7 mai 1918

7 mai 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Voici, d’un témoin oculaire, quelques notes sur le conseil des Alliés à Abbeville [1] qui vient de se tenir. Cette conférence [2] fut à certains moments très mouvementée. Le général Pershing, arguant des sacrifices considérables faits par son pays – du chiffre imposant de ses forces – de l’énormité de son matériel, demandait que l’armée américaine, une fois complète, fut indépendante.

Tollé général : Protestation de Clemenceau, Orlando, Lloyd George qui, à ce mot, s’écria : « Voyez comme cela nous a réussi. »

Pershing, d’ailleurs, n’insista pas et l’incident fut clos. Mais néanmoins, note la tendance, le général Pershing a fait connaître que les arrivées d’hommes et de matériel vont être intensifiées. Les chiffres prévus sont d’ores et déjà intensifiés.

Il y a eu de nombreux échanges de coups entre Français et Anglais à la suite de la retraite précipitée de la 5e armée. Quelques incidents graves, aujourd’hui aplanis, mais un certain sentiment de défiance persiste chez les nôtres.

Amiens a été bombardée par torpilles jumelées et obus incendiaires. Nombreux incendies par quartiers, comme à Reims. On a envoyé des détachements de pompiers de Paris avec du matériel. L’évêque d’Amiens a pu aller retirer quelques objets précieux demeurés dans la cathédrale. Il l’a fait sous le bombardement, et la cathédrale a tout de même trois obus dans le ventre.

Le général Foch aurait dit, à l’issue de la conférence, ces paroles vraiment consolantes :

« Tout sera fini, et bien fini en 1919. »

Ce sont les mots que Clemenceau rapporte partout.

Gauvain est allé hier au QG de Franchet d’Espérey, invité par ce grand général. Il a visité Reims qui lui a fait la plus douloureuse impression. Il ne peut comparer notre malheureuse cité qu’à Messine après la catastrophe. Je n’ai pas ses impressions sur le chef, il ne m’a donné que ses sensations extérieures.

Gauvain et Steed sont terriblement battus en brèche par une foule de milieux politiques. L’homme des Rothschild, Gout, s’est élevé auprès d’un de mes amis en le priant même de me le redire, contre la politique de Gauvain, politique de Yougoslaves, de nationalités, partant, politique de Napoléon III.

Je ne partage pas tout à fait leur avis. Il y eut toute une période de la guerre où la politique de Gauvain était la politique nécessaire. On oublie un peu les choses au fur et à mesure que les événements se déroulent et que les fautes commises portent leurs fruits. La politique de Gauvain était la vraie si elle avait été faite comme elle devait l’être par les Alliés ; au lieu de cela, il n’y a pas d’âneries qui n’aient été commises, et la France n’est pas en cela inférieure à l’Angleterre.

Détail comique : Les princes de Bourbon ont passé par Paris. Ils sont repartis hier au soir pour le quartier belge et n’ont vu personne du gouvernement. La censure nous a interdit de parler d’eux, L’Excelsior ayant passé outre ce matin. William Martin arrive il y a deux jours chez notre ami M. Eh bien, lui dit-il, nous sommes très satisfaits. Les princes sont venus à Paris, ils n’ont causé avec personne et sont repartis fort tranquillement pour reprendre leur place à leur batterie.

– Comment, reprend M., ils sont encore ici, vous êtes mal informé, M. le chef du Protocole, non seulement ils sont ici mais ils ont vu beaucoup de monde et comptent bien encore en voir plus avant leur départ.

– Alors, dit William Martin, notre police n’a pa été bien faite. Mais dans quel état d’esprit étaient-ils ?

– Mon Dieu, ils n’ont pas trouvé la façon d’agir du gouvernement de la République très digne, et ils n’en font pas mystère. Vous ne pouvez pas leur demander d’être très satisfaits.

– Cependant, une chose que vous ne savez pas, c’est que le président leur a adressé une superbe dépêche et il est tout à fait certain qu’après avoir reçu ce télégramme si plein de loyauté et de tact, ils se sont montrés beaucoup mieux disposés.

– Ce télégramme dont vous parlez, M. Martin, le voilà.

Et M. tendit le télégramme.

William Martin leva les bras au ciel et s’écria en se retirant : Ah ! si tout le monde a ses petits papiers !

  1. en rit encore.

La chose la plus extraordinaire, c’est qu’on continue à ne pas retrouver la note de Czernin, note authentique de la main du ministre, qui aurait à elle seule suffi pour confondre toute l’Allemagne. Elle a toujours disparu du dossier.

Où est-elle ? ? ?

À toi.

Et

[1] L’accord interallié d’Abbeville (1er-2 mai 1918) étend les pouvoirs de coordination du général Foch au front italien.

[2] Le cinquième conseil de guerre interallié se réunit à Paris. Y assistent Lloyd George, Clemenceau, Orlando, Pershing.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.