4 juin 1918

4 juin 1918

 

Je t’ai raconté que, me rendant chez Laurent au déjeuner offert en l’honneur d’Otto Kahn par les hommes de Radio, j’ai rencontré plusieurs partisans ardents de la campagne à laquelle notre article a fait allusion : Lautier et Henry Bérenger sur la porte. Ils ont lu l’article. L’un, Lautier, n’entre pas dans les considérations militaires mais s’élève contre la déclaration de Painlevé : Il n’y aura plus d’offensive, déclaration soufflée par Pétain qui a mis les Allemands à l’aise et dont il peut nous être demandé compte par les Russes. Peut-être cette déclaration est-elle la cause de la défection. L’argument est nouveau. Chez Bérenger, l’offensive était si bien réussie que les Allemands devaient se retirer sur la Meuse. Pétain n’a rien voulu faire depuis (?). C’est un général peu sûr car il a toujours été en opposition avec tous les généralissimes. Bérenger me dit d’en croire, sur l’offensive, le rapporteur de la question au Sénat.

Au déjeuner, Polybe me reprend le même thème et voudrait me montrer le dossier. Je croise également Loucheur qui venait déjeuner. Il dit bonjour et on échange quelques mots. Lautier me semble lui dire qu’il a paru quelque filet sur lui dans un journal quelconque.

– C’est une règle que je me suis imposée, reprend le ministre, je ne lis jamais un potin de Paris.

La composition du déjeuner était assez curieuse. Barthou, Lescouvé [1], Austin Lee [2], Bliss, Quiñones de León [3], Lara [4] du Gaulois, Polignac, commandant Lyon[5] (maison Pleyel), Grau, Reinach, Galmot [6], Cerf, etc.

Les honneurs étaient faits par les Radios : Gabion, Sabatier, Astruc.

J’étais à côté de Quiñones de León qui m’a dit du bien de Thierry et d’un M. Galmot qui m’a semblé être un commanditaire de l’agence. C’est un homme grand et solide, colon à la Guyane, intelligent, mais qui ne m’a pas paru très au courant des choses parisiennes. Natif du Périgord, y possédant une magnifique terre, la terre de Montfort, il a navigué toute sa vie et, à ce titre, m’a intéressé. Il aime beaucoup la Guyane qu’il n’a pu revoir depuis la guerre et cela lui manque. Il est là-bas concessionnaire de toute la main-d’œuvre pénitentiaire. Il a comme comptable Duez [7], le liquidateur des congrégations. Il me dit que c’est un homme jovial qui a fini par prendre la chose du bon côté et qui cause toujours d’une façon intéressante.

Quelques points de la conversation sont à signaler. On s’est fait une idée terrible de l’île du Diable. C’est l’erreur la plus complète. Cette île est à peu près Saint-Honorat ou Sainte-Marguerite. Le climat y est tellement sain que c’est là qu’on envoie les malades.

[8] ne fut soumis à la double boucle que pendant trois jours. Pour tout le personnel de l’île du Diable, il était coupable et bien coupable. Galmot ajoute que ces gens-là sont assez connaisseurs. Ainsi ils avaient toujours considéré Brière comme innocent. Il existerait au gouvernement de la colonie un dossier auquel il s’étonne qu’on ne se soit jamais référé. Ce sont les câbles de Dreyfus avec sa famille. Extrêmement regardant, le prisonnier qui savait très bien s’il devait payer un franc dix au lieu d’un franc quinze une fourniture quelconque et vérifiait le prix de la bouteille de vin de champagne qu’il consommait, qui ne dépensait que deux cent cinquante francs par mois, envoyait tout à coup des câbles de mille huit cents mots à huit francs le mot dans lesquels il n’y avait que les choses les plus banales mais dont les mêmes idées étaient dans des brouillons différents exprimées avec des mots changés de place. M. Galmot en tire la conséquence qu’il devait avoir une grille, il prétend même que le gouvernement de la colonie la connaîtrait. Le célèbre Dubarry aurait voulu s’emparer de ce dossier mais le nouveau gouverneur, Rodier, très ferme, sut s’y opposer.

À la fin du repas, comme il était entendu qu’il n’y aurait pas de discours, Barthou en fit un à Otto Kahn à voix basse puis, à voix haute, déclara plusieurs fois qu’il n’y aurait pas de discours sans cela il eut dit à voix haute ce qu’il avait dit à voix basse tellement et si bien qu’il finit par faire un petit speech auquel Otto Kahn répondit ma foi fort bien. La petite difficulté qu’il avait à trouver ses mots ajoutait encore à la saveur du toast.

Ton vieil

Et

 

La séance de la Chambre [9] a été, paraît-il, très confuse et n’a pas laissé une bien fameuse impression chez ceux qui y ont assisté.

 

 

[1] Théodore Lescouvé (1864-1940). Avocat. Magistrat. Procureur général à Paris (1917).

[2] Henry Austin Lee (1847-1918). Anglais. Diplomate.

[3] José Quiñones de León (1858-1937). Espagnol. Diplomate. Attaché à l’ambassade d’Espagne à Paris. Correspondant du Temps à Madrid. Ami intime du roi Alphonse XIII d’Espagne.

[4] René Lara dit René d’Aral. Journaliste. Chroniqueur de politique étrangère du Gaulois depuis 1905.

[5] Gustave Lyon (1857-1936). Polytechnicien. Il succède à son beau-père à la tête de la maison de pianos Pleyel qu’il modernise. Il conçoit la salle Pleyel (1925-1927). Pendant la guerre, il conçoit des instruments pour le repérage des avions.

[6] Jean Galmot (1879-1928). Écrivain. Industriel qui fonde des comptoirs aux Antilles, aux Indes, au Sénégal en important des bois exotiques. Il accroît ses activités pendant la guerre et travaille pour le ravitaillement de l’armée. Il est accusé d’escroquerie pour avoir fait des bénéfices sur les fournitures de l’armée qui se termine par un non-lieu.

[7] Emmanuel Duez (1858-19). Liquidateur judiciaire, il est chargé de la liquidation des biens des congrégations religieuses. Il est arrêté en avril 1910 pour avoir détourné plus de six millions de francs provenant des biens religieux. Il est condamné à douze ans de travaux forcés.

[8] Alfred Dreyfus (1859-1935). Officier accusé et condamné à tort pour espionnage au profit de l’Allemagne (1894), gracié (1899) et réhabilité (1906) après une campagne de révision (1897-1899).

[9] La séance de la Chambre est agitée. Répondant à la demande de sanctions contre les « généraux responsables » de la surprise du Chemin des Dames, Clemenceau prend la défense du commandement français et obtient une majorité de 337 voix contre 110.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *