22 avril 1918

22 avril 1918

 

On me donne comme à peu près exacts les chiffres suivants des pertes dues à l’offensive allemande. Les Anglais auraient perdu environ cent soixante-dix mille hommes et les Français trente-six mille dont très peu de morts. Il y a juste aujourd’hui quinze jours il n’y avait pour nous que vingt mille hommes hors de combat et seulement un peu plus de trois mille morts. Si la proportion s’est continuée, ce ne serait donc pas extrêmement grave et indiquerait que nous n’avons engagé réellement que peu de monde.

Nous avons eu aujourd’hui la conversation d’un M. Morff [1], correspondant du journal très germanophile Des Basler Nachrichten. Ce publiciste prétend que les Allemands ne sont pas du tout aussi contents qu’on le suppose. Ils sont inquiets et très nerveux, et si l’offensive actuelle prend la tournure que nous espérons, cette nervosité pourrait bien prendre physionomie d’exaspération.

Quant aux Américains, on me donne aujourd’hui le chiffre de trois cent mille combattants (vingt divisions). Bien que celui qui me dit cela soit fort bien placé pour le savoir, je ne crois cependant pas tout à fait à ce nombre de combattants. Je doute qu’il y en ait autant de prêts. En tout cas, il est absolument certain que les envois ont été doublés et que le mois prochain on compte en voir arriver cent vingt mille, mais ils arrivent nus, comme je crois te l’avoir dit, c’est-à-dire qu’il faut les équiper complètement. Tout ça représente du temps, des difficultés auxquelles il faut ajouter la préparation nécessaire.

J’ai eu aujourd’hui le récit d’une petite histoire bien suggestive et qui montre sous leur vrai jour les amis de Cochin au Vatican et ceux de nos hommes politiques au Quirinal :

Nous apprenons tout à coup que le Custode [2] en Palestine refuse de rendre les honneurs à la France. Le haut-commissaire [3] se plaint, et, ici, on fait venir le cardinal Amette, on lui demande de s’enquérir à Rome et de faire cesser ce scandale. Mgr Amette répond que l’évêque de Périgueux [4] part pour Rome et demandera au pape lui-même des explications. Mgr de Périgueux arrive en effet à Rome et sait parler au Saint-Père sans doute le langage qu’il convenait, car Benoît signifia à Gasparri, auteur de l’attitude du Custode, d’avoir à télégraphier au Custode l’ordre formel de rendre les honneurs à la France. Quelques jours se passent et l’on apprend avec stupéfaction que le gouvernement italien a refusé de transmettre la dépêche, le Custode étant un moine italien. Mgr de Périgueux retourne chez le pape qui exigea du gouvernement l’envoi de la dépêche et fit valoir les droits que lui conférait la loi des garanties.

Comme Gasparri aime la France et comme la Consulta est dévouée à ses Alliés.

À toi.

Et

[1] Morff. Journaliste. Correspondant du journal Des Basler Nachrichten.

[2] Le Père Ferdinando Diotallevi, franciscain, est custode de Terre sainte de 1918 à 1924. Cf. lettre des 29-30 avril 1918.

[3] Le haut-commissaire de France en Palestine est alors François Georges-Picot (1870-1951).

[4] L’évêque de Périgueux est alors Maurice-Louis Rivière (1915-1920).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.