17 mai 1918

17 mai 1918

 

Il ne faut pas, tout de même, que l’alerte fasse perdre les droits du pensum. Aussi je m’y mets.

Tu trouveras ci-joint un petit mot et le fac-simile d’une carte qui fut distribuée à Bourges à la veille du 1er mai. Le tout m’a été adressé par Adolphe Jullien [1], le critique musical, qui villégiature dans cette ville. C’est très édifiant comme tu le verras. Si, un jour ou l’autre tu y penses, tu me rendras ces papiers pour nos archives.

Fernand de Brinon est allé ce matin au ministère où il a parlé pendant deux heures avec les chefs de service. La conversation la plus intéressante fut avec le colonel Herscher [2], chef du secrétariat militaire. Celui-ci est fort loin d’être emballé, mais il dit qu’entre Foch et Pétain cela va très bien parce que Pétain y met beaucoup du sien et que, dans tout cela, le général est parfait. Il ne se fait sans doute pas de grandes illusions.

Herscher dit qu’il est inquiet de ne pas voir l’offensive se déclencher car Foch est très nerveux et il a peur que, si cette situation dure, Foch ne fasse quelque coup et n’attaque lui-même, ce qui serait bien la pire calamité. On espère néanmoins le retenir et lui persuader de rester tranquille, mais il s’agite.

Quant à l’attaque [3], on espère qu’on tiendra bon, mais il ne paraît pas possible de faire plus.

Il paraît que Clemenceau veut se mêler de tout et placer ses mots à tout propos. Il en est arrivé à lasser tout le monde, et même le père Foch commence à en avoir assez. Il a laissé entendre des phrases assez vives contre la parfaite incompétence, en ces matières, du Tigre qui veut tout régir.

Pétain est en butte à tous les mauvais tours de ses collègues. On me conte une histoire où le père Castelnau a joué un rôle peu reluisant. Il se serait repenti depuis, du reste, mais cela ne m’étonne qu’à demi de ce vieux finaud.

J’ai déjeuné ce matin avec cette Américaine qui fut l’âme de la labour mission. Elle est fort agréable. Un type un peu dans le genre de Suzanne Girod [4] un peu plus jolie et fort intelligente. Nous avons assez longuement causé un peu de tout. En bonne Américaine, elle a la sainte horreur du Boche et voudrait que la guerre continuât jusqu’à victoire complète. Elle adore l’Italie mais ajoute que, peut-être, n’avons-nous pas très bien su nous en servir. L’Italie est femme, dit-elle, il ne faut pas la blesser, il faut la caresser et la flatter, mais à la condition de lui faire comprendre qu’on peut aussi la châtier. Ce n’est pas si bête.

Il paraît que cette femme est une des rares personnes de New York qui possède une délicieuse maison du XVIIIe siècle qu’elle a arrangée avec un goût parfait.

J’ai su aujourd’hui que le fameux journal fabriqué par Lysis va paraître le 15 juin sous le titre La Démocratie nouvelle. Sans doute le père Guérin en est-il. En tout cas, c’est un groupe d’industriels qui a donné les fonds qui ne seraient pas énormes (peut-être un million), mais on se réserve d’alimenter le journal lorsque ce premier capital sera disparu.

De plus en plus, je vois s’accentuer les méfiances à l’égard de Loucheur. On me disait tout à l’heure que les fonds d’achat du Pays avaient été faits par lui mais, avec lui, un groupe de Roubaisiens dont sans doute Eugène Motte. C’est ce dernier, comme tu le sais, qui a été le créateur de Loucheur qu’il avait envoyé en Russie. On m’a confirmé aussi qu’il avait mis la main sur Le Journal du peuple.

J’allais oublier de te dire que La Démocratie nouvelle, au dire de l’homme à qui l’on a offert d’être administrateur, aurait des tendances sociales assez marquées. Ce serait, me dit mon homme, le programme de M. de Mun [5] moins les tendances religieuses.

À toi.

Et

[1] Adolphe Jullien (1845-1932). Musicographe. Critique musical du Journal des Débats (1899-1928).

[2] Henri Herscher (1878-1939). Militaire. Colonel, il est affecté au cabinet du ministre de la Guerre (décembre 1915).

[3] L’offensive allemande sur la ville de Château-Thierry et le Chemin des Dames.

[4] Non identifiée.

[5] Albert de Mun (1841-1914). Officier, il se consacre à l’action sociale après avoir participé à la répression de la Commune. Fondateur des Cercles catholiques d’ouvriers (1871). Homme politique. A la Chambre, dès 1876, il défend une législation sociale avancée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.