12 juin 1918

12 juin 1918

 

Coup de téléphone de Painlevé. Il demande à me voir et sera là dans une demi-heure. Il était 10 h 45 et n’arrive qu’à midi. J’allais lui laisser un mot d’excuse. Il commence par me remercier de l’article « admirable » que nous avons fait et qui rétablissait la vérité « sans ouvrir aucune polémique ». Il veut voir Bidou car il commence à se demander s’il ne devrait pas se défendre étant donné l’extension que prend la campagne fomentée par Nivelle et exploitée par Briand et les briandistes. Il se propage un tissu d’erreurs. Cet article du Collier’s Magazin, d’autant plus dangereux qu’il est assez bien fait, n’est qu’un tissu d’inexactitudes bien faciles à établir. Je lui dis combien cette campagne m’inquiète depuis longtemps, d’autant que je vois les meilleurs esprits se laisser gagner. Il me paraît perplexe sur l’opportunité d’entamer une campagne. Mais il dit que plus invraisemblable est une théorie, plus de chances elle a d’être accueillie.

J’étais un peu gêné avec lui car si nous lui donnons tout à fait raison au point de vue militaire, il est impossible d’approuver sa déclaration à la tribune due, je le sais bien, à son caractère impulsif mais qui était ultra dangereux.

En terminant, il me demande si je sais quelque chose des intrigues de Nivelle pour être nommé à la place de Franchet d’Espérey. Je lui réponds qu’avant-hier on donnait cette nomination comme faite, mais qu’aujourd’hui les choses paraissent très incertaines. – S’il était nommé, me dit-il, je considérerais cela comme une provocation. Ce sont ses amis qui font courir ce bruit-là pour en préparer la possibilité. Et comme je demande à Painlevé quelle serait au juste la valeur de Nivelle, il me répond qu’il pourrait être un bon chef d’armée mais que ce serait tout. Très vaniteux, très orgueilleux et très léger.

Tu retrouverais dans mes papiers, il y a bien longtemps, tu étais encore aux armées, ma stupéfaction d’avoir vu une correspondance grotesque échangée entre le généralissime et une fillette qui lui avait demandé un autographe [1]. À ce moment-là, je ne pouvais arriver à me mettre dans l’idée qu’un homme qui portait le poids de responsabilités pareilles pût se livrer à un semblable échange littéraire avec une enfant de 14 ans. Et quel style !

On me dit que c’est le général Cadoudal [2] qui aurait été frappé pour l’affaire de Ribécourt. Je ne puis pas te l’affirmer autrement.

Bidou, que j’ai aperçu un instant, me dit que de notre part l’affaire a été menée de la façon la plus classique et très bien. Il considère l’opération sur ce point précis comme à peu près terminée. Ne semble-t-elle pas recommencer aujourd’hui un peu plus au nord sur Villers-Cotterêts ? Comme je parle avec notre collaborateur de l’évacuation et de l’exode de nos bibelots, il me dit qu’on croit dans certains milieux que d’ici à très peu de jours les Allemands vont bombarder Paris de quatre-vingts kilomètres. D’après les artilleurs, ce bombardement ne pourrait être qu’une extension des obus actuels, plus fréquents, mais toujours dispersés et n’ayant pas beaucoup plus de résultats matériels.

Au point de vue ministériel, on me signale le travail intensif de Briand et toujours ses nombreuses conversations avec Barthou. Depuis la séance de l’autre mardi, l’intrigue marche avec entrain. Il paraîtrait que dans les offres certaines (ainsi que je te l’ai signalé) faites à Briand du portefeuille des Affaires étrangères, on avait mis comme condition la nomination de Tardieu auprès de lui comme sous-secrétaire d’État. Tu comprends qu’une condition semblable ne pouvait être agréée, il y a là un Berthelot qui veille, le Berthelot, dans la combinaison, aurait remplacé Tardieu à New York. On devine la besogne qu’il y aurait faite. C’était trouvé comme conception.

Quoi qu’il en soit, Berthelot serait parti à l’heure actuelle pour Washington. Il n’irait là-bas que pour dire un seul mot à Wilson et reprendrait immédiatement le bateau pour la France. Et ce mot, ce serait la demande de rappel du général Pershing que l’on trouve tout à fait insuffisant. ? ? ?

Je t’avais parlé de la nomination de notre correcteur comme conseiller de préfecture à Château-Thierry [3]. Il n’a pris possession de son poste que pour voir arriver les Allemands et procéder aux évacuations.

Il nous raconte les lamentables détails de cette fuite, mais il nous fait un éloge extraordinaire des troupes américaines qu’il voit à l’œuvre en ce moment et qui font de l’excellent travail tant au point de vue de la guerre qu’au point de vue de l’aide qu’elles apportent à leurs services. Un petit détail : ne pouvant obtenir des soldats français la conduite des troupeaux de bétail que l’on évacuait, il a réquisitionné cinquante hommes à cheval de police militaire américaine et ces gens, comme de vrais cow-boys, ont mené les troupeaux jusqu’à destination sans un mot de discussion ni de récrimination. Il en est de même partout. C’est à eux qu’on doit d’avoir récupéré la partie ouest de Château-Thierry. Ils ont été admirables. C’est Marchand, avec ses Noirs et l’infanterie coloniale, qui a arrêté la marche de l’ennemi à Château-Thierry. Notre conseiller nous dit que, véritablement, c’est un entraîneur d’hommes. Toujours au premier rang, il était sur le front au milieu des balles, parlant à chaque blessé, notant lui-même son nom et lui disant : « Va, mon garçon, on te guérira avec la médaille militaire. » Ceci enthousiasme ses hommes.

Aujourd’hui on l’a fait remonter un peu plus haut et c’est Mondésir qui commande.

Je viens de recevoir la visite de M. James Kerney [4], l’homme qui est à la tête des services américains. C’est un grand ami de Wilson. Il m’est conduit par Hyde qui est son adjoint. Conversation en anglais, forcément un peu difficile pour moi qui ai perdu la practice, et l’accent américain ne facilite pas les choses. On s’en tire comme on peu.

Kerney me dit toute la volonté du peuple américain. Il espère que cette guerre, dans laquelle l’Amérique entre tout à fait désintéressée, sera une grande leçon pour son pays. Il désire qu’en France on connaisse le gigantesque effort fait par l’Amérique et me demande conseil à cet égard. Grand éloge du président Wilson, etc.

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 19 septembre 1916.

[2] Henri de Cadoudal (1859-1925). Petit-neveu de Georges Cadoudal (1771-1804) qui fomenta le complot royaliste contre Napoléon et fut exécuté après son échec. Général de division.

[3] Cf. lettre du 2 juin 1918.

[4] James Kerney (1873-1934). Américain. Journaliste. Directeur d’un journal libéral, l’Evening Times Trenton. Ami proche de Woodrow Wilson, alors gouverneur du New Jersey, il y fait paraître ses écrits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *