7-8 juin 1918

7-8 juin 1918

 

Ce matin, un homme, dont le gendre est un des plus gros fournisseurs de cuir de l’armée, nous dit qu’on envisage évidemment une très longue durée de la guerre. Son gendre a été appelé à l’Intendance et a reçu une commande de soixante-cinq millions. Il fit observer que cela demanderait de longs mois car c’était en Argentine ou dans d’autres pays exotiques qu’il fallait s’approvisionner et, le temps de réunir les cuirs, de les préparer et de les transformer en buffletteries, souliers, selles, etc., on en aurait pour un an. – Mais parfaitement, lui fut-il répondu. Il est vrai que ce sont les mêmes gens qui ont fait cette commande qui, en 1914, n’auraient pas commandé pour vingt jours.

Je reçois des nouvelles d’Espagne :

« Je ne vois pas que le cabinet Maura, en dépit de l’irritant optimisme de nos agences télégraphiques et notamment de l’Havas, soit disposé à déployer contre les Allemands l’énergie que nous attendions. L’affaire d’espionnage de Barcelone est très édifiante à ce sujet. Dato a reculé tant qu’il a pu et, en dépit de sa sincère francophilie, il eût préféré étouffer le scandale que de se mettre l’ambassade à dos. Franchement, l’Espagne n’a pas bougé d’un pouce depuis 1914. J’ajoute que l’opinion et le gouvernement espagnols réagissent avec une extrême sensibilité aux nouvelles qui viennent du front. Ils croient la partie compromise pour nous et leur attitude s’en ressent très visiblement. Comment concilier ce sentiment avec la hidalguia castillane…

Règle générale. – Quand vous lisez dans un télégramme venant de Madrid à propos d’un torpillage de bateau espagnol : « l’opinion est très surexcitée, l’hostilité contre l’Allemagne fait des progrès, etc., etc. », n’en croyez rien. L’opinion est parfaitement blasée. Et en toute connaissance de cause, je puis vous dire que, si nous n’organisons pas nous-mêmes nos campagnes de presse dont vous aurez à Paris la répercussion plus ou moins fidèle, personne ne parlerait de la guerre sous-marine. C’est triste, mais pourquoi le cacher ?

Et notre propagande, direz-vous ? … (Ici, quelques considérations sur la parfaite nullité de notre propagande locale où il y a comme chef un très brave garçon, Glorjit (?) [1], que je connais, mais qui doit être un bon zéro)…

Ce qui n’empêche pas le nouveau chef de la Propagande à Paris d’émettre une série d’aphorismes généraux, judicieux, et peu applicables sur le régime de ce service. Que de fois, depuis trois ans, on a énoncé des programmes, posé des principes, annoncé des réformes. Et si vous pouviez voir quelle merveilleuse puissance d’amortissement possèdent les distances, quelle force de persistance possèdent nos pratiques les plus erronées, nos traditions les moins réfléchies…

Enfin, des manifestations comme celles du voyage des académiciens font assez bon effet. On peut dire d’elles ce qu’Aristote disait de la philosophie : elles sont les plus heureuses parce que les plus inutiles. Mais pourquoi diable ces académiciens, comme tant de nos compatriotes de moindre considération, se croient-ils obligés de prendre l’attitude mystérieuse et importante de gens qui véhiculent des secrets d’État ? Hanotaux parlait en termes si complaisants de la « partie réservée » de sa mission, et ma foi ! quand on pense à ce que l’Espagne peut bien nous « réserver » aujourd’hui, je vous avoue qu’on a plutôt envie de sourire.

Plus que jamais, nous devons nous féliciter de la présence de M. Thierry ici, c’est une physionomie qui respire l’énergie méthodique et le sang-froid. Je ne sais pas si on lui rend la tâche très aisée, mais c’est chose en soi fort compliquée que de traiter avec les Espagnols. Il en a fait l’expérience lors du fameux traité de commerce [2] dont il ne semble pas, malgré la loyauté de nos efforts, qu’on ait pu tirer le bénéfice espéré.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] Il s’agit probablement du modus vivendi franco-espagnol de 1894, prorogé sine die en 1906.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *