14 mai 1918

14 mai 1918

 

Voici un bon coup de chien. La grève que je t’annonçais hier [1] chez Renault et Citroën a gagné aujourd’hui d’une façon inquiétante. Depuis 3 h de l’après-midi, il y a plus de cent mille hommes qui ont cessé le travail. Ce qu’il y a de plus curieux, c’est qu’ils ne formulent pas de revendications. Il y a bien eu un prétexte de salaire, mais on croit généralement que c’est l’appel de certaines classes et la façon dont elles ont été appelées qui a amené la cessation du travail. De plus, les ouvriers prétendraient qu’on les remplace dans les usines par des Américains et que c’est une protestation. Les meneurs s’agiteraient en demandant la paix. On me dit que ce ne sera peut-être pas très grave car, déjà, il se dessine des mouvements de réaction. Des délégations d’ouvriers seraient prêtes à aller trouver Clemenceau pour lui demander la répression la plus sévère contre les grévistes et les chefs du mouvement. On considère une aussi rapide protestation comme de bon augure pour une issue rapide de la crise. Il n’y a jusqu’ici aucune violence car les ouvriers ne semblent pas du tout savoir pourquoi ils ont abandonné leurs chantiers.

Y aurait-il quelque corrélation entre le retard mis par les Allemands à entamer leur offensive et la préparation de la grève actuelle ? Qui sait. En tout cas, le gros ennui est que nous avons besoin d’avions et que des affaires comme celles-là ne pressent guère le travail. Nous allons voir se dérouler les événements.

On vient de me dire qu’une des raisons qui avaient paralysé l’offensive allemande était l’explosion de dépôts de munitions importants causée par les bombardements d’avions ?

Boureau a causé ce matin avec Ribot. Ce dernier lui a dit une chose qui me paraît tout de même un peu risquée. Il prétendrait que Clemenceau voudrait faire venir Caillaux devant la Haute Cour et ne pas le laisser juger par le Conseil de guerre. Ce sont généralement les amis de Caillaux qui désirent ce changement de juridiction. Alter ego étant venu ce matin, je le lui dis et il me répond qu’il l’a déjà entendu dire par d’autres, notamment par Abel Ferry. Je n’arrive cependant pas à lui faire préciser si Abel Ferry a dit que c’était Clemenceau qui le désirait. Ce point de vue transforme la question, n’est-il pas vrai ?

Différents avocats que j’ai vus ce matin disent que si Caillaux est jugé par le Conseil, son affaire est sûre, il sera condamné à mort.

D’autre part, au dire de Ribot, le Sénat ne se soucie pas du tout d’avoir à juger l’ancien président du Conseil. Il est déjà empoisonné par l’affaire Malvy et voit avec terreur l’obligation de siéger en Haute Cour pour Caillaux.

Veux-tu un mot de Clemenceau. Quelqu’un devant lui à la Chambre voit passer Ribot : Mon Dieu, s’écrie-t-il, il est bien voûté.

– Il se peut qu’il soit bien voûté, riposte le Tigre, ce n’est toujours pas lui que je prendrai pour abri !

À toi.

Et

[1] Cf. lettre du 13 mai 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.