29-30 avril 1918

29-30 avril 1918

 

Je t’ai envoyé tout à l’heure un papier qui a dû te paraître très incohérent. Je voulais faire mon pensum et le temps me manquait. J’ai donc rapidement jeté sur le papier l’impression recueillie chez mes deux augures.

As-tu lu le Berliner Tageblatt ? Il a fait un article assez curieux sur les choses d’ici. Il affirme que l’unité de commandement est tout à fait bancroche sur notre front et il n’a pas tort. Néanmoins, je suis étonné de voir comme les choses se répandent vite. Deux fois dans la journée j’ai entendu dire dans le public que l’affaire du mont Kemmel [1] était due à l’impéritie et à l’indépendance obstinée de Douglas Haig. Il ne faudrait pas que cela se répandît par trop car la foule n’apporte aucune modération dans l’expression de ses sentiments et, tôt ou tard, on ferait quelque pataquès qui pourrait avoir les plus fâcheuses répercussions.

Comme je viens de te téléphoner les dernières nouvelles de la soirée, communiqués, dépêches russes, etc., je reviens à une visite que j’ai reçue hier qui m’a intéressé mais qui te laissera peut-être un peu froid.

Tu sais que le sionisme occupe beaucoup l’estrade en ce moment. Rien que chez nous, deux articles, l’un du Correspondant du Père Lagrange, l’autre de La Revue de Paris écrit par André Spire [2], ont traité de la question à deux points de vue différents. La déclaration de Balfour, à laquelle s’est empressé de se rallier Pichon, donne à la question une tournure qu’il faut prendre en considération. C’est justement du sionisme que venait m’entretenir un Bethléemitain appartenant à une des plus importantes familles palestiniennes, Chekri Jacin [3]. Ce dernier est anti-sioniste et ne se place pas du tout au point de vue religieux mais tout simplement au point de vue des Palestiniens qui sont établis là depuis le premier siècle de l’ère chrétienne et ont bien quelque droit à ne pas être dépossédés. Il insiste avec force sur ce point, c’est que les Juifs veulent l’État juif autonome, par conséquent ce serait l’éviction des six ou sept cent mille Palestiniens qui vivent là et y ont toujours vécu malgré les exactions, les persécutions des Turcs. Ce serait également la terre natale fermée à tous ceux qui sont allés en Amérique ou ailleurs, fuyant les massacres, mais conservant leur petite propriété en Palestine où ils espèrent revenir. Jacin voulait me montrer que, fatalement, cet État juif ne serait composé que du Juif pauvre établi dans des pays où il n’est pas heureux. Le Juif d’Angleterre ou de France n’aura aucun désir de revenir à Sion. Je ne vois du reste pas Joseph Reinach quittant son hôtel de la rue Van Dyck pour s’établir, lui et sa famille, sur les bords du lac de Tibériade. Donc, ce Juif sera en majeure partie Lituanien, Polonais, Russe, Roumain à tendance allemande. Si l’Angleterre favorise le mouvement, c’est qu’elle y a ou croit y avoir son intérêt. Mais la France ? La France aura-t-elle avantage à voir se former un État qui n’aura aucun lien avec elle, alors que le Palestinien ne veut connaître que la langue française, la culture française. Si un élément doit avoir la prépondérance, ne serait-il pas juste, ne serait-il pas conforme à l’intérêt, bien entendu, que ce soit l’élément palestinien très suffisamment autochtone ? Jacin a fait déjà plusieurs conférences pour combattre le sionisme, dont l’une tout dernièrement à la Cour de cassation. Ce jeune homme me confirme l’histoire du Custode au moment de l’entrée des Alliés à Jérusalem. Ce Custode a voulu faire plaisir à Allenby en mettant toutes les puissances sur le même pied, mais, dans le fond, il pensait bien qu’une fois ce coup porté à la France, l’Italie saurait en profiter par la suite. Il y a à Bethléem une histoire édifiante à ce sujet. Les Salésiens (je crois) avaient entrepris de bâtir une école et, pour la mener à bien, ils manquaient d’argent. Ils s’adressèrent à notre Quai d’Orsay qui fournit les sommes nécessaires à l’achèvement de leur entreprise. L’école achevée et complètement bâtie, ils substituèrent le drapeau italien au drapeau français, ce qui excita l’indignation de tout le pays, des musulmans et des autres. Je n’ai pas cru devoir raconter à Jacin ce qui s’était passé à Paris et à Rome au sujet de la dernière affaire. En tout cas, il m’a également confirmé qu’Allenby non seulement ne laissait pas rentrer en Palestine les étrangers qui y ont des intérêts, mais empêchait même le retour des Palestiniens surpris hors de leur pays par la guerre. Seuls les Juifs de toutes nationalités ont obtenu et obtiennent de façon continue le droit de venir en Palestine. Je t’ai du reste raconté [4] comment le directeur du chemin de fer de Jaffa [5] est resté deux mois et demi au Caire sans pouvoir obtenir le droit de rentrer chez lui.

