9 juin 1918

9 juin 1918

 

Tu as eu toutes les grandes nouvelles de ce matin, je n’ai donc pas grand-chose à y ajouter. Tu liras l’article de Gauvain, cause de la discussion de ce matin, et tu conviendras avec moi que j’avais raison, mais tu dois te rendre compte des difficultés que l’on a lorsqu’il s’agit d’orienter une politique.

Conversation avec le stratège Henry Bidou. Je lui pose la question suivante : Que pensez-vous de la menace sur Paris ? Il me répond que, naturellement, il ne peut rien affirmer, les derniers événements le prouvent surabondamment, mais néanmoins il ne lui paraît pas que la menace sur Paris même de bombardement puisse se réaliser avant un assez long temps. Elle ne succéderait qu’à deux ou trois opérations préliminaires dont chacune exigerait un certain délai.

Je lui demande ensuite : Croyez-vous, comme certains nous l’affirment, que si nous arrivons à tenir jusqu’à ce que le concours américain puisse donner son effet, nous soyons en mesure d’obtenir la victoire ? – Sincèrement, je ne le crois pas, m’a-t-il répondu. Nous obtiendrons la résistance mais pas la victoire.

Garde cette réflexion pour toi, mais elle correspond tellement à tout ce que nous croyons nous-mêmes que j’ai cru bon de la noter pour toi.

Si nous tenons et si l’Amérique tient ses promesses, il sera nécessaire de tirer de ces circonstances le meilleur parti possible. Mais si l’on s’obstine à chercher les choses impossibles, nous savons ce qui nous attend.

Tu as vu par La Libre parole le sort qui attend ceux qui cherchent à exprimer des choses sensées et qui veulent sauvegarder l’avenir de leur pays.

On me raconte une chose assez amusante, si elle est vraie, au sujet du nouveau gaz, l’« hypérite », dont je t’avais parlé il y a deux jours [1]. À l’attaque de Soissons, beaucoup d’Allemands, surpris par l’émission de ce gaz à laquelle ils n’étaient pas préparés et n’ayant pas les vêtements indispensables pour en être préservés, de plus, ne connaissant pas le traitement qui pouvait être appliqué, se sont enfuis dans nos lignes et sont venus demander à nos médecins un soulagement à leurs souffrances. Le gaz est-il réellement employé ? Voilà la question. Ceux qui me disent cela sont sérieux.

On m’apporte L’Heure. Encore l’article de Gauvain qui en fait les frais. Tu vois que je ne m’étais pas trompé et qu’il fait son chemin. La vérité finit toujours par trouver sa voie.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 5 juin 1918. Donc quatre jours plus tôt, et non deux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *