5 juin 1918

5 juin 1918

 

À déjeuner, je trouve l’excellent Chapron [1], préfet de la Marne. Nous causons de tous les événements. Il n’a jamais été lui non plus un illusionniste. J’ai eu naguère avec lui des conversations que j’ai notées et qui étaient bien impressionnantes. Il m’avait notamment prévenu de l’emploi du nouveau gaz [2] dont il considérait la généralisation comme devant être fort grave pour la sécurité de nos lignes. Il a trouvé notre article excellent et cela me fait plaisir car je connais ses relations avec Gouraud et ce dernier est un des rédacteurs du rapport sur l’offensive du 16 avril. Je sais que dans ce rapport on blâme l’intervention parlementaire dans des opérations militaires mais on ne doit pas y louer beaucoup la préparation faite par Nivelle, la seule chose dont nous nous soyions occupés. On fait au contraire courir le bruit que ce rapport donne un quitus complet au généralissime.

À déjeuner, il y a un garçon bien placé pour savoir les choses qui me dit que Clemenceau et Foch se sont encore bien fait rouler par nos alliés anglais. Ceux-ci, sur dix divisions américaines, en auraient réclamé et pris six. Resteraient donc quatre seulement pour nous. Ce même garçon auquel je demandais si les bruits qu’on faisait courir sur une collaboration de Joffre étaient exacts. Le maréchal est complètement laissé de côté, me dit-il, on ne l’a même pas invité à dîner avec les Américains. Personne ne vient le voir et personne ne le consulte. Je crois du reste qu’il n’a aucune tendresse pour Pétain et celui-ci ne doit guère avoir de goût pour son ancien chef.

Scarpatett me raconte qu’il a vu hier un officier belge. La conversation en est venue à l’offensive d’avril. Le Belge demande à Scarpatett ce qu’il en pense. Notre collaborateur dit ce qu’il croit. Vous vous trompez complètement, reprend l’officier. Il avait été entendu au Comité interallié qu’on sacrifierait trois cent mille hommes pour prendre le plateau laonnois. Avec ce sacrifice on l’aurait enlevé, mais la politique a arrêté l’opération à son début. Note cela car tu liras tout à l’heure quelque chose qui se rapproche de cela.

Je suis donc allé chez Gauthier, chef adjoint du cabinet de notre Pichon. Lorsque nous eûmes réglé la petite chose qui m’avait amené chez lui, nous avons causé d’une façon plus générale. Après avoir échangé nos espoirs de voir les choses actuelles s’arrêter et l’ennemi paralysé dans son avance, il me dit :

Du reste, il serait impossible de parler de paix en ce moment, je défie le plus malin (et il y en a qui se croient assez malins pour l’obtenir) de trouver le moyen de faire la paix et non seulement en ce moment mais même si les Allemands arrivaient à Paris ou le bombardaient. Comment régler toutes les questions qui sont en litige, Calais, les colonies, et a-t-on bien pensé à ce que serait notre position vis-à-vis des Américains qu’il faudrait rembarquer ? Les Allemands sembleraient conciliants tout d’abord puis finiraient par nous imposer leurs conditions. Nous n’avons qu’une chose à faire, tenir et tenir trois mois. Dans trois mois nous sommes sauvés. Nos ennemis, à l’heure actuelle, semblent s’être arrêtés sur le point actuel, mais il faut nous attendre dans le plus bref délai à les voir tenter un coup ailleurs. Les quarante-cinq divisions du prince Ruprecht [3] vont se jeter sur un point ou sur un autre. Tout fait penser que ce sera sur Montdidier-Noyon. Le choc sera rude car nous avons peu de réserves en face du million d’hommes amenés de Russie. Il faut tenir comme je l’ai dit, même si Paris est en jeu (ce que sincèrement je ne crois pas, mais il faut tout prévoir). Si la France capitulait, ce serait sa fin dans le monde, son avenir économique ruiné, et je trouve que la conservation des beautés de Paris ne compenserait pas ce désastre. Déjà on a pris des mesures pour évacuer certaines usines. Les gens quittent Paris, ils ont raison, moins il restera de monde, mieux cela vaudra. Du reste, ajoute Gauthier, je m’attends à une offensive de paix. Je ne serais pas étonné que les Allemands, d’ici à peu de temps, nous demandent eux-mêmes à causer. Ils ne nous feront aucune condition puis, lorsque nous nous réunirons devant une table sur laquelle ils poseront leur revolver, ils nous demanderont une ou deux colonies, Briey, Calais, vingt-cinq milliards d’indemnité, etc., etc. Nous ne pouvons nous laisser duper, peut-être en 1916 aurait-on pu faire la paix, mais dans les circonstances actuelles je défie le plus malin de sortir de ce dilemme.

(Je me suis demandé si déjà on avait eu vent de quelque tentative allemande à ce sujet…)

Lorsque Gauthier me parlait du million d’hommes en plus du côté allemand, il me dit : En 1917 les rôles étaient renversés, c’est nous qui avions cette supériorité d’effectifs. Il me semble que si, à ce moment-là, on avait fait ce que les ennemis viennent de faire et si nous les avions attaqués, c’est nous qui aurions eu la victoire.

Voilà la conversation que j’eus avec Gauthier tantôt. Je te l’ai sommairement racontée. Tu en tires les conclusions que tu voudras.

Le discours de Clemenceau d’hier a produit mauvaise impression. Il a amené les gens aux établissements de crédit où ils ont appris qu’on ne pouvait déposer ni retirer des titres, ceux-ci étant transportés en province.

À toi.

Et

 

J’ajoute un mot : On vient de me dire que peut-être les six divisions américaines remplaceront des divisions anglaises envoyées chez nous.

[1] André Chapron (1865-1922). Préfet de la Marne depuis le 24 juillet 1907.

[2] Ce nouveau gaz est l’ypérite.

[3] Prince Ruprecht de Bavière (1869-1955). Héritier du royaume de Bavière. Commandant de la 6e armée allemande en 1914 puis d’un groupe d’armées en 1916.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *