26 mai 1918

26 mai 1918

 

Après avoir écrit mon pensum hier, je me suis rendu au Cercle où il y avait un ballottage. J’étais inquiet pour un des candidats tout au moins, le brave Lévis-Mirepoix. Si peu de temps après son aventure retentissante, quelques grincheux pouvaient déposer une noire et il en faut très peu. Cela s’est tout de même très bien passé. Amen.

Là, Barante me raconte qu’il a su par des officiers préposés aux prisonniers de guerre, que l’on a installé des phonographes pour récolter les propos des Boches et que, par cet ingénieux moyen, on a su que le Kaiser traversait en ce moment une crise de mysticisme, qu’il restait des heures en prière, demandant sans doute à Dieu de l’éclairer. Le Kronprinz, Ludendorff et consorts tâcheraient de réagir, mais il serait difficile de tirer des décisions de Sa Majesté. Je n’ai pas très bien compris si on voulait attribuer le retard de l’offensive à cet état cérébral.

Après cela, j’ai eu un entretien avec Cambon qui m’a répété une plaisanterie qu’il me fait presque chaque fois, c’est de me demander si Gauvain est toujours débordé par ses flots de suc gastrique. Il attribue la politique de notre collaborateur à une maladie d’estomac. Nous avons parlé de Ribot et de l’affaire Charles [1]. Naturellement, Ribot n’a pas su se servir des lettres au point de vue italien. Je lui dis que Ribot laisse courir le bruit que Poincaré aurait écrit une lettre compromettante. Il m’affirme que la lettre du président n’a pas du tout ce caractère mais que le vieux Ribot a eu la rosserie de laisser dans le dossier les lettres de Poincaré à lui adressées personnellement et sans caractère officiel, mais qu’il a eu bien soin de retirer les siennes propres. Cela ne t’étonnera pas de ce vieillard si souvent malfaisant, heureux de faire glisser l’homme qui a pris sa place sur quelque pente fatale. Puis il me dit combien Ribot, dans l’affaire de la négociation elle-même, a été faible puisqu’il n’a pas osé se rendre à l’entrevue et qu’il l’a envoyé lui, Cambon, à sa place.

Au point de vue des grèves, Cambon voit plus juste que beaucoup de ceux que j’ai entendus. Il en est inquiet et voit des symptômes très inquiétants, il n’a pas tort. À Saint-Étienne, ce serait décidément en voie d’amélioration mais l’esprit reste révolutionnaire et gagne plutôt dans la région lyonnaise. On a constaté divers actes de sabotage.

Ce matin, Xavier Charmes m’a demandé de venir le voir parce que souffrant. Je le trouve au lit et, après avoir causé de choses et d’autres, j’ai compris qu’il voulait me montrer quelque document intéressant et je ne me trompais pas. Il m’a sorti une lettre qu’avant de me lire il m’a affirmé devoir m’éclairer sur des faits auxquels je ne croyais pas. Vous savez, me dit-il, qu’enfin on commence à connaître ici le fameux article américain sur l’offensive du 16 avril et dont on a empêché la publication en France. Vous savez aussi que l’unité de commandement avait été réalisée par Nivelle puisque Haig s’était mis sous ses ordres. Or voici ce que m’écrit Jonnart à ce sujet.

La lettre était en effet du gouverneur général. Tu sais que Nivelle commande en Algérie, par conséquent Jonnart doit être assailli du matin au soir par les plaintes de Nivelle, d’autant plus qu’ils ont été au collège ensemble et que cela doit augmenter l’intimité, partant, les doléances. Voici ce que dit la lettre en substance. Jonnart écoute son cher et malheureux camarade qui lui explique comment son offensive était une chose qui devait amener la retraite des Allemands de France, non pas la marche des Allemands sur Berlin mais l’évacuation de notre territoire dans un délai de six mois, que jamais le moral des troupes n’avait été aussi beau malgré les campagnes défaitistes au front comme à l’arrière du front, que l’arrêt de cette magnifique opération était due à l’intervention des parlementaires et que les chiffres de morts et de blessés avaient été exagérés, etc.

Remarque que Jonnart, pas une fois dans sa lettre, n’a dit « voici ce que je pense », mais il laisse tout cela dans la bouche de Nivelle, semblant toutefois partager sa conviction.

Tu vois comme tout cela gagne du terrain. Je ne me suis guère trompé dès le début quand j’ai vu le petit point dans le fruit. Quand Cochin m’a dit l’arrêt de l’offensive est une nouvelle affaire Dreyfus il ne croyait pas si bien dire, mais je crois que l’affaire Dreyfus sera le contraire de celle qu’il croit et qu’elle tournera comme l’autre. Attendons-nous donc à voir des événements. Puisque nous voici sur un terrain judiciaire, malgré la façon très stricte dont on observe le huis clos dans le procès Paix-Séailles, il s’échappe tout de même quelques bribes de ce qui s’y passe. Hier, on a entendu Briand à cause des contradictions qu’il y a entre Sarrail et Cordonnier. Ce dernier, qui était l’ami intime de Sarrail, a été débarqué et lui a voué une rancune tenace. Or hier, donc, Briand fut entendu, et il s’est élevé entre lui et Viollette une très violente discussion. « Il est impossible de causer avec un homme comme vous », aurait déclaré Briand. Que va-t-il en sortir ? N’oublions pas que c’est un conseil de guerre.

À toi.

Et

[1] Charles Ier de Habsbourg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.