24 mai 1918

24 mai 1918 [1]

 

Comme je viens de te le dire par téléphone, j’ai reçu un document des plus curieux. Il m’a été apporté par Henry Cochin [2], frère de Denys. Tu sais qu’il a une propriété près de Corbeil [3] où se trouvent actuellement sa femme et ses enfants et petits-enfants. Dans la nuit de mardi à mercredi, ils ont été survolés par un avion boche se rendant faire son travail à Corbeil. On a vu l’aéro passer. Le lendemain matin, la petite-fille [4] de Cochin, se rendant comme chaque matin à la messe de 7 h, a trouvé sur la pelouse un papier qu’elle a ramassé. C’est un factum complètement rédigé en allemand. Il s’adresse aux Bavarois et porte comme signature : « Un Bavarois qui aime son pays. »

Ce papier est une violente protestation contre la guerre qui n’est due ni à la France ni à l’Angleterre mais à la classe aristocratique prussienne. La Bavière, depuis cinquante ans, est exploitée par la Prusse, c’est elle qui paie les frais de la politique prussienne, qui verse son sang pour la satisfaction des ambitions de la Prusse et qui, maintenant, est plongée dans la plus affreuse misère, etc., etc.

Je crois que je vais publier la traduction de ce document. Je le ferai précéder d’une note prévenant le lecteur que nous n’en tirons aucune signification mais que, tel qu’il est, il présente en tout cas un intérêt de curiosité extrême. N’est-ce pas ton avis ? La censure n’interviendra-t-elle pas ? Nous le verrons.

As-tu su qu’hier il y eut à Saint-Étienne des incidents assez graves. Les grévistes ont voulu débaucher les ouvriers de la manufacture d’armes qui ont énergiquement refusé de cesser le travail. On fut obligé de faire venir la troupe pour protéger la sortie et l’entrée des ouvriers et de la faire intervenir. Cette intervention eut lieu aux applaudissements du personnel de la manufacture dont l’esprit demeure excellent.

Les dépêches de ce soir donnaient la situation comme beaucoup meilleure. Naturellement, on attribue cette effervescence à des tracts distribués à profusion et d’origine allemande.

J’ai reçu une lettre aujourd’hui d’une jeune artiste de l’Opéra que tu as croisée chez moi et qui est allée chanter au front. Elle m’écrit cette phrase amusante : « J’ai beaucoup chanté là-bas et devant le poilu et devant les gros bonnets, entre autres devant le frère de la reine d’Angleterre qui est venu deux fois m’entendre. C’est un alcoolique digne et sympathique ! »

Un jeune diplomate m’a raconté ce soir la belle gabegie qui règne au Quai d’Orsay. C’est toujours Berthelot qui est le grand manitou, mais, auprès de Pichon, Gauthier [5] est son homme. L’excellent Pichon case à tours de bras tous les amis du Jura et de Tunisie. Grades, postes sont donnés avec la plus grande facilité au détriment de la hiérarchie et du mérite. Mon jeune homme s’est amusé à compter ce que Pichon coûte au budget par ce favoritisme, ses propres émoluments mis à part. Entre soixante-dix et quatre-vingt mille francs. C’est déjà quelque chose pour un pays qui n’arrive pas à payer à un homme qui a accompli le plus magnifique exploit de la guerre les dix mille francs qu’on lui a promis.

Good night.

Et

[1] Nalèche n’évoque pas le dîner de l’Union où il a été invité par François de Wendel : « Nous avons encore eu les Gothas cette nuit. Cela fait deux jours de suite. Ils ont eu la politesse de n’arriver qu’à 11h1/2 et de laisser rentrer paisiblement chez eux mes invités de l’Union : Lémery, le sous-secrétaire d’État au Commerce, l’enfant noir chéri des belles madames en ce moment, Lazare Weiller, Nalèche, Marguerite de Brissac dont le beau-fils Pierre vient d’être refusé momentanément à l’X et aux Mines, Andrée, baronne de Brimont, etc. » François de Wendel, Journal, 23 mai 1918.

[2] Henry Cochin (1854-1926). Homme de lettres. Homme politique. Catholique libéral. Conseiller général du Nord.

[3] Cette propriété est le château de Mousseau à Évry-Petit-Bourg (Seine-et-Oise).

[4] Marie Morisson de La Bassetière (née en 1914). Fille d’Henri de la Bassetière et de Thérèse Cochin, fille d’Henry Cochin. Elle est élevée par ses grands-parents Cochin.

[5] Paul-Joseph-Edmond Gauthier (1873-19). Diplomate. Consul général. Chef adjoint du cabinet de Pichon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.