16 mai 1918

16 mai 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Tu m’avais à peine quitté que j’avais la visite d’un vieux bohême admirable d’érudition que tu as rencontré chez moi, je crois, Bareilles, qui a habité la Turquie trente ans et qui en connaît par le menu les richesses archéologiques. Sachant parfaitement le turc et le grec moderne, ayant éduqué les fils du sultan Abdül Hamid, ou du moins des princes de la famille, il a vu s’ouvrir devant lui les portes de tous les trésors. Je ne me rappelle pas si je t’avais mis naguère au courant d’une idée qu’il avait eue et qui pouvait être excellente, c’était de retirer les richesses du mont Athos afin de ne pas permettre aux Allemands de mettre la main dessus [1] . Aucun savant n’a pu, jusqu’ici, connaître ces merveilles. Il fallait forcer la main aux moines et, pour cela, une mission était nécessaire. J’avais mis mon Bareilles en rapport avec les Affaires étrangères et son idée a été si bien prise en considération qu’on a décidé de la mettre à exécution mais on en a chargé un grand savant qui, naturellement, ne connaît ni le grec moderne, ni les moines, ni même la façon de s’en servir. Il eut été si simple de prendre le savant, si on le désirait, mais de lui adjoindre l’autre infiniment mieux placé pour réussir. Je vais tout de même tâcher de démontrer ou de faire démontrer à         qu’il aurait grand avantage à prendre mon fou qui a, sur le mont Athos, les données les plus complètes et des recommandations pour le moins irrésistibles. Je crains que ce soit trop pratique.

Comme je te le disais, Fernand de Brinon a dîné à la maison. Il revenait de chez Auguste Gauvain. Il l’a trouvé ayant perdu beaucoup d’illusions sur nos affaires et ne voyant nullement les choses en beau. Je suis très heureux de cette conversation qui a montré à notre ami combien la politique qu’il faudrait suivre était combattue par les alliés transalpins. Je ne puis entreprendre de te répéter tout ce qu’il nous a raconté, car des heures n’y suffiraient pas, mais partout nous retrouvons cette politique macaronique dont la lettre que je t’avais montrée t’a déjà donné un avant-goût.

Je t’ai déjà esquissé l’histoire des canons porte-réclames envoyés par Loucheur avec tout un personnel et que les Italiens prient poliment de reprendre parce qu’ils ne sont pas appropriés au front italien et ne peuvent envoyer de projectiles de l’autre côté de la Piave. Ici, l’attaché militaire cherche à s’informer d’où venait l’ordre d’envoi. Ni à la Guerre, ni à la Propagande, ni au Quai d’Orsay, nul ne sait ce que cela veut dire. C’est un obscur bureau, capitaine Chaix [2], qui dirige toute cette propagande, embryon du futur ministère de Propagande qui sera dévolu sous peu au prince des gaffeurs, j’ai nommé Franklin-Bouillon.

Il y a aussi l’histoire de la mission Steed. Ce dernier a envoyé un officier avec un gros carnet de chèques. Impossible de s’en servir, le gouvernement italien ne veut pas en entendre parler.

L’offensive en Italie. Les autorités disent que si on reçoit de Versailles l’ordre de la prendre, on sera prêt dans les dix jours, mais, en attendant, on dit qu’on ne peut risquer le moral de l’armée à moins qu’on ait la preuve que des divisions autrichiennes ont été envoyées sur notre front. Alors les valeureux Italiens marcheraient pour dégager le front français.

Quoi qu’il en soit, le temps passe et si l’on voulait faire quelque chose, ce serait maintenant. Mais faire quelque chose, ce serait marcher avec deux divisions françaises et une division anglaise, ce qui ne serait vraiment pas assez.

Encore, même si l’offensive était décidée, serait-on sûr que les Italiens ne feraient pas glisser dans la presse allemande l’annonce de cette offensive afin de pouvoir dire que les Autrichiens sont prévenus, qu’il n’y a donc pas possibilité d’entreprendre quelque chose.

Tu te rappelles que c’est un homme à nous qui a accompli un magnifique exploit récent en Allemagne. Or cet homme, dont on attendait anxieusement la rentrée, est revenu après avoir accompli un travail qui ne serait jamais trop payé. Or ici, on lésine. On lui avait promis dix mille francs. Notre général, en Italie, a demandé vingt mille. On ne peut pas arriver à lui donner un argent si mérité. Aussi est-il furieux et parle-t-il de ne plus faire d’expédition de ce genre.

Very tired, I sleep.

Good night.

Et

[1] Cf. lettre du 9-10 décembre 1917.

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *