3 juin 1918

3 juin 1918

 

Je t’ai raconté les conversations du Suez où l’article d’hier avait produit une certaine sensation. Je t’ai également dit les pointes lancées contre le général Pétain. Comme c’est étrange. Comme je te l’avais annoncé, je devais passer dans la soirée chez Xavier Charmes. Je l’ai trouvé assez fatigué et couché. Après les quelques paroles du début, un petit récit de l’Assemblée à laquelle il n’avait pu assister, il me demande : « Pourquoi diable Le Journal des Débats tient-il à raconter une foule de choses complètement inexactes et qui, dans l’avenir, lui feront du tort ? Ce n’est pas Bidou dont les appréciations sont toujours si parfaitement justes. » Il ne se doute pas que Bidou est prêt à marcher dans le même sens et marchera au premier signe. Puis il rentre de nouveau dans les explications que tu connais. Il me cite ses sources qui sont terriblement pauvres et parmi elles figurent certaines appréciations de Joffre ! Heureusement, cette conversation s’est terminée assez vite car Paul Cambon a été introduit et la conversation a changé. L’ambassadeur nous dit qu’il partira demain matin car il espère que le Conseil interallié finira ce soir. Clemenceau doit recevoir demain dans la matinée les socialistes, et, dans la journée, il se présentera à la Chambre où il croit être vivement attaqué.

D’autre part, mon collaborateur Combe a causé avec le Tigre en personne et lui a demandé ce qu’il comptait dire aux socialistes : Je leur dirai tout, a-t-il répondu, et ce n’est pas décourageant !

Après quelques instants, je vis que je devais gêner mes deux messieurs [1] et je les laissai en tête-à-tête.

Entre temps, j’avais eu une longue conversation avec Gauvain qui était venu me voir. Il désirait évidemment me préciser sa pensée qu’il m’avait indiquée par téléphone il y a deux ou trois jours. Il me répète qu’on n’est plus en 1914 et que le gouvernement ne peut plus de lui-même évacuer Paris en renvoyant la Chambre. Il sait que certaines gens et certains chefs militaires voudraient arriver à ce résultat et se débarrasser du Parlement. Il me demande de ne plus laisser dire que c’est la Chambre qui a tout gâché. C’est là un thème facile pour expliquer les fautes. La Chambre sera notre sauvegarde à tous. Le gouvernement filant et la Chambre dispersée, c’est la révolution, le soviet qui s’installe à Paris. Il ne faut pas se bercer une minute de l’idée qu’on resterait sans un gouvernement. Celui-ci s’installerait et c’est alors que nous verrions les choses les plus graves. Gauvain a tout à fait raison. Il a raison aussi lorsqu’il s’élève contre les présidents du Conseil qui n’ont pas gouverné et qui ont laissé carte blanche au pouvoir militaire. Viviani et Briand ont été manœuvrés par Joffre, Painlevé l’a été par Nivelle, et Clemenceau, dans le fond, a accepté toutes les idées de Foch.

Trop de gens se figurent, et les militaires surtout, qu’une dictature arrangerait tout. Ce serait la fin. Comme moi, Gauvain pense que la prise de Paris amènerait fatalement la cessation de la guerre, et non seulement la capitulation de Paris aurait ce résultat, mais le simple bombardement avec cependant cette différence, qu’avec le bombardement on serait à même de négocier.

Pour lui, il faudrait travailler à fortifier Paris et à en empêcher l’approche, non pas faire de petits travaux ridicules mais les plus formidables que l’on pourrait. Pense-t-on à le faire ? Hélas, je n’oserais l’affirmer avec les exemples d’imprévoyance qui nous sont servis chaque jour.

Ma mémoire m’a rendu ce qui m’avait échappé dans mon entretien avec le commandant. Je lui disais que je ne pouvais être juge de l’adoption du plan Foch destiné à empêcher un Sedan anglais. Pour éviter le Sedan anglais, m’a t-il répondu, on en a préparé trois. C’est bien l’idée qu’avait le neveu de la démolition de la stratégie générale.

À toi.

Et

[1] Xavier Charmes et Paul Cambon sont amis de longue date, membres de la Famille, petite société secrète républicaine fondée à la fin des années 1870.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.