10 juin 1918

10 juin 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Franchet d’Espérey [1] part sûrement pour Salonique. Il sort d’ici. Il est venu lui-même changer l’adresse de son journal. Il n’a pas dit un mot des événements actuels mais a dit aux employés que Clemenceau le forçait à filer dès ce soir, ne lui laissant pas même huit jours sur lesquels il croyait pouvoir compter. Alfred Pereire avait écrit ce matin pour que le journal lui fut adressé à Versailles.

Quelle chose curieuse. Si on trouve qu’il n’a pas fait son affaire ici, pourquoi lui confier de nouvelles responsabilités d’autant plus graves qu’il n’y aura personne pour réparer les bévues. Qu’est-ce que cette manie des compensations qui fait que l’on donne toujours aux hommes reconnus insuffisants dans leurs fonctions des fonctions supérieures. Croit-on qu’en changeant ils acquerront les qualités qui leur ont manqué ?

Lorsque tu m’as téléphoné tout à l’heure, j’avais dans mon bureau deux personnes et il m’eût été difficile de causer un peu librement. C’étaient le comte Zamoÿski [2] et Seyda [3] venus m’entretenir des affaires de Pologne et me demander de déjeuner jeudi avec le comité polonais.

Sans leur présence, je t’aurais dit qu’on était évidemment un peu refroidi depuis hier. On ne voyait pas les choses d’une façon tout à fait aussi brillante. Malgré tout, l’opinion était que l’offensive se déroulait comme les autres auraient dû normalement le faire. On était satisfait mais on ne proclamait pas des résultats aussi brillants. Nous les avions enregistrés mais, tout de même, nous étions un peu étonnés. On me dit qu’il faut attendre chez nous des réserves que les Allemands ont à pied d’œuvre et cela prend toujours 48 heures. Jusque là, on est bien obligé de céder un peu de terrain.

Quoi qu’il en soit, à 3 h 1/2 l’impression était bonne. Souhaitons qu’elle le soit toujours ce soir lorsque je te téléphonerai.

On vient de me téléphoner de la Chambre les grands changements dans le commandement [4] dont je te parlais. Dubail irait à la Grande Chancellerie. Guillaumat, au lieu d’aller sur le front, recevrait le gouvernement de Paris [5] et Nivelle remplacerait Franchet d’Espérey. C’est le dernier tuyau.

On me dit également que les articles de Gauvain sont très commentés. Dans quel sens, ai-je demandé ? – Mi-figue mi-raisin, me répond-on. On se demande si Gauvain ne marche pas sur des données jusqu’ici inconnues et n’aurait pas des renseignements spéciaux. En tout cas, ce qui est fort curieux, c’est l’attitude de L’Homme libre. Il a fait, aujourd’hui encore, un article abondant dans le sens Gauvain. C’est le deuxième.

Le bruit courait à la Chambre aussi que le mouvement allemand était enrayé [6]. Je ne le crois pas mais il vaut mieux enregistrer ce bruit comme de favorable augure car, dans ce milieu impressionnable, la moindre nouvelle un peu fâcheuse devient un désastre comme une amélioration devient un succès. Conclusion : cela ne va donc pas trop mal.

À toi.

Et

[1] Le général Franchet d’Espérey succède au général Guillaumat à la tête de l’armée d’Orient. Le général Guillaumat est nommé gouverneur du camp retranché de Paris.

[2] Ladislas Zamoÿski (1849-1923). Polonais. D’une grande famille noble. Homme politique.

[3] Marjan Seyda. Polonais. Homme politique.

[4] Clemenceau rencontre le général Pétain et décide de remanier l’état-major. Le général Degoutte prend le commandement de la 6e armée en remplacement du général Duchêne relevé de ses fonctions.

[5] Le général Guillaumat est nommé gouverneur du camp retranché de Paris le 6 juin 1918.

  1. [6] En fait, l’attaque allemande se poursuit mais la résistance française est plus vigoureuse au cours de la journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.