31 mai-1er juin 1918

31 mai

1er juin 1918

 

Malgré les événements, je voulais te donner un petit papier hier, j’en ai été empêché par tous les événements de la soirée. Je voulais notamment te faire connaître un article de La Gazette de Cologne auquel certains journaux ont fait allusion et qui est assez curieux. Il est daté du 26 mai. Je l’ai malheureusement laissé à la maison. Il dit que l’offensive prochaine aura lieu sur le front français, qu’il s’agit de châtier en l’armée française les auteurs responsables de la continuation de la guerre et punir en même temps ce sentiment qu’avaient les Français d’être la seule force militaire parmi les Alliés, les seuls capables de lutter contre l’Allemagne. Cet article semble vouloir venger les Anglais et les Italiens du mépris qu’on leur aurait témoigné à la suite de Caporetto et de l’offensive de mars. Autre incident que je voulais te conter. On fait, à la Maison de la Presse, une sorte de conférence sur les événements à des journalistes, écrivains, militaires, pour leur commenter les événements et leur dire, dans le fond, comment les présenter au public. Or mardi dernier, un lieutenant Maury [1] qui est chargé de cette besogne par le Grand Quartier, besogne que Chaumeix a fait longtemps autrefois, venait d’expliquer les choses lorsque le général Malleterre prit la parole et lui dit que tout ce qu’on venait de dire était absolument inexact et que, dans ces conditions, il ne pouvait en tenir compte. Aux personnes réunies là, on devait dire la vérité ou ne rien dire. C’est surtout, je crois, sur la question des réserves que le reproche s’appliquait. Le lieutenant fut interloqué, chercha à répondre, mais le général le prit d’assez haut et la réunion fut disloquée sous la plus fâcheuse impression.

À l’instant, Sabatier, de Radio, vient de me téléphoner. Je lui demande s’il a des nouvelles. Il n’a, lui aussi, que celles de ce matin. Il y ajoute ce détail, c’est que Foch est venu ce matin pour le Conseil interallié. Il est sorti à midi de la présidence du Conseil et il a dit assez nettement pour que les journalistes présents l’aient entendu : Pour le moment ils sont arrêtés, mais il faut qu’on me laisse 48 heures pour parer à la situation. Quand on a reçu un coup de poing, on ne peut pas toujours le rendre de suite, il faut être en état de le donner.

Sabatier ajoute que les nouvelles du GQG disent que la situation s’améliore. On est sur un palier mais il faut y rester.

J’attends toujours avec impatience, avec anxiété, l’arrivée du neveu.

Ton

Et

[1] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.