 

 

 

30 avril (soir)

 

Sais-tu comment Delanney [6] a été remercié ? Depuis longtemps, Clemenceau avait arrêté sa condamnation mais il fallait arriver à l’exécution. Le président manda le préfet et, avec sa brusquerie habituelle, lui dit : Nous trouvons que vous êtes à la Seine depuis maintenant assez longtemps et nous avons pensé à vous donner un poste diplomatique très important. Nous pensons donc que vous accepterez. Mais, a répondu M. Delanney, il me semble que vous me traitez comme un domestique auquel on donne ses huit jours. Clemenceau, furieux mais sec, lui dit : Monsieur, souvenez-vous que vous êtes fonctionnaire et que si, le 26, vous n’avez pas accepté ce que le gouvernement vous offre, vous serez purement et simplement révoqué. Delanney fila sans demander son reste.

Il n’y a pas à dire, ce gaillard-là sait mener les gens. Comment cela tournera-t-il ? Évidemment pas trop bien, mais, tout de même, il sait gouverner et tout faire plier.

Il professe pour ses collaborateurs le mépris le plus absolu. Il ne parle jamais de ses ministres sans dire : C’est encore ce con… d’untel qui a fait cela. Et tous le supportent.

On m’a dit aujourd’hui que, dans quelques jours, Clemenceau donnerait un tour de vis aux syndicats. En prévision du 1er mai, et pour ne pas donner prise à des mouvements, on a cédé avec facilité à toute espèce de revendications ouvrières. Mais une fois la date fatidique passée, on prétend que le gouvernement serait disposé à agir et à revenir sur les mesures concédées. SGDG.

Tu as vu que nous manquions complètement d’avoine et qu’on ne peut plus en avoir un litre, même pour les entreprises de camionnage de l’État. Cette disette vient du refus de l’Angleterre de nous en livrer. Des négociations actives avaient été menées et on se croyait sur le point d’aboutir lorsque, crac, l’Angleterre s’est tout à coup refusé à nous envoyer son avoine. D’où déficit complet. En Orient, les armées sont préparées pour une offensive en Palestine et en Mésopotamie.

La Turquie a désormais lié son sort à l’Allemagne. Elle ne pourra peut-être jamais s’en délivrer mais on se rend compte que c’était la seule politique possible.

Rachid dit que la révolution éclatera au Maroc et en Algérie avant peu de temps. Des comités secrets ont été créés et n’attendent qu’une défaite de la France pour se révolter. Il compare la France, préoccupée de sa situation intérieure et de sa situation militaire critique, à la Turquie qui ne se rendait pas compte de ce qui se passait en Arabie.

Pas d’offensive possible de l’Autriche contre l’Italie. Même si l’Autriche devait prendre Milan, il lui faudrait sacrifier trois ou quatre cent mille hommes et cela ne servirait à rien. Le seul rôle de l’Autriche est d’empêcher les Italiens de se porter en masse sur le front français. L’Allemagne a compris que l’important pour l’Autriche est d’éviter la révolution et, par suite, ne demander à ses populations aucun effort militaire.

La situation est la même en Macédoine. L’offensive ne pourra être déclenchée qu’une fois l’accord réalisé entre la Turquie et la Bulgarie avec Gumuldjna [7] et Xanthos [8]. Cela se résoudra à Berlin.

Le grand but militaire de l’Allemagne est donc la défaite des armées franco-anglaises avant l’hiver, quitte à se reporter sur le front italien si l’on ne réussit pas. Rachid Pacha dit qu’il a l’impression que l’Allemagne ne craint pas réellement l’appoint américain. Diverses personnalités à Berlin lui ont dit que l’Amérique ne pouvait devenir un danger avant deux ans. Jusque là, elle constituera une armée sans valeur et sans liaison. Donc, il s’agit de manœuvrer pour amener soit une décision militaire soit une décision politique telle que les gouvernements de l’Entente se voient contraints soit à demander la paix soit à accepter de l’envisager. C’est la raison pour laquelle les offensives militaires et politiques porteront fermement sur la France et l’Angleterre où le terrain est mieux préparé qu’on ne pense.

  1. de Pimodannous raconte que M. de Bryas a déjeuné ce matin avec Viviani et que ce dernier lui a dit : J’espère bien qu’on va condamner ce misérable Malvy ? ?

À toi.

Et

[1] Après une courte et violente préparation d’artillerie, l’ennemi donne l’assaut du mont Kemmel et enlève la position malgré une résistance acharnée des troupes franco-anglaises.

[2] André Spire (1868-1966). Écrivain. Poète, ami de Charles Péguy. Sioniste. Homme politique, il entre au ministère du Travail puis au ministère de l’Agriculture.

[3] Chekri Jacin. Palestinien de Bethléem.

[4] Cf. lettre du 1er-2 avril 1918.

[5] Il s’agit d’Auguste Pavie.

[6] Marcel Delanney (1863-1944) était préfet de la Seine depuis le 30 juin 1911. Il devient préfet honoraire le 27 avril 1918. Il est nommé ambassadeur extraordinaire auprès du gouvernement japonais.

[7] Gumuldjna est une ville de Turquie qui a été une république éphémère en 1913, dont le président était Effendi.

[8] Xanthos est une ville au sud-ouest de la Turquie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.