21 mai 1918

21 mai 1918

 

Je fais tout de même mon pensum, mais je suis tout à fait empoisonné. Un accident de moteur a complètement paralysé notre tirage. J’ai été obligé d’aller dans une imprimerie et notre pauvre feuille va sortir de là à quelle heure et dans quelles conditions !

Pensons à autre chose.

Militairement, nous n’avons pas eu jusqu’ici beaucoup de renseignements. On disait bien que c’était aujourd’hui 21 que devait commencer l’offensive mais chaque jour c’est le même refrain.

Heurteau est venu ce matin. Les grèves, arrêtées à Paris, continuent encore en province. À Saint-Étienne règne un véritable état d’esprit révolutionnaire. Dans d’autres localités encore, le travail n’a pas repris. Heurteau nous dit que Loucheur fait réellement du socialisme. Il s’élève contre la tactique qui consiste à donner satisfaction aux revendications en gagnant certains chefs. Ceux-ci sont aussitôt démonétisés et remplacés dans leur influence. C’est ainsi qu’on avait domestiqué Jouhaux ; Merrheim prit le dessus. On s’arrangea alors avec Merrheim ; voici ce dernier qui, à son tour, est distancé par Péricat[1]. Au moment des dernières grèves de Saint-Étienne, il y eut de véritables actes de sabotage. On prit une douzaine des meneurs dont cinq passèrent en Conseil de guerre. Quant aux autres, Loucheur obligea les usines à les reprendre avec les honneurs de la guerre. Avec ces mœurs, dit Heurteau, on ne sait où l’on va. Il faut lutter contre ces gens qui tendent à établir l’intervention de l’État partout. Il faut faire comprendre que les régimes appliqués aujourd’hui à l’industrie ne doivent être que transitoires comme les restrictions et tout le reste. Il trouve que les gens, comme Victor Cambon avec ce grand mot d’organisation, sont bien dangereux. Il approuve la campagne du Temps contre les socialistes et ne se rend pas compte que ce genre de polémique ne fait qu’exaspérer ces gens-là et n’arrêtera jamais rien. Je la trouve au contraire assez maladroite et pas toujours de bonne foi.

Heurteau me demande si j’ai vu le fameux article du journal américain sur l’offensive [2]. Tu vois combien cette campagne prend des proportions. Il me dit avoir lu aussi le rapport secret d’Henry Bérenger contenant tous les ordres jour par jour donnés par Nivelle et prouvant que l’intervention des parlementaires a arrêté le plus brillant succès.

J’ai déjeuné ensuite avec Borrel [3], député de la Savoie. N’est-ce pas celui-là qui, justement, a parlé après l’offensive du 16 avril ? Il arrivait des armées et a raconté simplement ce qu’il avait vu. Je crois bien que c’est lui, je vérifierai demain. Quoi qu’il en soit, il trouve cette campagne infâme et interviendra au jour où cela paraîtra nécessaire. Il m’a demandé beaucoup de détails sur les tentatives de paix de Charles Ier et aussi sur celle de Briand. Ne connaissant les choses que par les récits de Briand, il me disait ne pas être fâché d’entendre un autre son de cloche. Je lui ai dit ce que j’en pensais et le danger qu’il y avait à faire croire que les Allemands auraient donné comme cela l’Alsace et la Lorraine. Du reste, m’a-t-il dit, Briand raconte tout cela constamment et à tout le monde et j’ai cru constater qu’il était parfois un peu dupe lui-même de ses phrases. Par exemple, un jour, je lui ai entendu dire qu’un personnage très considérable, Hindenburg par exemple, serait venu en Suisse discuter, puis, dans un autre récit, ce n’était pas moins que l’empereur Guillaume II qui, en personne, se serait transporté au bord du Léman pour négocier ! !

J’ai demandé à Borrel si ce que l’on disait d’une petite entente entre Loucheur et Briand était vrai, en vue de décrocher Clemenceau. Il m’a dit : Tout est possible mais je crois bien que Loucheur travaille tout d’abord pour lui. Quant à Briand, il est certain qu’il ne pense qu’à retrouver le pouvoir et que tous les moyens lui paraissent bons.

Dans un dîner d’intimes où se trouvaient le père Gillet, Eugène Motte et deux autres, Loucheur a déclaré que la politique lui faisait horreur, mais dans une autre réunion avec d’autres personnages journalistiques, il a sorti tout un programme d’action qui indiquait que son désintéressement politique n’était pas aussi réel qu’il l’avait prétendu. Ceci, c’est mon hôte de ce matin qui l’a raconté. Il est le parent de Gillet. Loucheur est donc, d’après tout cela, assez énigmatique.

Ton

Et

[1] Raymond Péricat (1873-19). Syndicaliste CGT. Libertaire. Secrétaire de la Fédération du bâtiment. Fondateur du premier Parti communiste en mai 1919. Directeur de L’Internationale.

[2] Les Allemands développent leur attaque et atteignent la Marne et le Chemin des Dames.

[3] Antoine Borrel (1878-1961). Journaliste. Homme politique. Député socialiste de Savoie (1909-1931).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.