15 mai 1918

15 mai 1918

 

La grève semble être en décroissance, le travail a repris tantôt dans certaines usines et l’on espère que, demain, l’ordre pourra être rétabli.

Les classes appelées sont déjà parties ou sur le point de partir sans troubles.

Clemenceau a fait dire partout que l’offensive s’annonçait comme devant être menaçante et qu’il fallait faire son devoir si l’on ne voulait pas que ce soit les Boches qui viennent remplacer nos ouvriers dans leurs propres usines.

On leur a dit, et ils ont paru le comprendre, qu’il n’était nullement question de les remplacer par des Américains, mais que, si cela devenait nécessaire, il était préférable d’avoir des Américains et des Japonais que des Boches.

Ces raisonnements simples ont paru les toucher. D’autre part, le préfet de Saint-Étienne [1] télégraphie que la situation dans la région est en voie d’amélioration. Espérons donc que cette crise passera vite et sans douleur. Il y eut hier une petite panique du côté de Levallois ou des Batignolles. L’électricité s’est éteinte tout à coup. On a cru à un attentat gréviste mais je crois bien que ce fut un accident. La coïncidence était fâcheuse.

Reçu tout à l’heure la visite de Bardoux de passage à Paris. Il voulait me donner quelques renseignements dont il pensait qu’il était bon de tenir compte sans cependant pouvoir fonder quelque chose de décisif sur eux.

Il a lu dans les journaux qu’on s’attendait à une forte offensive, Amiens, Arras, Béthune. Pour lui, ce n’est pas encore certain ; l’attaque elle-même l’est-elle ? Il y a deux raisons qui militent en faveur de cette opinion.

1° Ils ont vu les Allemands poser des fils de fer au Kemmel, et, généralement, on ne pose pas de fils de fer quand on a des intentions d’attaque.

2° On a découvert que la classe 19 était pour 34 % dans les effectifs sur le front. Ce pourcentage élevé obligerait à aller doucement. Ce serait donc que les Allemands n’auraient que très peu de réserves. Une division serait venue récemment de Russie. Les ennemis auraient donc, y compris cette dernière, deux cent sept divisions sur notre front. Sur ces deux cent sept, cent cinquante-deux divisions auraient été engagées dont une quatre fois et cinquante trois fois, trente l’auraient été deux fois et tout le reste une fois.

Dans ces conditions, beaucoup de gens bien informés croient qu’ils n’attaqueront pas, n’ayant plus qu’une masse de choc de quarante à cinquante divisions.

Il est bien certain qu’ils ont hésité longtemps et ces retards sont à leur détriment car les Anglais, qui n’avaient rien fait jusqu’alors, ont beaucoup travaillé ces jours derniers et chaque 24 heures de retard c’est 24 heures de travail, partant de meilleure mise en état. Bardoux me demande si je crois à de prochaines propositions de paix. Je lui réponds que cela ne m’étonnerait pas, mais qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’on nous offre l’Alsace.

– Même contre des rétrocessions coloniales ?

– Même contre le retour des colonies. Par conséquent… il faut savoir ce que l’on veut.

Pour lui, les Anglais avec qui il vit seraient tout disposés à faire la paix pour trois raisons.

1° La guerre a duré déjà trop longtemps pour eux.

2° L’armée est sous le commandement français et c’est une chose qui, malgré tout, ne leur plaît guère.

3° Ils ne se soucient pas de voir les Américains terminer la guerre.

Tout cela fait que nos Alliés en sortiraient volontiers.

Clemenceau est un des auteurs, sans que cela en ait l’air, de la non formation de l’armée de réserve. Jusqu’à l’offensive il a dit amen à toutes les volontés de Douglas Haig et maintenant il terrorise les Anglais. On se demande si le procédé portera de bons fruits toujours et si son télégramme à Lloyd George est extrêmement habile.

Au revoir, mon vieux.

Et

[1] Le préfet de Saint-Étienne est alors Georges-Antoine-Maxime François (1864-1922) depuis le 3 décembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.