22-23 mai 1918

22-23 mai 1918

 

Mon vieux Pierre,

 

Je joue de malheur avec toi depuis quarante-huit heures. Aucun moyen de t’avoir hier au téléphone. Je me suis heurté au plus mauvais vouloir des jeunes filles qui prétendaient ton appareil décroché. Aujourd’hui, on me dit que tu as téléphoné à midi et que tu es revenu vers 3 h 1/2. J’avais eu deux rendez-vous successifs qui m’ont empêché d’être à mon poste habituel. Avais-tu quelque chose à me dire ? J’espère que cela n’avait rien d’urgent. En tout cas, s’il y a quelque chose tu me le diras ce soir.

Je t’aurais raconté que les affaires du 16 avril prennent de plus en plus une tournure alarmante. Notre informateur du Sénat est venu hier me dire qu’un père conscrit, qui n’est pas le premier venu, lui avait confié que de nouvelles demandes d’autorisation de poursuites étaient sur le point d’être déposées contre deux sénateurs.

1° Contre Painlevé, coupable d’avoir arrêté l’offensive du 16 avril pour raisons politiques.

2° Contre Steeg, coupable d’avoir fourni de l’argent à un comparse pour entamer l’affaire du complot contre L’Action française, dit complot des panoplies, de façon à soulever l’opinion publique et à détourner l’attention des graves questions dans lesquelles la responsabilité du gouvernement était engagée.

Je te donne le renseignement pour ce qu’il vaut mais il est intéressant à noter comme symptôme.

J’ai entendu ce matin battre vigoureusement en brèche le raisonnement que je t’exposais au point de vue de l’intervention japonaise. Cette dénégation était produite par des financiers persuadés que le Japon ne se laisserait pas mener par des raisons d’une sentimentalité pareille et que, pour lui, seule la Chine existe et il reçoit satisfaction par le traité sino-japonais. Je crois que ces gens-là ont tort et que le statut des Japonais à l’extérieur serait le levier par lequel le gouvernement nippon pourrait soulever les masses, peu importe les raisons profondes de l’intervention. Ceci serait la plate-forme.

Il faut que je te raconte deux choses assez comiques, mondainement parlant, et qui m’ont été dites par des chartistes qui étaient à notre réunion de tout à l’heure.

Figure-toi que le duc de La Trémoïlle se voit contester le droit de s’appeler ainsi. Voici les faits que je tiens de l’archiviste nommé expert par le tribunal. C’est te dire qu’il faut garder strictement pour toi l’origine de la chose :

Un employé des postes de Nantes commit un acte d’indélicatesse et prit la fuite. Il s’en alla quelque part au Mexique ou aux Antilles où il vécut dix ans. Il revint en France sous le nom de Louis de La Trémoïlle et accompagné d’une sœur, Melle de La Trémoïlle. Ce Louis de La Trémoïlle fut condamné, envoyé au Maroc je ne sais où. Pendant ce temps-là, la sœur fit quelques nouveaux amis et acheta près de Chartres une propriété sous le nom de La Trémoïlle.

Le duc se demanda ce que c’était que cette parente inconnue et ne tarda pas à apprendre qu’elle s’appelait en réalité Dubé ou quelque chose d’approchant. Il fit un procès. Mais la demoiselle, très intelligente, rechercha les actes et découvrit que le grand-père La Trémoïlle était décédé veuf de Melle de Saint-Didier [1]. Donc, le duc, père de l’actuel, n’avait aucun droit au titre d’après l’état-civil puisque son père était porté décédé veuf de Melle de Saint-Didier alors que le rejeton était le fils d’une troisème femme, Melle de Serrant. Tout ceci est très embêtant pour notre duc et, sans que ce procès puisse tenir debout, il y a des détails que l’on ne voudrait pas révéler car ce grand-père avait soixante-treize ans lorsqu’il devint père.

La Trémoïlle est très embêté.

Ma seconde histoire, la voici. Elle a trait à l’origine de la fortune de Pillet-Will [2]. Il y a d’assez sombres nuages. Le XVIIIe siècle n’avait pas d’agents de change mais, tout de même, il y avait quelques personnes qui en tenaient lieu. C’est cette charge qu’occupait un sieur Pillet qui faisait les affaires de Philippe Egalité. Lorsque, après les Journées d’octobre, le duc d’Orléans s’aperçut que ses affaires commençaient à sentir mauvais, il fit réaliser ses valeurs par Pillet et rassembla ses bijoux. On confia à un messager à cheval le tout. En croupe, cet homme portait une énorme somme en numéraire dans une caisse. Il partit pour le Havre d’où il devait s’embarquer pour l’Angleterre. En traversant le Bois de Boulogne, le courrier fut attaqué, poignardé et on retrouva son cadavre le lendemain. Caisse et bijoux avaient disparu.

Longtemps le soupçon plana sur Pillet.

Amitié.

Et

 

Naturellement, ne me vends pas.

[1] Marie Virginie de Saint-Didier (18-1829). Elle épouse en 1817 le duc de la Trémoïlle.

[2] Alexis Pillet-Will (1837-1911). Banquier. Directeur de la Caisse d’Épargne de Paris (1871) et Régent de la Banque de France. Il a quatre enfants dont Frédéric (1873-1962).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.