25 mai 1918

25 mai 1918

 

Je te signalais hier, d’après l’Intérieur, le conflit grave qui s’était élevé à Saint-Étienne entre les grévistes et la manufacture, l’intervention de la troupe, et j’ajoutais, toujours d’après la même source, que les choses semblaient en voie d’apaisement [1]. Il n’en aurait rien été car, d’après le maire de la ville qui est venu aujourd’hui, la situation reste très grave et le mal menace de s’étendre. J’ai su également par un autre côté que cette nuit on redoutait des événements et qu’on a laissé sur pied de mobilisation tout le personnel télégraphique. Peut-être tous les braves gens qui ont fait une confiance illimitée en qui tu sais vont-ils s’apercevoir que ces mouvements ont des causes profondes indépendantes de l’action temporaire des chefs. Je n’en veux d’autre preuve que celle-ci. Il y a deux jours, je te racontais la conversation que j’avais eue avec un chef d’industrie. Il me disait que lorsque le gouvernement avait composé avec un chef, qu’il avait eu cette maladresse, ce chef était aussitôt distancé par un autre. Merrheim battu par Péricat qui s’empare de l’autorité. On ne veut voir là-dedans que le fait de la composition avec un meneur alors que c’est tout bonnement ceci. Le soi-disant meneur, au lieu de conduire la grève, est tout bonnement conduit par elle. Dès qu’il fait mine de paralyser le mouvement, il est aussitôt remplacé. Ce n’est donc pas, comme on le prétend, la volonté des meneurs qui détermine l’effervescence, mais bien cette effervescence qui se désigne un chef. Je ne sais si tu comprends bien mon raisonnement. Quoique nébuleux, je crois cependant qu’il est juste.

C’est exactement comme l’histoire de Kerenski. Tu as entendu dire par tout le monde qu’il n’a rien pu faire parce qu’il n’était que bavard et pas du tout homme d’action. En réalité, son impuissance est venue de ce qu’il n’offrait à ses masses que de continuer la lutte et que le populaire ne voulait se battre pour rien au monde. Il devait donc sauter, et il a sauté.

N’en est-il pas un peu de même chez nous ?

Grande discussion avec la censure à propos du document de ce soir. On finit par nous laisser notre publication en nous priant d’enlever le dernier passage qui a trait aux excitations à la grève. Pour en arriver là, j’ai exigé qu’on téléphone à la présidence du Conseil. C’est un peu enfantin parce que je crois que ces provocations à la grève, si elles étaient une manœuvre, produiraient l’effet contraire à celui qu’Anastasie redoute et forceraient bien tout le monde à reconnaître la perfidie de la manœuvre qui, une fois dévoilée, cesserait d’être dangereuse.

La seule chose que je redoute un peu, ce serait que ce factum ait été fabriqué par nos propres services de propagande, mais alors, comment expliquer qu’il ait été perdu par un des nôtres dans la nuit d’un bombardement des ennemis ? Comment expliquer que nos aviateurs se soient amusés à emporter des feuilles semblables alors qu’ils ne devaient survoler que la France ? Enfin, laissons courir, nous verrons. De plus, et c’est ce que j’expliquais au commandant-censeur, des papiers de ce genre ne sont pas rares en Allemagne et cet état d’esprit opposé violemment à la Prusse, s’il n’est pas général, existe tout de même en Bavière.

J’oublie généralement, dans la hâte du pensum, la moitié des choses que j’aurais à te dire. C’est ainsi que Milewski, en arrivant ce matin très agité au sujet de ma publication de la nouvelle Ligue russe, m’a fait penser que j’avais complètement omis de te parler de la visite que m’avait faite avant-hier Isvolski. Il était venu me mettre au courant de ce projet, né de l’attitude prise par la ligue Gourko et qu’il jugeait, lui et les esprits sérieux russes, comme très défavorable à l’Entente [2]. Si donc je prends les termes mêmes de l’ancien ambassadeur, la nouvelle ligue serait celle des gens qui se disent sérieux. La réunion, à la suite de laquelle a été élaboré le manifeste, a eu lieu chez un Russe, 11 bis, rue Saint-Dominique, hier de 10 h à 12 h.

Milewski était venu me demander de qui je tenais cela. Mais d’Isvolski lui-même, ai-je répondu. – Cela n’ajoutera pas un grand sérieux à l’affaire, reprit Milewski, et comment expliquerez-vous que Maklakoff n’ait pas signé ? – Je ne l’explique pas, c’est un fait. Isvolski dit cependant que Maklakoff, étant dans une fausse situation, n’a pas signé mais a complètement adhéré. Je crois bien que Maklakoff, malin, n’a pas voulu se mettre dans un mouvement nettement séparé de celui pour lequel Isvolski et consorts avaient au début donné leur approbation. Probablement que ces gens sérieux ne lui disaient rien qui vaille.

J’ai été informé confidentiellement qu’à la commission de l’Aviation, Bénazet avait demandé à ce qu’on empêchât certaines divulgations faites par les journaux et il aurait attribué je ne sais quelle importance à une indiscrétion faite par les Débats il y a quelques jours. Il me semble stupéfiant que nous ayons péché par un excès d’information. Bénazet a peut-être trouvé ce moyen de se venger du mal cuisant que lui a fait Gauvain [3]. C’est du reste un peu comme cela que la commission a envisagé sa plainte.

Au revoir, mon vieux. Bona sera !

Et

[1] D’importantes grèves à caractère révolutionnaire ont lieu dans la Loire. Dans les usines d’armement de Roanne, Saint-Étienne, Saint-Chamond et Rive-de-Gier, plus de 50.000 ouvriers cessent le travail entre le 18 et le 28 mai, appellent à une grève générale pour la cessassion des hostilités et des négociations de paix. Mais ce mouvement, parfois violent, est peu suivi et suscite plutôt la réprobation.

[2] Le premier Congrès panrusse des conseils économiques nationaux se réunit à Moscou du 25 mai au 4 juin 1918.

[3] Cf. lettre du 24 avril 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.