24 avril 1918

24 avril 1918

 

Je t’ai vidé mon sac tout à l’heure, raconté la démarche de ce pauvre hurluberlu de Bénazet qui se promenait dans mon bureau comme un ours en cage, désespéré d’avoir été ridiculisé par toute la presse, se défendant comme un diable de n’avoir pas fait œuvre sérieuse avec le roi et surtout d’avoir paru être dindonné par ledit monarque. Il m’a en effet montré des documents inconnus jusqu’ici et qui paraissent bien indiquer que tout ce qu’il a fait, ce fut d’accord avec notre légation. « À tel point, me dit-il en terminant, qu’en arrivant à Paris, Briand m’a offert de repartir comme ministre de France. » Mais notre Bénazet a refusé car il a senti que, Le Temps ayant marché, il se serait trouvé en mauvaise posture. On l’eût envoyé à Athènes et aucun effort militaire ne serait venu appuyer sa mission. C’est dommage. Quel excellent ministre nous aurions eu, calme, pondéré, réfléchi. La politique grecque en eût été impressionnée et retournée.

Je n’ai pu terminer mon papier hier. Je te l’envoie tel quel. Bénazet est revenu ce matin, mais Gauvain ne goûte pas beaucoup ses explications. J’ai été obligé de fortement amender les explications de notre collaborateur.

Si je le puis, j’aurais bien des choses à mettre ce soir dans mon papier.

Amitiés.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.