[lettre non datée, 9 mai 1918 ?]

[lettre non datée]

 

Mon cher Pierre,

 

Une chose que je viens d’apprendre et qui ne manque pas d’être un peu troublante, c’est le départ avant-hier du président de la République pour Londres. Que veut dire ce voyage ? Rapproché des propos que l’on prête à Lloyd George, il prendrait une bien grosse signification. Il est certain que nous voici revenus en 1914 au seuil d’une nouvelle guerre qui semble devoir être éternelle. Que va-t-on faire ?

Il y a quelques jours, je t’ai cité les propos du baron de Gaiffier et, peut-être ce qui en dit plus long que le renseignement sur les propositions de paix, la phrase qu’il ajoutait : Si les Alliés sont sûrs d’obliger l’Allemagne à perdre un million d’hommes, il n’y a qu’à passer outre, mais s’ils ne sont pas sûrs de cela, il y aurait peut-être lieu de voir. Dans la bouche d’un représentant de la Belgique qui a tant d’intérêt à ce que la paix ne soit pas allemande, ne te semble-t-il pas que c’est une sorte d’aveu ?

Reçu la visite de Jacques Bardoux permissionnaire des armées anglaises. Il ne nous raconte pas des choses très réjouissantes non plus. Malgré tout, on a beaucoup travaillé en vue de l’offensive. On a constaté que cette offensive était absolument prête, chemins de fer, concentration et tout le reste. On croit que les points d’attaque seraient Armentières, La Bassée, et Cambrai-Arras. La première serait peut-être la fausse attaque, mais quand s’ébranleront-ils, on ne sait.

Bardoux nous donne des détails sur l’aviation anglaise et nous montre comment ce service est mené en ce moment. Les chiffres communiqués sont exacts et l’on descend beaucoup de Boches, tandis que chez nous, l’aviation c’est du théâtre avec costumes, décorations et peu de travail. Chez les Anglais, tout est mené industriellement et avec la plus admirable méthode.

J’ai eu la visite aussi de Brinon. Il te racontera lui-même tout ce qu’il m’a dit. Tu le comprendras beaucoup mieux. Contrairement à ce qu’on a raconté, on n’a pas ramené de troupes françaises mais les Anglais, ce qui a fait pousser aux Italiens des gémissements, dont la presse française s’est fait l’écho du reste. Ils ont prétendu que l’offensive allait se déclencher sur leur front et qu’ils ne seraient pas à même de résister tandis qu’on n’avait nul besoin de renforcer le front anglais. Barrère leur donne raison naturellement. Bardoux croit que le Comité de Versailles fait beaucoup de boulettes, notamment celle-ci, il soumet nos divisions maintenant au commandement italien, de sorte que les Italiens, qui ont des hommes et pas d’état-major, trouvent ce dont ils n’ont aucun besoin pour ne pas recevoir ce qui leur serait si nécessaire. Il me confirme le renseignement que tu m’as donné sur le général Pétain. Il va même plus loin que toi. Pétain aurait offert sa démission.

Il a entendu dire que les Anglais avaient l’intention d’attaquer. Effrayé par l’annonce d’une pareille folie, il est allé demander à qui de droit ce qu’il y avait de vrai. « Nous ne savons rien, lui fut-il répondu, et n’avons entendu parler de rien. » Mais il ne faut pas en conclure que ce n’est pas dans leur intention car ils ne nous disent rien. La veille de l’attaque de Cambrai seulement ils nous ont fait part de leur décision.

À l’instant, Brinon vient de me téléphoner. Il a appris que le voyage de Londres était motivé par quelque chose de très gros, rien moins que l’abandon d’une partie de nos buts de guerre… Tu comprends. On est très inquiet.

Ton vieil

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *