2 juin 1918

2 juin 1918

 

Je ne t’ai pas terminé mes conversations d’hier. J’ai vu par elles qu’il circule dans un certain nombre de milieux des idées sur la fin de la guerre. On dit que Briand a des propositions de paix dans sa poche. D’après ce qu’on m’en dit, on me paraît tout confondre, et les propositions Lancken et celles qui auraient été faites par Erzberger.

Quoi qu’il en soit, j’ai su d’autre part que Briand se remuait beaucoup et qu’il cause à force avec tout le monde. Il aurait peut-être refusé le Quai d’Orsay pour prendre la présidence du Conseil.

J’ai eu ce matin une longue conversation avec Gauvain. Il m’explique le but de son article, je ne trouve pas que cela se dégage très bien. Si j’ai bien compris, il voulait démolir certaines personnalités qui cherchent à faire filer en province Chambre et gouvernement. L’opinion de Gauvain est que nous ne sommes plus en 1914 et que nous ne pouvons appliquer la méthode de la fuite à Bordeaux. Si nous nous prêtions à la dissolution de la Chambre ou plutôt à sa suppression, ce serait une des choses les plus dangereuses. Il faut garder notre Parlement.

Gauvain veut-il dire que la possession de Paris mettrait fin à la guerre et que Paris pris ou bombardé la paix s’imposerait ? Il ne s’explique pas nettement sur ce point, le téléphone le gênait sans doute pour parler. Ce qui ressort cependant très clairement, c’est qu’en 1914 nous n’avions encore que quelques semaines de guerre. Il y en a quatre ans maintenant, il est impossible de reprendre les mêmes errements. Le bruit s’était si bien répandu de possibilité de l’évacuation des pouvoirs publics qu’un rédacteur envoyé par le Daily Mail est venu ce matin nous demander s’il en avait été question au Conseil de guerre hier [1]. J’ai su cependant que Poincaré serait hostile au départ ainsi que Clemenceau. Au cas où le départ serait envisagé, je puis te dire confidentiellement que ce ne serait plus Bordeaux qui serait choisi, mais Rennes. Néanmoins, la volonté des deux présidents ne pourrait s’opposer à celle des Chambres.

Je viens d’avoir la visite du conseiller de préfecture de Château-Thierry. C’est mon correcteur. Il était nommé depuis quelques jours seulement [2]. Il est arrivé pour assister à la débâcle. Il est en ce moment occupé aux évacuations. Il me donne les détails les plus navrants sur la surprise. Ce sont eux qui ont appris l’avance allemande au général Duchêne [3]. Personne ne l’avait prévenu. À Bazoches, les habitants ont été cueillis à l’heure du repas, chez eux. Les Allemands sont entrés dans les maisons en criant : les mains en l’air ! avant que ces malheureux aient même eu le temps de se lever de table.

À Château-Thierry, on a fait sauter les dépôts contenant soixante mille obus, un million de grenades, quatre-vingt mille litres d’essence, etc., et comme cela tout le long du chemin. Quelle affreuse chose !

L’article de ce soir va, je pense, être une rude pierre dans la mare aux grenouilles. Ce qui m’ennuie, c’est qu’il va heurter quelques amis du premier degré qui se sont embarqués dans cette galère, mais l’intérêt général passe avant tout cela et il faut tâcher de couper court à cette campagne. Je suis bien sûr que tu m’approuveras et j’espère que nos amis comprendront à quel sentiment j’obéis.

Il y avait une chose encore que je désirais te dire mais ma mémoire ne peut arriver à la retrouver. Peut-être cela me reviendra-t-il [4].

À toi.

Et

[1] La sixième session du Conseil supérieur de guerre a lieu à Versailles.

[2] Édouard Lacroix, chef correcteur du Journal des Débats, est nommé le 9 mai 1918 conseiller de préfecture de l’Aisne, à Château-Thierry, par intérim. Il démissionne le 1er mars 1919.

[3] Denis Auguste Duchêne (1862-1950). Général, il commande la 6e armée française.

[4] Cf. lettre du 3 juin 1918, dernier alinéa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.