20 mai 1918

20 mai 1918

 

Matinée de lundi de Pentecôte sans grand intérêt mais assez mouvementée tout de même. La salle de rédaction eut du monde tout le temps. Alter ego est venu avec Pol Neveux [1]. Jamais, dit-il, la Suisse n’acceptera le charbon français. Il se passe en ce moment pour le combustible les mêmes négociations que jadis pour le blé, seulement les rôles sont renversés. On avait fait marcher la France par l’Allemagne, aujourd’hui c’est l’Allemagne qu’on fait marcher par la France. Liesse ajoute que l’Allemagne ne laissera jamais les Suisses se servir du charbon allemand pour satisfaire aux besoins de l’Entente pas plus que la France ne doit laisser faire usage de son charbon pour fabriquer les produits destinés aux Allemands.

– Oui, mais il eût fallu le stipuler, reprend André Chaumeix.

– Je pense qu’on l’a fait, opine Liesse.

– Absolument pas. On n’a rien stipulé.

– ? ?

Comme on a parlé de l’initiative si heureuse et si clairvoyante de Clinchamp et que je connais l’homme, il est plus que probable qu’il a été commis quelque forte gaffe dont on s’apercevra plus tard.

Demaison s’en allait déjeuner chez André Chaumeix avec le général Pageot [2] car il part pour la Suisse ce soir avec notre attaché militaire. Primitivement, mon idée avait été de lui faire envoyer quelques croquis de Berne, de cette tour de Babel extraordinaire. Puis, le voyage a tardé, Chaumeix est revenu, je ne sais s’il pourra faire cela aussi bien. Il est certain malgré tout que, s’il fait quelque chose, cela n’aura pas la banalité habituelle.

Je suis allé mettre ma carte chez Mme Astor Chanler [3]. Il est assez curieux de constater que cette considérable Américaine habite impasse Conti, ce pittoresque cul-de-sac à côté de l’Institut. C’est une maison ancienne dans laquelle on pénètre par un énorme portail du XVIIe siècle qui s’ouvre sur une cour toute tapissée de plantes grimpantes. Mme Chanler habite là un premier étage dont la façade se trouve sur le quai. C’est une demeure tout à fait archaïque qui a bien peu de rapport avec les somptueux immeubles généralement préférés par les Américains. Évidemment, cette femme n’est pas banale. Son goût pour la France lui a fait récolter vingt-cinq millions de francs pour nos œuvres. C’est tout de même quelque chose.

L’incurie militaire passe les bornes. J’ai eu des détails sur les deux bombardements de Creil [4]. Le premier, comme tu le sais, a coupé un train de permissionnaires en deux mais, par une chance extraordinaire, il avait respecté un dépôt d’essence qui se composait de quatre-vingt-trois caisses et se trouvait tout près de la gare sinon dans la gare même. Croirais-tu qu’à la suite du bombardement on l’a enlevé ou tout au moins dispersé, pas du tout, on l’a soigneusement laissé en place de sorte que le bombardement de la nuit suivante, qui n’a fait presque aucun mal ailleurs, a justement mis le feu au dépôt. Les poilus, avec un courage extraordinaire, sont venus au milieu des flammes enlever tout ce qu’ils ont pu et une vingtaine de caisses seulement ont flambé. Je t’ai raconté naguère qu’à la suite de l’incendie des magasins généraux d’Aubervilliers on avait prescrit l’enlèvement d’un dépôt d’alcool qui s’y trouvait, et qu’un mois après l’alcool était encore là. Après tout, il y est peut-être toujours.

Grandidier, rentré de Châlons à Paris définitivement, est affecté maintenant au service où Edmond est occupé. Il nous donne des détails sur son ancien poste et surtout des choses navrantes sur les bombardements. Quatre-vingt-trois maisons ont été entièrement démolies en une seule nuit. Il nous dépeint le fantastique amalgame de races que présente le petit secteur de Champagne, Américains, Sénégalais, Annamites, Malgaches, Soudanais, Italiens, etc., etc.

Dans la soirée, j’ai vu un vieil ami à nous, le baron de Castex, qui possède de grandes tuileries en Alsace et dans d’autres régions. Celles d’Alsace travaillent encore en partie, plusieurs sont situées en territoire reconquis. Il me dit que Loucheur cherche à faire le trust, au profit de l’État, de toutes les tuileries françaises mais que lui résiste et s’est mis à la tête d’un groupement dont il est le président avec l’espoir de lutter contre cette emprise. – Je crois Loucheur, m’a-t-il dit, personnellement intègre, mais il a autour de lui un tas d’aigrefins qui sont les mêmes que ceux qui avaient fait le coup de Sembat pour les charbons. Songez que si ce trust se réalisait, il ne s’agirait rien moins que de trois cents millions de francs par an. On emploie tous les moyens contre nous. Si vous ne cédez pas, nous dit-on, on vous supprimera les ouvriers et les moyens de transport. On a été jusqu’à faire auprès de lui des tentatives d’achat qu’il a repoussées. Quand la guerre sera finie, ajoute-t-il, j’aurai un joli dossier à vous communiquer et que vous pourrez publier pour édifier nos contemporains.

Je m’en doute. Il doit y avoir dans toutes ces affaires avec l’État une maffia dont le populo soupçonne la canaillerie et qui la supporte parce qu’elle s’entend à faire danser les milliards mais qui amènera quelque terrible réveil.

Good night.

Et

[1] Pol Neveux (1865-1939). Avocat. Homme de lettres. Inspecteur général des bibliothèques. Époux de Céline Pellet, dite Marcellin Pellet, il est donc le beau-frère d’André Chaumeix qui l’amène au Journal des Débats.

[2] Général Pageot. Attaché militaire à l’ambassade de France à Berne.

[3] Mme Astor Chanler (1886-1946). Probablement Béatrice Minerva Ashley. Américaine. Actrice.

[4] Creil est une cité industrielle et un nœud ferroviaire important qui subit de nombreux bombardements de Zeppelins en 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.