[avril 2018 ?]

[manque p.1 et 2 r°/v°]

 

ce dossier à la commission, il s’y trouve des députés qui veulent le démolir et d’autres qui sont de simples curieux. La commission de l’Armée ne manquera pas de réclamer à son tour la communication si le dossier est ouvert, et nous voici sur la place publique. Il fera donc tous ses efforts pour que le dossier demeure clos.

Brinon regrette que Ribot ait versé au dossier des lettres particulières que Poincaré lui avait adressées, lettres d’ailleurs très bien, très correctes. Mais le président est découvert et jeté dans le débat.

Questions militaires.

Foch songe uniquement à assurer la défense de la route à la mer, d’Amiens, de Béthune. Il ne songe point à une opération de contre-offensive [1]. Il est satisfait. Les Anglais dans sa main marchent à fond. Le concours américain dépasse en ce moment comme nombre ce qu’on espérait. Castelnau n’a pas quitté son commandement de l’Est.

Foch est très populaire chez les Anglais et chez les Américains par sa franchise, sa liberté d’opinion, son franc parler. Pétain leur déplaisait par sa froideur persistante. Il était distant, un peu dédaigneux peut-être.

Foch est exaspéré des conseils, des pronostics, des spéculations stratégiques des Rousset et autres. Il voudrait que ces critiques se bornent à commenter les opérations exécutées et s’abstiennent de faire naître des illusions et des espoirs sans fondement.

La situation ministérielle.

Le danger – Clemenceau veut tout faire par lui-même dans le cabinet : les affaires judiciaires, intérieures, extérieures, militaires. Il ne dit rien à ses collègues qui se cantonnent dans leur spécialité stricte. Il leur laisse tout ignorer et ils donnent des renseignements la plupart du temps erronés.

Pichon tremble comme la feuille devant le patron.

Boret [2], Loucheur et les autres ne s’occupent que de leurs administrations, sans plus.

Clemenceau disparaissant, tous se trouveraient dans un tunnel non éclairé. Mais jamais il n’a été plus en forme.

Good night.

Et

[1] L’ennemi renonce à obtenir un succès décisif en Flandres, tout en poursuivant les attaques locales. C’est un échec stratégique pour l’assaillant : Ypres n’est pas tombée ; la ligne de l’Yser est maintenue ; le mont Kemmel est perdu mais la ligne des monts a résisté. Les pertes alliées, au cours de la période du 21 mars au 30 avril, s’élèvent à 230.000 hommes pour les troupes britanniques et à 22.000 hommes pour les troupes françaises.

[2] Victor Boret (1872-1952). Ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement, il organise le ravitaillement de l’armée et de la population, s’occupe du rationnement et de l’adaptation de la production agricole à l’économie de guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.