25 avril 1918

25 avril 1918

 

Mon cher Pierre,

 

Voici ce que j’ai su ce matin par des renseignements confidentiels. Les Allemands auraient à l’heure actuelle contre notre front environ deux cent dix divisions. La différence de ce chiffre avec celui que je t’avais indiqué au début de l’offensive vient des arrivées qui se sont produites ces jours derniers. L’Autriche aurait envoyé une dizaine de divisions, premier résultat des mots de Clemenceau. Ils ont soulagé les Italiens d’autant. En face de ces deux cent dix divisions nous n’en aurions, Anglais et Français, beaucoup plus de          [1] je ne te mets pas le chiffre, je te le dirai. À celles-ci, il convient d’ajouter des rogatons américains, portugais et autres. Il arrive des Américains à force, mais nus, près de quatre mille par jour. C’est de la chair à canon qu’on leur a demandé, ils s’exécutent. Quand je te verrai, je te dirai également comment sont réparties les réserves. Il est plus que probable que l’attaque actuelle [2] va être conjuguée avec une attaque sur Soissons et Reims, du moins dans cette région. L’état-major s’y attend.

Pétain et Foch sont tout à fait d’accord maintenant, mais ça n’a pas été tout seul. Le père Foch était arrivé assez cassant et il a trouvé un Pétain renfermé. À l’heure actuelle, les rapports les meilleurs se sont établis entre les deux. Pétain a remis tous ses papiers à Foch [3] et lui a déclaré que c’était à lui le commandement, qu’il lui remettait tout ce qu’il avait fait et qu’il n’avait qu’à ordonner. Cette solution est fort heureuse car les rivalités de généraux sont un facteur bien malsain.

En revanche, les Anglais ont repris toute leur arrogance. Ils sont rêches et peu maniables. Il n’est pas probable que le général en chef puisse avoir des officiers dans chaque état-major anglais et veiller à l’exécution de ses plans. On s’accorde à trouver que la presse a beaucoup trop porté aux nues la valeur britannique, c’est le plus mauvais service à leur rendre et en même temps c’est nuire à l’intérêt général.

On croit que si, ainsi qu’on l’espère, on contient les ennemis dans cette offensive, nous nous sommes embarqués dans une sorte de Verdun qui nous conduira jusqu’à la mi-été.

J’allais oublier de te dire que notre commandement, en voyant nos Alliés si peu dociles, les a menacés d’abandonner tout le Nord pour couvrir Paris. Ils ont alors déclaré que c’était très joli de garantir Paris, mais que Londres serait découvert. Et c’est pour protéger Londres qu’on a pris certaines dispositions auxquelles je faisais allusion plus haut et dont je te parlerai. Il y a donc encore, comme tu le vois, bien des problèmes qui sont loin d’être résolus et il ne faut pas encore entonner des hymnes d’allégresse.

Propos de Barthou

Tu sais que Barthou est devenu président de l’Association des journalistes parisiens, association dont je fais partie mais qui n’est pas notre Syndicat des directeurs. Il a présidé hier au soir pour la première fois. À la sortie de la séance, il y eut une parlotte au cours de laquelle Barthou a dit plusieurs choses en réponse à des questions qui lui étaient posées.

Affaire Sixte. Barthou a trouvé fâcheux, et prétend ne pas l’avoir caché à Clemenceau, que celui-ci ait publié la lettre. Le dossier complet est entre les mains de la commission des Affaires extérieures. Barthou et deux de ses collègues auraient voulu que la commission refusât de le voir et décidât de le rendre à Clemenceau. Il a été battu au scrutin. Mais il espère que la commission consentira en fin de compte à ne pas prendre connaissance du dossier.

Ce dossier comprend deux parties. 1° – Lettre Sixte. Lettres de Lloyd George. Lettre de Poincaré à Ribot. 2° – Négociations. Tous les agents y sont nommés en toutes lettres, si la commission y met le nez, ils seront brûlés.

Lorsque Ribot reçut communication de la lettre, il la communiqua à Lloyd George qui s’écria, joyeux : « Mais c’est la paix. » Ribot fit des réserves et essaya de faire entendre à Lloyd George qu’on en était loin. Lloyd George n’en voulut pas démordre. Deux conférences successives eurent lieu à Doullens [4] d’abord, à Beauvais [5] ensuite. Lloyd George fut un peu ébranlé. C’est alors que fut organisée l’entrevue de Saint-Jean-de-Maurienne. Là, dès les premiers mots, Sonnino rappela ce qu’il avait fait dire à Doullens et à Beauvais, à savoir que l’Italie était entrée en guerre dans certaines conditions, qu’il n’était pas question d’elle dans la lettre de Charles à Sixte, que si la France et l’Angleterre tenaient pour des négociations, c’était fini de la cause italienne. Lui, Sonnino, n’avait plus qu’à démissionner et le roi à abdiquer. Lloyd George ne répliqua rien, ses illusions étaient dissipées.

Barthou insiste sur la faute commise par Czernin en communiquant

[manque la suite]

[1] 17 divisions de la 6e armée vont vers Hazebrouck. Les 5 divisions de la 4e armée vont vers les monts de Flandres.

[2] Les attaques allemandes sont précédées d’un violent bombardement dans la région de Villers-Bretonneux.

[3] Le 14 avril, Foch est nommé général en chef des armées alliées en France.

[4] Le 26 mars 1918.

[5] Le 3 avril 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.