27 avril 1918

27 avril 1918

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai déjeuné ce matin au Bœuf [1] et j’ai été assez étonné d’y voir arriver le ménage Jean de Ganay. Que venait y faire ce couple magnifique ? Je leur ai dit bonjour et j’ai trouvé des gens un peu découragés qui semblent s’être aperçus que les roues de notre carrosse étaient loin d’être rondes. Ont-ils toujours été comme cela ou ce sentiment leur est-il venu de l’expérience et des déconvenues que leur aurait infligées la chute de Briand, partant la perte des grands rôles politiques joués dans les pays étrangers ? Évidemment, Clemenceau ne prend pas les grandes dames très au sérieux. Ce n’est pas de cela que je lui ferai un grief.

Je ne crois pas t’avoir parlé de mon déjeuner Nolhac Maurice Pernot J’avais, pour mon pensum, bien d’autres sujets qui primaient celui-là. Le repas ne fut pas ennuyeux. Maurice Pernot sortait de la conférence [2] des transports interalliés, conférence dans laquelle sont discutés des sujets vitaux pour l’Entente. Il a bien étonné ce pauvre Nolhac en lui disant que le délégué italien, c’était navrant mais la vérité, faisait toujours figure de traître. Chaque fois que l’on proposait quelque chose qui ne pouvait être accepté par la France, on était sûr de voir l’Italien soutenir le projet. Cette impression m’a été confirmée le lendemain par un des délégués français que m’a présenté Joseph Aulneau, le chef de cabinet de Deschanel. Cet homme m’a dit qu’il était navrant de voir toujours l’Italien s’opposer à tout ce qui pourrait être utile à la France. Tu sais du reste que cette conférence est extrêmement importante. Elle est présidée par lord Robert Cecil, et les délégués sont des gens fort importants. Aussi y fut-on très étonné de voir avec quelle désinvolture le président Wilson traitait ses délégués. Tombé en disgrâce, ou pour tout autre raison, l’Américain reçut un câble d’avoir à partir sur l’heure. Ce malheureux boucla sa valise dans les deux heures et s’embarqua le soir-même, laissant sa femme se débrouiller au milieu de ses malles. Du reste, les Américains doivent être sujets à ces coups de tête car je suis invité à déjeuner mardi par le major Perkins qui voulait me faire rencontrer avec Davison [3]. Or je lis dans les journaux que Davison vient de faire voile pour les États-Unis.

Alter ego a dîné hier à la maison. Il m’a éclairé sur les graves problèmes traités la veille devant toi en aparté avec son splendide amphitryon [4]. Ce dernier lui exposait son entrevue avec Ribot et lui disait toute son amertume de voir que cet homme d’État n’avait pas paru vouloir écouter ses conseils. Il l’aurait laissé parler et n’aurait pas ajouté un mot. Ce silence a navré ce noble comte dont les avis auraient été si utiles au pays. En dehors de cela, Alter ego ne nous a rien dit que toi et moi ne connaissions, tant sur les affaires autrichiennes que sur les affaires intérieures. Il me semble du reste incertain sur son sort et cherche à se tenir un peu à l’écart pour attendre le moment. S’il redevenait un peu libre, je crois que je pourrais l’employer aux fins que tu connais.

Ton vieil

Et

[1] Il s’agit du Bœuf-à-la-Mode, 32, rue La Bruyère, Paris, IXe.

[2] Le 27 avril 1918 a lieu la conférence d’Abbeville des transports interalliés (Clemenceau, Foch, lord Milner, Haig, Wilson) sur la répartition des unités française et anglaises le long du front.

[3] Non identifié.

[4] Il s’agit d’Edmond Frisch de Fels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.