13 mai 1918

13 mai 1918

 

Je n’ai plus qu’à achever ce que j’avais commencé dans le téléphone. Hallays, que tu as rencontré, était venu me voir pour s’entendre avec moi au sujet de sa collaboration future. Je me suis vraiment demandé s’il n’était pas un peu fou.

Comme nous parlions de la décision qu’il avait prise de quitter l’armée, il me dit qu’il aurait voulu attendre ses quatre années de service mais que, très fatigué et voyant que la guerre durerait encore longtemps, il s’était décidé à se reposer. C’est sur ces mots de « longue durée » que s’est engagée non pas notre discussion mais nos prévisions.

J’objectai que, de notre côté, une guerre de longue durée encore ne pourrait aller sans de terribles inconvénients.

– Quels inconvénients ?

– Mais de toute nature, économiques, matériels, financiers, militaires !

Un à un, Hallays s’est appliqué à me montrer qu’aucun inconvénient d’aucune nature ne pouvait nous empêcher (sans doute après des années) d’arriver à la victoire.

D’abord au point de vue campagne. Jamais les Allemands ne pourraient arriver à Paris. Pour lui, la campagne se bornera à la destruction de toute la région amochée, mais les Allemands ne pourront aller plus loin.

Population détruite. Que peut-on y voir de si mauvais ? la France n’est-elle pas déjà un composé de toutes sortes de races ? Les Américains qui viennent chez nous ne feront-ils pas des enfants ? Comment pourrait-on voir un inconvénient à ce que notre race soit régénérée par le sang américain ? Il restera sans doute un million d’entre eux qui repeupleront. L’ennui, ce serait si nous étions boches et repeuplés par les Boches, mais par les Américains il n’y a que des avantages.

Ruine économique et financière. Les économistes nous ont raconté assez de bêtises. Ils nous avaient assez prédit que la guerre ne pourrait durer plus de trois ou quatre mois. Voici quatre ans qu’elle marche et l’on tient toujours. Somme toute, nous ne devons qu’aux Américains et avec eux cela s’arrangera. Les assignats ! Mais nous les avons connus et la France n’en est pas morte pour cela. De plus, ici, on n’a jamais demandé de l’argent à personne. On ne paie que très peu d’impôts. Les restrictions sont à l’eau de rose. À part les parents qui ont les leurs à la guerre, celle-ci n’est pour tout le monde que la fête. On regorge d’argent. Le luxe continue par en dessous. Personne n’a supprimé son train, on se réserve voilà tout.

Comme tu le vois, après avoir entendu Hallays, il semble que la guerre soit une chose que nous puissions mener sans crainte encore au moins dix ans !

Après cela, nous avons parlé de nos affaires de rédaction et je te mettrai au courant de ses projets qui sont plus raisonnables.

Comme il sortait, j’ai reçu Dupuy-Mazuel. Autre guitare. Il revenait de chez Barthou car, n’ayant qu’un jour à passer à Paris avant de se rendre à Amiens où il est envoyé, il a vu le plus de monde possible.

L’avis de Barthou est que la paix n’est pas éloignée. Tout le monde a soif de la paix, ce que l’on s’obstine à ne pas voir. Si on est optimiste sur l’offensive actuelle, on l’est beaucoup moins sur la suite. Le peuple en a assez. On espère que si l’échec allemand est avéré, quelques hommes, à la tête desquels Wilson (? ?), Asquith, Kühlmann, Briand, Barthou prendront l’initiative de faire cette paix si attendue.

Les deux noms jetés ainsi au hazard prouvent que les gaillards travaillent ensemble. Crois-tu que ce soit à chercher une solution pour le pays, moi je crois plutôt que c’est à démolir Clemenceau. Écoute la suite. « Tout ce pays qui s’est mis à la remorque de ce vieillard déjà gâteux. » Tout va mal. Le règne de Clemenceau voit l’offensive allemande et un régime de restrictions qui va grand train.

Voilà l’autre son de cloche. Crois-tu qu’il faut avoir bonne tête ?

Je t’ai annoncé tout à l’heure la grève Renault Citroën [1]. Il faut bien dire que si l’enjeu n’était pas si grave, on trouverait que Citroën n’aurait pas volé cette affaire. Il est certain que c’est une réponse faite aux majoritaires à propos du battage autour de la mission américaine. L’écho que j’ai eu de cette grève montre que le gouvernement est d’autant plus préoccupé que tout ce monde ne formule aucune revendication jusqu’ici.

À toi.

Et

[1] Le mouvement de grève chez Renault entraîne les usines voisines puis le pays jusqu’au 21 mai 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *