12 mai 1918

12 mai 1918

 

Tu te rappelles qu’on avait élaboré tout un programme d’aviation avec les États-Unis. Il y a un an déjà qu’il aurait dû être commencé et qu’il était resté à l’état de projet. Il y a quelques mois, on avait annoncé à son de trompe que le programme allait être enfin réalisé et que, dès le mois d’avril, ce serait des milliers d’avions que nous enverraient les États-Unis construisant en série. Le rapporteur de la commission à la Chambre m’avait même confirmé la satisfaction dans laquelle on était de la construction qui serait prête dans les délais fixés. Et en effet, il y a trois ou quatre jours, un rapport officiel était remis à Pichon constatant la remise de deux mille avions. Tu sais que d’Andigné à commencé avant-hier à nous jeter une douche sur ce bel enthousiasme et, hier au soir, j’ai assez longuement causé avec Bliss. Le conseiller américain m’a dit que les transports d’hommes se faisaient dans la perfection. Ils arrivent d’abord en Angleterre puis sont rembarqués pour la France. On espère qu’il en arrivera près de deux cent mille par mois. Bliss espère qu’il y aura d’ici à la fin de l’année un million cinq cent mille hommes en France.

Je lui ai demandé si les avions arrivaient également bien. Il a commencé par me dire qu’il n’était pas au courant, puis, au bout d’un moment, il m’a avoué qu’il croyait bien que là on avait eu une déception…

Bliss voudrait beaucoup que les Alliés s’unissent pour la propagande et ne fissent qu’un seul organisme pour toute l’Entente. La réalisation de ce programme ne me paraît pas très facile.

Notre stratège, j’ai nommé Henry Bidou, devait partir pour Marseille pour trois ou quatre jours. J’ai été étonné de le voir ce matin. Il a ajourné son voyage parce que, m’a-t-il dit, il pourrait avoir des articles de deux sortes à faire. Les uns sur le front oriental, les autres sur l’offensive en France.

Sur le front oriental parce que les Allemands semblent devoir s’emparer à bref délai de Pétrograd et que Bidou a cru comprendre qu’ils marcheraient sur Moscou.

Sur le front occidental. Il est étonné qu’ils n’aient pas encore attaqué. Les projets ennemis étaient de le faire le 8 mai, vraisemblablement entre Amiens-Arras. On ne comprend pas leur attente qui est favorable aux Franco-Anglais en leur donnant plus de temps pour se préparer. Quoi qu’il en soit, les Allemands font d’énormes préparatifs, construisent des aérodromes, etc.

Nous causons du passé et je raconte à Bidou ce que nous ont écrit ceux des nôtres qui ont bouché les trous et qui nous ont démontré que si les Allemands avaient eu de l’audace ils passaient puisque nous n’avions absolument rien. Bidou prétend que les Allemands ont eu un moment l’impression qu’eux-mêmes étaient battus, que l’enchevêtrement était tel que l’on ne s’y reconnaissait plus, que les munitions leur ont manqué et qu’ils n’auraient jamais pu supposer que nous n’avions rien derrière nos premières lignes. Il me cite le cas d’un groupe d’automobiles blindées canadiennes qui a refoulé de douze kilomètres je ne sais quelles forces de cavalerie allemandes, et il est bien certain que, s’ils avaient su qu’il n’y avait aucune infanterie derrière ces automobiles, ils auraient fait les sacrifices voulus mais ils auraient passé. Et il me cite des faits assez nombreux à l’appui de son opinion. Je raconte à Bidou une conversation que j’eus hier aussi avec Aynard de Chabrillan [1]. Ce dernier est parent des Croüy et doit à cela sa parfaite connaissance de l’allemand. Il travaille dans un de nos services où il dépouille les journaux. Chabrillan me dit qu’il a constaté en Allemagne une véritable panique causée par ce qui s’est colporté sur les pertes. Et cependant, ajoute Chabrillan, il n’y a pas tellement de différence entre les pertes allemandes et les pertes sur notre front.

Bidou me dit qu’il a fait la même constatation et combien les Allemands suivaient avec émotion chaque arrêt de leurs armées qui était tout de suite interprété comme le prodrome de la défaite.

Je questionne Bidou et lui demande s’il croit à la possibilité d’une victoire par les armes. Cela lui semble bien douteux. Mais, ajoute-t-il, on ne sait pas ce qui peut arriver car voyez avec quelle rapidité une armée peut être enlevée. La 5e armée anglaise a disparu en rien de temps.

Comme je lui fais observer qu’on a transformé dans toute une presse la résistance à l’offensive en une grande victoire, il ne s’illusionne pas et me dit : En réalité, c’est une défaite qui n’a pas pu être exploitée, peut-être, du reste, pas plus que nous n’aurions pu exploiter une défaite semblable des Allemands.

Tout à l’heure tu m’as téléphoné ce que t’avait dit d’Aillières [2]. On m’avait dit à moi, dans la journée qu’il faudrait redouter l’emploi de la main-d’œuvre des prisonniers russes en Allemagne et aussi peut-être l’armement d’une partie d’entre eux. Menés par les Allemands comme ils l’étaient autrefois par leurs officiers, ces Russes qui n’ont pas été en contact avec la Révolution, très apathiques, fortement encadrés, pourraient parfaitement marcher. En tout cas, pour la main-d’œuvre, il n’y aura guère de difficultés.

À toi.

Et

[1] Aynard de Chabrillan (1869-1950). Fils de Fortuné (1828-1900), comte de Chabrillan, et d’Anna de Croÿ-Dulmen (1831-1887). Sa mère était une princesse du Saint-Empire qui parlait donc allemand. Il est depuis février 1916 rédacteur pour l’Allemagne au service de l’information diplomatique de la Maison de la Presse.

[2] Bernard Caillard d’Aillières (1895-1957). Homme politique. Engagé volontaire à 20 ans en 1915, il est décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *