30 mai 1918

30 mai 1918

 

J’avais à peine mis la date sur le présent papier que la sirène nous conviait à chercher un abri plus sûr que notre quatrième étage. Aussi je ne sais si le pensum commencé sera mené très loin.

Je t’ai parlé de mon déjeuner avec le capitaine Bourget [1], très fermé, évidemment soucieux de ne pas laisser connaître le fond de ses préoccupations. J’ai pu voir néanmoins que son sentiment était le même que celui de notre Bidou. Il estime très sincèrement que si l’on arrive à mettre quelque chose devant l’ennemi, son avance actuelle sera arrêtée, mais l’inquiétude reste dans la situation générale compromise par cette nouvelle poussée. Que fera-t-on si l’ennemi déclenche quelque chose sur un autre point du front ? De redoutables inconnues se posent.

Réunion comme tu le sais rue de Châteaudun. Arrivent successivement Brisson, Arthur Meyer, Henry Simond. Meyer nous affirme qu’il sait, par le GQG, que les Allemands sont à Château-Thierry. Il le sait en réalité par la Chambre. On est très soucieux. Sapène et Berthoulat arrivent à leur tour suivis du président [2] que je remplaçais jusque là. Berthoulat est plus qu’optimiste. On est en train de réaliser le plan du commandement. Il n’y a rien dans tout cela qui puisse inquiéter. Il a vu Clemenceau au moment où le président montait en auto avec René Renoult.[3] Clemenceau lui a dit : « Ça va », avec un signe de la main. Il paraissait confiant et assuré. Cette impression fut confirmée par la conversation qu’il eut ensuite avec Jeanneney, en la bonne foi duquel il a la plus grande confiance (je crois du reste qu’il a raison). Jeanneney lui explique la situation telle que tu l’as entendue maintes fois. Arrivée des réserves en ordre, désir de ne pas les engager par petits paquets, par conséquent attente pour frapper le coup. Confiance absolue des généraux. L’ennemi sera arrêté. Berthoulat était allé à la Chambre auparavant et là il avait entendu les accusations se produire contre les chefs selon le parti auquel on appartenait. Les tenants de l’un ou de l’autre accusaient l’un ou l’autre, mais, ajoute Berthoulat, « la majeure partie était défavorable à Pétain, ceci dit sans aucune espèce de sentiment de partialité. » Au contraire.

Devant ces attaques et ces demandes de sanctions, Clemenceau aurait dit qu’il ne frapperait aucun des généraux. Cependant, comme je te le disais ce soir, Duchêne et Franchet d’Espérey seraient limogés [4].

Henry Simond qui, lui aussi, sait tout par le GQG ou quelqu’un du GQG, n’est pas aussi flambant que Berthoulat, mais on sent que ses récits accusent Pétain.

Dans la conversation, on fait allusion aux avertissements de Maud’huy, et Henry Simond ajoute que Duchêne, lui aussi, avait prévenu. Pétain aurait envoyé au nord l’armée Gouraud, laissant Châlons complètement vide. Je sais que Châlons avait été dégarni mais ce n’est pas Pétain qui a donné cet ordre-là. Je sais au contraire que le généralissime s’est violemment élevé toujours contre cette idée de tout envoyer aux Anglais. Il me revient cette phrase vraiment très juste de Berthoulat : « Quand on nomme un chef unique dans une coalition, celui-ci, fatalement, ou fait les affaires de la coalition en négligeant celles de son pays, ou il fait les affaires de son pays en négligeant la coalition. »

J’abandonne le récit de tous ces propos plus ou moins saugrenus ou décousus mais qui prouvent un bel entêtement dans la chimère et je passe à ce que m’a dit Jean Dupuy alors que nous fîmes ensemble quelques pas à pied. Il est profondément inquiet et déclare qu’on a laissé passer les bonnes occasions, aujourd’hui on ne sait plus où on va. Les Allemands ont cinq cent mille hommes de plus que nous, la main d’œuvre est très abondante, etc. On arrêtera sûrement cette avance, mais, après, tout sera à recommencer et dans quelles conditions ! Si l’on est assez heureux pour résister aujourd’hui, ce que nous venons d’entendre prouve qu’on voudra repartir pour la gloire pour aboutir où ?

Il s’est passé dans le gouvernement une chose assez curieuse qui indique le désarroi. Le président de la République a fait appeler Briand pour lui confier les Affaires étrangères. Briand est allé causer deux fois avec Poincaré, puis, finalement, s’est récusé.

T’ai-je dit tantôt que cette histoire de Clemenceau ayant failli être tué ou pris est une blague ? Le général des Vallières [5] a été tué dans une embuscade ou plutôt par une patrouille sur un tout autre point que celui où évoluait le président du Conseil.

L’empereur aurait adressé à sa femme la dépêche suivante : Notre cher fils est victorieux !

À toi.

Et

[1] Paul Bourget (1887-1968). Militaire. Il est alors capitaine. Homonyme de l’écrivain.

[2] Jean Dupuy.

[3] René Renoult (1867-1946). Avocat. Homme politique. Député radical socialiste de la Haute-Saône (1902-1919). Ministre de l’Intérieur (1913-1914).

[4] Le général Duchêne est relevé le 9 juin 1918, et le général Franchet d’Espérey succède au général Guillaumat à la tête de l’armée d’Orient le 8 juin 1918.

[5] Pierre-Émile des Vallières (1868-1918). Général de brigade de la 151e division d’infanterie. Il meurt pour la France, tué à l’ennemi, le 28 mai 1918 au carrefour des routes Juvigny-Torny (Aisne).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.