10-11 mai 1918

10-11 mai 1918

 

J’ai eu quelques détails sur le lieutenant Bruyant [1], le directeur du Moral de l’armée. Professionnellement, c’est un remisier qui a cherché à s’embusquer dès le début. Il avait des amitiés à la Sûreté générale et ce fut là qu’on arriva à lui faire attribuer ce poste qui souleva l’étonnement de l’audience du Conseil de guerre. Devenu ainsi directeur du Moral, il chercha à montrer que sa position était une chose nécessaire et il accabla Leymarie de visites, de notes, de demandes de toute nature, à tel point que Leymarie se demandait si tout le service devait être à la discrétion de ce lieutenant Bruyant. De plus, il était obligé de garder de la reconnaissance à la Sûreté et rien ne pèse plus, paraît-il, qu’une dette de cette nature, aussi l’a-t-il largement acquittée dans sa déposition de l’autre jour.

Il y a du reste quelques carrières bizarres qui se font ainsi, par exemple, ce Guesde dont notre d’Andigné parlait hier et qui fut longtemps chef du cabinet du ministre des Colonies. Je te dirai une autre fois comment il est en rapport avec d’Andigné. Ce Guesde a épousé une Autrichienne et n’avait qu’un désir très médiocre d’aller examiner de près les lignes ennemies. Il a réussi assez longtemps à se maintenir rue Oudinot, mais il lui fallut bien tout de même quitter cette position confortable. On l’envoya dans quelque poste pas trop exposé et on lui fit en quelques mois conquérir des galons d’officier. Il est maintenant lieutenant ou capitaine et chargé d’inspecter le moral des Annamites, qu’il ne connaît pas particulièrement du reste. Et voilà comment j’eus avant-hier peine à reconnaître le fonctionnaire du ministère sous un habit de capitaine avec, épinglées dessus, les croix de la Légion d’honneur et de guerre.

Que penses-tu de la création de Klotz, les bons à un mois ? À la réunion d’hier, mes collègues ont tous ou presque tous loué le ministre de cet ingénieux procédé. J’avoue que je ne me sentais pas assez compétent pour louer ou pour critiquer. Je savais seulement que le ministère des Finances avait eu la fâcheuse tendance de toujours puiser à la Banque de France et acheminait ainsi doucement le billet vers l’assignat. C’est du reste la raison que Klotz donnait pour justifier son idée. Malgré moi, et bien que je n’y connaisse pas grand-chose, je ne pouvais m’empêcher de me demander si des moyens de ce genre indiquent une grande solidité et ne sentent pas terriblement l’expédient. Je vois que Liesse donne raison à mes craintes et nous ne pouvons dire dans le journal des choses qui compromettraient le succès. Mais notre collaborateur prétend que Klotz transforme ainsi l’État en banque et qu’au jour de panique il peut s’exposer à voir affluer ces bons et se trouver pris. De plus, il va faire un tort considérable à toutes les banques de dépôt. Je t’ai dit hier que le ministre nous avait lu un radio allemand donnant le chiffre exact des retraits de dépôts à Paris depuis le début de l’offensive, soit huit cent millions, et donnant les indications les plus précises et les plus vraies sur la situation financière. Le Boche en profitait pour démontrer quel coup avait porté au crédit français le coup de bélier donné par les armées du Kaiser. Le terrible, a conclu Klotz, c’est que tout cela est rigoureusement vrai.

Cela n’a pas paru beaucoup gêner mes confrères. Quelques-uns, comme Simond, ont déclaré que ce n’était pas malin de fournir ces chiffres qui sont publiés toutes les semaines. Quant à la signification des chiffres eux-mêmes, cela n’a pas semblé les émouvoir.

Au déjeuner, avant-hier, de la presse anglo-américaine, mon collaborateur Franklin était à côté de je ne sais quel personnage américain un peu important. Celui-ci lui a dit : Il ne faut pas s’inquiéter de cette avance allemande, les Allemands peuvent prendre Amiens, ils peuvent même prendre Paris, cela ne changera rien au résultat final qui sera notre victoire.

À toi.

Et

[1] Lieutenant Bruyant. Directeur du Moral de l’armée. Membre du Syndicat de la presse militaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.