13 juin 1918

13 juin 1918

 

Matinée très sombre. Tout le monde était à la noire et, brochant sur le tout, notre ami de l’Institut [1] est venu avec la douceur que tu connais faire le procès de tout et de tous. Il avait eu hier le récit de la prise du Chemin des Dames et des conditions dans lesquelles elle avait eu lieu, alors tu entends d’ici le débordement.

Je suis allé déjeuner au comité polonais invité par Zamoÿski qui voulait me faire connaître les têtes du mouvement, entre autres Demowski [2] qui en est l’âme avec Seyda. Ils sont installés dans un très gentil hôtel, 11 bis, avenue Kléber, qui possède un jardin fort agréable. Nous avons causé de l’avenir de la Pologne. Demowski me paraît être très intelligent et ne pas porter Berthelot dans son cœur, pas plus que Briand du reste. Cependant il ne rend pas ce dernier responsable des fautes politiques commises, mais son éminence grise.

Demowski, après m’avoir exposé la situation depuis les élections de 1907 en passant par celles de 1911 faites sous la formidable pression du gouvernement autrichien, m’a montré que la députation actuelle ne représentait guère la nation polonaise puisqu’elle avait été envoyée à Vienne en 1911 et que ses pouvoirs avaient été prorogés. Néanmoins, il excuse leur attitude car, dit-il, il faut éviter l’irréparable et l’irréparable serait un morcellement que plus tard l’on aurait la plus grande peine à recoller. Les hommes ne sont pas sûrs de la victoire de l’Entente et on comprend qu’ils cherchent une contre assurance. On ne peut donc pas les blâmer complètement. Ces messieurs me paraissent espérer qu’aux mouvements de Prague et d’Agram succéderont des mouvements à Cracovie.

Je ne sais comment le nom de Fels est venu sur les lèvres de Zamoÿski. Il l’avait vu, je crois, hier ou avant-hier. Il me parle de son livre et me dit qu’il n’a pas eu le courage de le lire. Demowski a causé avec lui et, de suite, Fels lui a expédié son livre en lui disant qu’il viendrait lui demander conseil pour un ouvrage qui est sur chantier. Demowski ajoute que c’est bien ennuyeux car pour parler à quelqu’un de ses œuvres, il faut au moins les avoir lues. Il conclut en me disant : les gens qui, ici, raisonnent sur l’Autriche commettent une étrange erreur. Ils se figurent qu’en Autriche on parle et on raisonne en langue autrichienne… C’est tout le contraire.

Tout ce que je te dis là ne t’intéressera peut-être pas beaucoup mais, tout de même, il y a un petit point de curiosité à connaître ces foyers de politique d’indépendance des nations.

Je voudrais pouvoir te dire tous les noms, j’avoue ne pas les avoir retenus. En plus des Polonais, Russes, il y avait un Autrichien et un Posnanien, plus un major américain, Polonais de nationalité mais né aux États-Unis. Ce n’est pas le moins curieux de tous. Tout à fait Polonais de cœur et de dévouement, il n’en est pas moins yankee. Il est, me disait Demowski, comme un édifice dont les fondations seraient polonaises et tout le reste américain. Quand on lui parle de l’éventualité de la prise de Paris, il entre dans une rage folle et déclare que, jamais les Américains étant là, pareille catastrophe ne pourrait arriver.

Pour le reste, mon vieux, je ne te dis rien. Je suis assailli par des gens qui s’affolent et se figurent sans doute que je suis prophète. Que diable veux-tu que je leur dise ?

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit d’André Liesse (1854-1944), élu en 1912 à l’Académie des sciences morales et politiques.

[2] Roman Demowski (1864-1939). Polonais. Nationaliste.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *