couderc. Si les Américains veulent continuer la guerre avec une armée française complètement épuisée et décimée, ce sera la fin de la France sûrement si peut-être c’est la victoire.

Pour Cochin, le bombardement ou la prise de Paris marquerait également la fin de notre pauvre pays. Ruinée économiquement et financièrement, son sol ravagé, la France perdrait, avec Paris, la seule chose qui pourrait encore dans l’avenir la faire vivre. Elle cesserait d’être la patrie des arts, des idées et du goût dans laquelle, malgré la détresse matérielle, le monde entier est attiré. Pour Cochin, Paris reste bien au-dessus de l’Alsace.

Le bon Denys était à peine parti que de Caix m’est arrivé. Pour lui, Gauvain a eu un ton trop violent dans ses articles, violent n’est pas le mot car, en même temps, de Caix disait que ses articles sentaient la dépression. Il estime qu’ils étaient intempestifs et leur allure aurait pu faire croire, et a fait croire à certains, qu’ils étaient pacifistes. De Caix croit beaucoup à l’Amérique et à la victoire par elle. Il est persuadé que, grâce à elle, nous serons victorieux et que la résistance nous amènera à une paix honorable pour nous. Il est persuadé que si nous tenons, des conditions favorables seront offertes par les Allemands eux-mêmes. Je lui demande si les Alliés sont d’accord sur les conditions auxquelles on pourrait faire la paix. Il ne m’a rien répondu. Si les articles de Gauvain ont réussi à faire réfléchir les Alliés là-dessus, ce serait déjà une bien grande justification de leur utilité. Ils ont été, j’en suis sûr, encore plus utiles que cela… Cochin, tout à l’heure, s’émerveillait que L’Homme libre nous ait complètement emboîté le pas.

Notre A.L. [3] qui, hier, était d’une violence abasourdissante, nous est arrivé aujourd’hui très radouci. Il avait appris de quelqu’un très renseigné, nous a-t-il dit, que Foch était enfin relégué au rang de vieux bonze et que l’affaire était conduite par Pétain. Il conserverait son titre de généralissime mais c’était Pétain qui dirigerait.

Amen.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas le dîner des Débats dont parle François de Wendel : « Dîner des amis des Débats. Nalèche assez noir, peu de confiance dans les Anglais. » François de Wendel, Journal, 14 juin 1918.

[2] Louis-Philippe, d’après des documents inédits, Hachette, 1918, 285 p.

[3] Il s’agit d’André Liesse (1854-1944). Cf. lettre du 13 juin 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *