27-28 mai 1918

27-28 mai 1918

 

Mon vieux Pierre,

 

Je ne t’ai pas fait de pensum hier et celui d’aujourd’hui sera peut-être très court. Je t’ai dit à peu près tout ce que je savais dès ce matin. Néanmoins, j’ai eu un déjeuner très intéressant. J’étais invité à déjeuner par Mme Chanler, l’Américaine dont je t’ai parlé [1] et qui habite une des vieilles maisons qui avoisinent l’Institut. L’appartement est curieux, avec de jolis parquets, très peu de meubles mais de bon goût. Notre hôtesse nous explique qu’elle avait loué cet appartement au début de la guerre et qu’elle n’a pas encore pu l’arranger mais qu’elle fera tout cela plus tard. On déjeune sur une petite table dans un des salons. Nous ne sommes que six personnes parmi lesquelles Loucheur. J’ai été assez content de voir cet homme, comme cela dans l’intimité. Il m’a fait l’effet d’être prodigieusement intelligent. Le côté social l’intéresse certainement au plus haut point. Il a des projets pour l’avenir et n’hésite pas à les expliquer, et, avec beaucoup de sens pratique, on voit que déjà il en a bâti le plan. Je comprends très bien pourquoi beaucoup de nos chefs d’industrie sont inquiets de certaines circulaires : il envisage, en moderniste, un certain nombre de problèmes comme le travail des femmes, les rapports du travail et du capital, l’introduction d’un certain nombre de mesures qui doivent surprendre beaucoup et inquiéter nos industriels.

Il nous parle assez longuement, à cause du milieu où nous nous trouvons, de tout ce qui se fait pour nous en Amérique. Dans cet effort, il n’y a pas eu assez de coordination. On devrait faire exécuter par l’Amérique ce qu’elle est capable de bien faire et de faire vite, tandis que nous, nous adopterions le même système. Au lieu de cela, nous faisons simultanément mal les mêmes choses. Je ne sais si je me fais bien comprendre. Je prends un exemple. Nous avons fait construire en Amérique des avions qu’elle ne sait pas faire, tandis qu’elle pourrait construire rapidement des automobiles pour lesquelles nous ne pouvons rivaliser. Ne vaudrait-il pas mieux consacrer toutes nos forces à construire des autos et laisser les Américains fabriquer les avions ? 2e exemple. Les Américains peuvent construire en trois semaines des tracteurs, des affûts, des trains pour canons, alors que notre industrie demande quatre ou cinq mois. Demandons-les à l’Amérique et nous placerons dessus les canons qu’elle ne saurait pas faire comme nous.

C’est dans ce sens-là que Loucheur va agir désormais. Et il nous cite bien des exemples où les Américains ont voulu faire à leur tête, modifier les plans qu’on leur envoyait et n’ont abouti qu’à perdre temps, argent et marchandises.

Un des convives qui était là, et qui a été longtemps en Amérique comme officier, répond que l’Américain ferait tout ce qu’on voudrait si on avait eu des gens capables de le leur faire comprendre. C’est tout le contraire qui est arrivé.

Je questionne Loucheur sur les grèves. Il estime que cela va mieux mais que certainement l’esprit n’est pas bon. À Saint-Étienne ce serait terminé, mais cela a été dur. On a cueilli dans leur lit une trentaine d’individus comme Péricat et Broutchoux [2] plus, par erreur, un parlementaire que l’on a relâché. À Bourges, il m’assure, contrairement à ce qui avait été dit, qu’il n’y a eu que des choses insignifiantes.

Je lui parle de Merrheim. Il le croit intègre et il le connaît depuis longtemps, ce chef syndicaliste étant originaire de Roubaix. Il le croit convaincu et intègre. En nous faisant  le récit de son entrevue avec Clemenceau, il nous dit que Merrheim s’est montré avocat d’affaires de grand talent. Mme Thomson, qui était là aussi, affirme que Merrheim est scrupuleusement honnête. Du reste, il vit de rien, quatre sous de pain et du lait qu’il partage avec les siens. Il y a loin, tu le vois, des accusations de Berthoulat criant que Merrheim est vendu à l’Allemagne, à ce Merrheim anachorète.

Dans cette conversation de Merrheim avec le Tigre, Loucheur nous cite quelques mots assez savoureux que je ne me rappelle que vaguement mais que j’ai goûtés. Je lui parle des événements de l’Aisne. On sentait très bien que chacun aurait voulu engager la conversation sur ce sujet et que l’on hésitait. Avec un peu de timidité, je dis que les Allemands ont passé l’Aisne [3]. Il n’hésite pas à me dire que c’est plus important encore, qu’ils sont à Fismes mais que, déjà, il y a des symptômes d’amélioration et que notre monde commence à arriver et sera demain matin à pied d’œuvre. Cette rapidité est due à la mobilité des Allemands qui ont su établir quatre voies de chemin de fer parallèles au front. Ils ont engagé là trente divisions contre les cinq que nous pouvions avoir.

Ce renseignement nous avait été donné par Bidou qui est arrivé couvert de poussière quelques instants après toi. Il n’est pas extrêmement sombre et croit que nous arriverons à arrêter nos ennemis. Il est manifeste que les Anglais ont été surpris et l’énormité de leurs forces ne rend pas étonnant le recul. Il pense très sérieusement que, nos réserves arrivant, on pourra paralyser l’avance ennemie. Quoi qu’il en soit, ne te paraît-il pas qu’il y a eu là quelque chose dans le commandement qui avait tout fait remonter au nord, laissant ce côté-là assez vide.

Bidou, qui n’a eu aucun contact avec les hommes d’ici, tient à peu près le même langage que Loucheur. Attendons.

Ton vieil

Et

[1] Cf. lettre du 20 mai 1918. Mme Astor Chanler habite impasse Conti.

[2] Benoît Broutchoux (1879-1944). Anarchiste. Ouvrier militant.

[3] La troisième offensive allemande commence sur Soissons, Reims et le Chemin des Dames. C’est la bataille de l’Aisne. L’attaque allemande se poursuit avec succès : elle force la ligne de la Vesle sur 13 km entre Braine et Courlandon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.