23 avril 1918

23 avril 1918

 

Ce mémoire Lichnowsky [1] est vraiment étonnant, du plus puissant intérêt. Les petits portraits que trace ce diplomate sont tout à fait amusants. Je me souviens des alarmes que nous causait la grande situation prise à Londres par cet ambassadeur et le mal qu’il se donnait pour être bien vu de toute la société anglaise auprès de laquelle, du reste, sa naissance et sa fortune lui assuraient un accueil privilégié. Que de fois nous avons déploré l’effacement de notre propre ambassade ! Nous ne pensions pas qu’il faisait le genre de politique qu’il nous décrit, ni qu’il était tenu aussi en suspicion par son souverain et sa chancellerie. Quoi qu’il en soit, le document est très curieux et je ne regrette pas le gros effort que nous avons fait.

Il y eut hier dans le local de la Cour de cassation une réunion très intéressante et qui dura environ trois heures. C’étaient les gens qui sont allés au congrès de Rome qui rendaient compte de leur voyage. Albert Thomas a longuement parlé. Steed, du Times, était là aussi. Il fut montré que ce congrès avait déjà obtenu des résultats et que l’on espérait que les suites pourraient en être de plus en plus importantes.

Je te disais que l’offensive autrichienne pourrait bien se trouver gênée par la nouvelle attitude de l’Italie à l’égard des Yougoslaves, etc. Déjà, l’Autriche a modifié son dispositif. Jusqu’à ce jour, elle avait mis les Slovènes à l’avant et laissé derrière Magyars et Allemands pour leur tirer dessus s’ils refusaient de marcher. Le commandement austro-hongrois vient de faire passer les Slovènes en seconde ligne et de mettre les Magyars et les Allemands en première. Cela n’indique pas une grande confiance dans les troupes et, de plus, cette mesure nous permet de copieusement bombarder les premières lignes, ce que l’on ne faisait qu’avec discrétion jusqu’ici pour ménager des hommes qui, au fond, ne demandaient qu’à se rendre.

J’ai déjeuné ce matin à côté du prince Roland [2]. J’en étais un peu ennuyé, car tu sais que nous ne fûmes pas tendres pour la politique soufflée à Briand par la princesse Marie. Cela ne l’a pas empêché d’être très aimable et de me prendre les mains avec chaleur. Il m’a parlé de la mauvaise foi habituelle du Temps et m’a raconté à ce propos je ne sais quelle histoire de 1847 où le prince Napoléon aurait joué un rôle très honorable et qui fut complètement défigurée par Le Temps pour en retirer l’avantage au futur empereur. Puis cette mauvaise foi se serait exercée à son égard dans une étude qu’il avait publiée et où il était question de pasteurs protestants. Le Temps aurait plus ou moins mis catholiques, de sorte que Roland semblait donner des femmes aux curés, ce qui l’a vexé profondément. Il m’a du reste paru fatigué et assez difficile à suivre dans ses raisonnements.

Il y avait, là aussi, une sorte de colonel chargé de buffleteries. Le sautoir, la ceinture, la pochette à cartes, tout y était comme au retour du front le plus avancé. J’ai constaté par la suite qu’en fait de cartes il n’y avait que la carte à pain, la carte à sucres et autres menus bibelots. Ce colonel, c’était Théodore Reinach [3] qui doit évidemment se plaire à être ainsi déguisé. Son travail, comme tu le sais sans doute, est de rédiger au ministère des sortes d’annales de la guerre éditées à grands frais pour le contribuable.

Dans la soirée, j’ai été obligé de présider une réunion de directeurs de journaux scandalisés qu’un avocat ait osé insinuer que différentes feuilles avaient pu toucher de l’argent pour insérer certains renseignements fournis à Bouchardon par Edmond Périer[4] contre son ancien associé de la banque, Bauer [5]. Protestation signée de tous les journaux visés, parmi lesquels Intransigeant, Liberté, Écho, Action française, Libre parole, etc. De ma main, j’envoie la protestation au président du tribunal et au bâtonnier. Notre feuille à nous n’était pas mentionnée, mais j’étais tenu de défendre la corporation.

En sortant, Berthoulat me raconte que deux ou trois de nos meilleures batteries tiraient dans le bleu sur le gros canon [6] qui n’était pas même repéré, le général ayant un peu perdu la boule. D’où défense énorme et risque de compromettre nos meilleures batteries. Il avait été prévenu de cela par un capitaine tout à fait distingué et s’était empressé de courir chez Clemenceau. Celui-ci aurait fait une enquête et aurait reconnu l’exactitude du renseignement. On aurait alors envoyé le capitaine en question pour faire le repérage.

J’explique à Berthoulat que l’affolement du général se comprenait car la défaillance dans la région nous avait fait perdre l’emplacement d’où on arrosait la pièce qui tire sur Paris et qu’une nouvelle opération était devenue nécessaire. En tout cas, Berthoulat attribue à son intervention et à celle de son capitaine le silence de la pièce depuis deux jours.

Berthoulat avait vu encore le Tigre aujourd’hui et l’avait trouvé véritablement très satisfait de la tournure des événements. Il était plein de confiance et de bonne humeur. Il lui a du reste raconté une histoire assez amusante. Le président du Conseil reçoit un jour un général grec fraîchement débarqué de l’Hellade, et comme il se pique de classicisme et d’hellénisme, il parle à ce militaire des jardins d’Akademos dont il vante les charmes. La figure du Palikare [7] manifeste le plus profond étonnement. Je connais bien Athènes, dit-il, je connais les jardins de MM. Pappadopoulo, Mavromikalis, Rastagropoulo, mais je n’ai jamais vu ceux d’Akademos.

Le Tigre s’en contorsionne encore.

À toi.

Et

[1] Carl Max Lichnowsky (1860-1928). Prince. Diplomate. Ambassadeur d’Allemagne à Londres (1912-1914). Il publie ses souvenirs sur la crise de juillet 1914 : Le Mémoire Lichnowsky et les documents Muehlon, avec une préface de Joseph Reinach (Polybe), Paris, Nancy, Berger-Levrault, [1918], 94 p.

[2] Il s’agit du prince Roland Bonaparte (1858-1924).

[3] Théodore Reinach (1860-1928). Frère de Joseph Reinach (1856-1921), homme politique et journaliste, et de Salomon Reinach (1858-1932), archéologue. Avocat. Directeur de la Gazette des beaux-arts. Historien, spécialiste de la Grèce.

[4] Edmond Périer (1879-1951). Banquier.

[5] Non identifié.

[6] La grosse Bertha.

[7] Le terme palikare s’employait à propos de mercenaires grecs et albanais au service des pachas turcs. Il s’est dit aussi de miliciens grecs qui ont combattu dans la guerre d’indépendance. Il désigne ensuite les Grecs restés fidèles aux mœurs et au costume des anciens palikares.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.