6 juin 1918

6 juin 1918

 

Un de mes collaborateurs a eu une longue conversation avec Barthou. Ce que dit cet homme politique a toujours son intérêt car…

Spontanément, il a parlé de l’article de dimanche sur le 16 avril. Il est l’expression de la stricte vérité, a-t-il dit, jamais l’offensive n’a été arrêtée par ordre. Je suis bien placé pour le savoir. Ce qui est exact, c’est qu’il était impossible de la poursuivre, soit qu’on n’ait pas tenu compte de certaines circonstances, soit que Nivelle ait été dans l’impossibilité de connaître ces circonstances. On se heurta à des obstacles infranchissables – obstacles ou difficultés. C’est cette dernière hypothèse qui semble vérifiée par les faits, elle expliquerait le jugement du conseil d’enquête. Barthou a ajouté : « J’ai vu Nivelle après l’aventure, il était absolument effondré. »

La surprise de l’Aisne. (Ceci n’est pas du Barthou)

Les responsabilités sont partagées. Duchêne ne croyait pas que les positions de l’Aisne puissent être forcées. Elle se défend toute seule, disait-il. Cependant, sentant son front trop étiré, il demanda quelques jours avant l’offensive des renforts à Pétain. Celui-ci demanda à Foch qui, délibérément, refusa, disant : Qu’il se tire d’affaire avec ce qu’il a, ses positions sont très fortes. C’est qu’à ce moment, Foch constituait avec ses réserves une puissante masse de choc qu’il voulait garder intacte. Aujourd’hui, Foch formerait une puissante armée de couverture pour Paris qui serait confiée à Castelnau avec, comme lieutenants, Fayolle et Mangin. (?).

            Opinions de Barthou sur la séance de mardi.

J’ai fait un intercalaire dans la conversation Barthou sans y prendre garde, je reviens à lui.

Il dit que Clemenceau fut agressif sans raison, imprudent, maladroit. Il a provoqué ses adversaires (sans tenir compte des quelques énergumènes de l’extrême gauche). Il a eu des mots qui ne pouvaient qu’inquiéter ou mécontenter toute la Chambre. Il a très inconsciemment fait une lourde allusion au débat des Communes sur les événements militaires de la Somme et dont Lloyd George (qui a des points de friction avec Clemenceau) pourra être froissé.

Barthou ne peut comprendre pourquoi Clemenceau est descendu de la tribune au début de ses explications, à ce moment il ne se passait rien de violent et de nombreux députés n’ont pas compris. Certains se sont demandés si Clemenceau n’était pas désireux de se faire renverser sur un incident à côté. Clemenceau paraît fatigué. Voyages trop fréquents au front, audiences, auditions par les commissions. Les affaires du ministre de la Guerre restent en suspens. On s’accorde à trouver qu’il devrait être président du Conseil sans portefeuille, mais il ne veut pas en entendre parler. (Ecoute cela)

« J’en ai souvent causé avec Briand, il y était naguère opposé. Je lui en ai parlé récemment et j’ai quelques raisons de croire qu’il est en train de changer d’avis. »

N’es-tu pas frappé par ces conversations des deux B. sur ce sujet dans les circonstances présentes ?

As-tu lu les journaux allemands d’aujourd’hui ? Le ton est très curieux. Les socialistes ne parlent que d’une paix de conciliation. Le gouvernement les laisse dire et leur permet les attaques contre les pangermanistes. Je redoute tout des gens d’ici et de leur tournure d’esprit messianique.… Je ne t’en dis pas plus long, reporte-toi à ma lettre d’hier.

On prête à Clemenceau le projet de se détruire une fois tout perdu, mais on prétend aussi que, dans son cabinet, il a des gens qui ont une frousse intense et ce ne sont pas les plus âgés. Abrami, paraît-il, n’a voulu déposer dans le procès Paix-Séailles que pour être amené à démissionner et, contrairement ce qu’il avait pensé, Clemenceau l’y a autorisé. Un autre aussi, celui de la Quatrième République, serait dans ses petits souliers.

Si Paris est bombardé, me dit-on un peu de tout côté, ce sera le chambardement immédiat de Clemenceau et de son ministère. On ne voudra ni laisser bombarder ni laisser prendre la capitale. Il ne serait plus temps.

On aurait tout de même obtenu au Conseil interallié que les Anglais envoyassent des troupes d’Angleterre, mais veux-tu une idée de l’état d’âme britannique, lis ce passage d’une lettre que je reçois aujourd’hui.

« Le public est ignorant, soit…

Mais la presse, cette presse qui n’a plus ni âme ni cerveau qui lui appartiennent et qui n’est qu’un gramophone qui mout le même disque. Comment se fait-il qu’elle ne corrige pas cette fausse idée populaire ? Au lieu de cela, elle publie (v. Times d’aujourd’hui) de beaux articles sur la résistance française, la valeur des troupes françaises, la gloire de la vraie France, elle est plus fière de jour en jour de ses alliés (français), elle célèbre les prouesses de la défense française. Pas un mot dans tout cet article de l’importance des événements au point de vue britannique ; nulle part le mot « nous ». C’est peut-être une simple bêtise, mais l’effet sur le public anglais qui lit cela est de lui faire croire que l’armée allemande n’intéresse que les Français et Paris. Les Anglais regardent la carte qui figure sur la même page, constatent que Soissons et Château-Thierry sont plus loin d’Amiens et de Calais qu’Armentières, Bapaume ou Péronne, et se disent : « It’ ll be all right[1]. »

Il ne suffit pas de dire à un peuple dépourvu d’imagination que la situation est grave ; il faut mettre les points sur les i. Si la presse était libre, c’est ce qu’elle ferait probablement, mais elle est inspirée, contrôlée et elle ne va pas donner un démenti aux ministres qui déclarent que tout est pour le mieux. N’est-ce pas Bonar Law qui nous disait en plein Parlement le 21 mars : « Rien de ce qui est arrivé ne nous cause dans ce pays aucune inquiétude. »

N’est-ce pas Lloyd George qui disait le 9 avril en plein Parlement que « quand la bataille a commencé, la force combattante de toute l’armée allemande au front occidental n’était qu’approximativement mais pas tout à fait égale au total de la force des Alliés. En importance les Allemands sont légèrement inférieurs ; en artillerie ils sont inférieurs ; en cavalerie ils sont considérablement inférieurs et, ce qui est plus important, ils sont incontestablement inférieurs en aviation. » À Édimbourg, le 24, il a chanté la même antienne et a affirmé qu’à la veille d’une grande attaque, il avait la plus entière confiance dans le résultat…

Il est vrai que samedi le commentaire officiel nous a dit que « les Alliés ont à lutter contre de nombreux désavantages stratégiques et tactiques » et qu’ils sont « inférieurs numériquement à l’ennemi. »

Mais pour une personne qui lit les commentaires, il en est mille qui savent par cœur les déclarations de Bonar Law et de Lloyd George.

À toi.

Et

[1] En anglais : « Ça ira ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.