11 juin 1918

11 juin 1918

 

Ce matin, visite de M. Heurteau qui vient aux nouvelles. On est évidemment assez mal impressionné. Il me dit avoir reçu une lettre de son fils qui est à l’armée anglaise. Il a interrogé des prisonniers allemands et ceux-ci auraient déclaré que l’Allemagne subissait elle-même une crise d’effectifs très sérieuse. Les divisions seraient incomplètes et le commandement serait assez inquiet de cette situation. Je devais dans la soirée entendre exprimer la même affirmation par Henry Simond de L’Écho de Paris. Il avait reçu une lettre d’un officier, un vrai poilu, pas du tout un phraseur qui, lui aussi, a entendu un officier allemand qui avait fini par se laisser aller à parler, dire qu’en Allemagne tout était en train de craquer, qu’on désirait la paix coûte que coûte et au plus tôt. D’où la formidable ruée destinée à l’acheter et à la payer. Depuis quatre ans, comme tu le sais, cela va de mal en pis en Allemagne et, finalement, on annexe pays sur pays.

Heurteau me dit que nous nous sommes peut-être lancés un peu vite dans l’affaire de l’offensive, que je devrais lire le rapport d’Henry Bérenger qui est concluant. L’offensive fut arrêtée par la douzaine de députés déjeunant chez Nivelle et qui, n’ayant jamais vu de sang couler, ont été affolés. Le rapport, ajoute-t-il, est péremptoire. Il y a une communication téléphonique de Poincaré prescrivant l’arrêt de l’offensive et le texte même de ce coup de téléphone est reproduit. Je réponds à Heurteau que peut-être l’intervention politique s’est produite mais que je ne m’en occupe pas. Nous nous sommes simplement placés au point de vue militaire pour couper court à cette légende de l’offensive heureuse. L’offensive s’est arrêtée d’elle-même et le rôle du Parlement n’y a rien changé.

– Si, reprend Heurteau, il est prouvé que peut-être il fallait arrêter l’offensive le premier jour pour laisser aux troupes le temps de se reprendre, mais on aurait recommencé trois jours après et c’était la victoire. C’est le Parlement, c’est le président poussé par lui qui ont empêché cette reprise décisive.

Voici un nouvel argument bien convaincant !

Déjeuner chez la charmante Mme Chanler [1] avec deux officiers américains dont un capitaine Miller qui aurait la femme la plus délicieuse de l’Amérique joignant le charme et la beauté à un grand talent d’écrivain. L’autre est Eustis, parent de l’ambassadeur. Mme Chanler, avec qui j’ai causé un grand moment avant l’arrivée de ses invités, me dit que, si l’Amérique a été si en retard pour bien des choses, c’est que l’on n’a pas su envoyer les hommes qu’il fallait connaissant les rouages de l’administration américaine. Ils se sont trouvés perdus dans le dédale des secrétariats, sous-secrétariats, exposés aux luttes avec des intérêts mesquins alors que des hommes ayant des relations auraient su tout de suite où frapper. C’était à la tête qu’il fallait s’adresser. Mme Chanler est un peu étonnée que nous, les alliés, nous n’ayions trouvé, comme sanction à la sinistre affaire du Chemin des Dames, qu’à nommer le coupable à un poste plus important. Voilà donc l’effet produit sur les étrangers par cette nomination. Du reste, je dois ajouter qu’elle n’en a pas produit un meilleur sur certains esprits d’ici, car j’ai rencontré ton ami Deschamps et il ne m’a pas caché qu’il avait été très clémenciste mais qu’il commençait à déchanter et que cette faiblesse lui paraissait navrante. Il aurait écrit au président du Conseil pour lui déclarer qu’on ne pouvait pas tolérer plus longtemps la présence de Duchêne. S’il n’en a pas fait une déclaration à la commission de l’Armée, c’est qu’il n’a pas voulu envenimer les choses.

Je reviens à mon déjeuner impasse Conti. Le mari de la dame qui me semble légèrement ataxique, car on le comprend assez difficilement en français ou en anglais et il s’appuie sur une canne, tout de même assez cultivé, montre une certaine irritation contre la célébrité que l’on fait à Otto Kahn [2]. Il m’en demande la raison car ce banquier n’a absolument rien fait pour nous que du battage. Il me dit qu’il dépense dix ou quinze mille francs par mois pour sa réclame. Il a eu au Temps et au Figaro un grand article dans chacun de ces journaux, et le prix uniforme chez les deux est bien connu. Il me dit même un chiffre. Je lui dit qu’Otto Kahn passe pour avoir travaillé énergiquement pour la France et que l’agence Radio en fait grand cas. Chaumeix (?) a l’air de savoir pourquoi.

Nombreuse réunion ce soir à notre Syndicat où l’on avait des quantités de questions à régler, notamment le transport éventuel des journaux en province. L’ordre du jour déblayé, on a causé. Jean Dupuy avait vu Doumer dans la journée. De son entretien avec lui il était sorti un peu plus réconforté. On se décide à fortifier non pas seulement Paris mais le chemin de Paris pour qu’on ne puisse pas bombarder. Déjà soixante mille travailleurs sont à l’œuvre et l’on place des canons. Si on a quelques jours devant soi, on pourra répondre de la sécurité de Paris. Je dis : « Tant mieux, car dans l’entourage du gouvernement on faisait vraiment trop bon marché de Paris et l’on envisageait avec une tranquillité stupéfiante le destruction de Paris afin de pouvoir continuer la lutte. »

– Jamais, interrompt Simond, on n’a eu cette pensée.

– Pardon, reprend Dupuy, Nalèche a raison, ce fut l’idée des premiers jours, mais on est revenu à de plus saines conceptions et on fait le nécessaire.

Je suis bien sûr que les articles de Gauvain ont dû être pour quelque chose dans les réflexions.

Simond me dit d’un ton sentencieux que les articles étaient intéressants mais que notre Gauvain a été trop loin. Je ne sais pas ce qu’il entend par trop loin, je le lui demande, mais il ne peut me l’expliquer. Je vois malgré tout que certaines idées ont fait, durant ces quelques jours, d’énormes progrès car un ou deux de mes confrères illusionnistes sont maintenant convaincus de certaines nécessités à un moment donné, la période critique passée, si elle est heureusement passée.

En nous en allant, le directeur de L’Écho me dit que Castelnau est toujours laissé à l’écart et que le Tigre lui a encore joué un tour fantastique il y a quelques jours. Décidément, ledit Tigre a joliment baissé dans les esprits. Berthoulat, cependant, reste enthousiaste.

Je suis allé de là dans un hôpital où trois officiers évacués d’hier, blessés, venaient d’arriver. Ils sont profondément tristes et ont laissé échapper cette phrase inquiétante : Que les Américains se dépêchent d’arriver car nous n’en pouvons plus et nous serons obligés de plier.

Paris étant devenu HOE [3], beaucoup de majors ont pris possession de services car d’énormes hôpitaux ont été enlevés avec tout leur matériel et là-bas on manque de lits et de tout.

Tout cela n’est pas gai !

J’espère que les nouvelles que je t’ai données tout à l’heure resteront relativement bonnes et que nous n’aurons pas quelque triste désillusion demain matin.

À toi.

Et

[1] Cf. lettres des 20 et 27-28 mai 1918.

[2] Otto Kahn (1867-1934). Allemand naturalisé américain. Banquier. Collectionneur, mécène, protecteur des arts.

[3] HOE signifie Hôpital ordinaire d’évacuation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *