28-29 avril 1918

28-29 avril 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Ma pauvre tête éclate ! Je viens d’entendre le plus formidable réquisitoire contre notre Auguste Gauvain. Tu dois deviner par qui il est prononcé [1]. Ce sont les personnages avec qui je n’ai pas déjeuné hier mais avec lesquels je me suis rencontré aujourd’hui. Qui a tort, qui a raison ? Évidemment, Auguste Gauvain a de l’idée fixe mais les autres ont peut-être trop de confiance dans la sincérité qui a dicté les documents de mars. Pour eux, Auguste Gauvain n’a jamais fait campagne contre l’homme de Berlin [2], toujours contre celui de Vienne [3] et, de cette façon, inconsciemment, croyant marcher contre l’astuce italienne, est entré en plein dans son jeu. Mes hommes prétendent qu’avec la meilleure foi du monde Auguste Gauvain fait une politique qui sera néfaste pour la France. Clemenceau aurait dit à M. : Si j’avais connu les choses il y a encore trois mois nous aurions pu faire quelque chose, mais je ne l’ai pas su. Cambon, qui se plaint de ne pas avoir été mis au courant de la publication de la lettre de Charles Ier, n’avait informé personne ni Clemenceau ni Pichon de ces tentatives de négociation, et, le 3 avril, Clemenceau n’en connaissait pas le premier mot. Quel pays ! Pour n’avoir rien dit et avoir gardé un secret, toute l’Europe est maintenant au courant. Tout cela est bien camboniste et note qu’il se répand en plaintes amères sur le défaut de consultation.

  1. est persuadé que notre politique italienne nous vaudra dans l’avenir la perte de Bizerte. Comme nous n’aurons pas pu lui faire attribuer Trieste malgré toutes les promesses, nous la dédommagerons avec notre port tunisien. Hélas, tout est possible. Aussi bien pour Maurice Pernot que pour M., Gauvain n’a pas voulu voir que le danger c’était la Prusse et non pas l’empire d’Autriche. Il a vu le bien des nationalités et n’a pas vu le bien de la France. Du reste, ils englobent dans la même réprobation Steed et Gauvain. Je ne puis m’empêcher tout de même de penser que si la politique de Gauvain n’a pas les résultats qu’on souhaiterait, c’est que, malheureusement, celle du Quai d’Orsay en fut aux antipodes et que notre collaborateur avait vu terriblement clair avec la Serbie, la Turquie, la Bulgarie et la Grèce. Si notre diplomatie n’avait pas été aussi lamentable depuis longtemps, les choses seraient terminées à notre avantage. Néanmoins, je crains que Gauvain, encore maintenant, ne compte trop sur la victoire. Et comme je te l’ai dit il y a quelque temps à la suite d’une très sérieuse conversation avec lui, j’ai peur que ses prévisions sur l’état intérieur de l’Autriche ne soient une déception. Cette déception se trouve admirablement préparée par les « vivacités du capitaine Clemenceau ».

Plains-moi, mon pauvre vieux, je suis obligé, chaque jour, de prendre des responsabilités [4] qui, dans une mesure aussi modeste qu’elle soit, engagent le pays, et c’est effrayant. Là où tu crois bien faire, tu trouves des gens qui te disent que tu vas aux abîmes et chacun a d’excellentes raisons. Je te dirai demain la fin de ma journée.

La censure vient de nous faire enlever nos prévisions pour Ypres, et c’est imbécile. J’ajoute un mot : M. m’a dit : Clemenceau croit peut-être qu’il va avoir affaire avec un bon jeune homme. Il se trompe gravement.

Au revoir, mon vieux, pardonne cette incohérence.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] L’empereur d’Allemagne Guillaume II.

[3] L’empereur d’Autriche Charles Ier de Habsbourg.

[4] Nalèche est obligé de faire des choix concernant la ligne éditoriale du Journal des Débats.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.