21 avril 1918

21 avril 1918

 

Bidou est venu ce matin avant de repartir pour les lignes britanniques. Ses propos ne sont pas du tout ceux dont il écrit l’expression. Il y a beaucoup moins d’optimisme. Pour lui, la situation est plus qu’indécise. On ne sait où les Allemands attaqueront, trois attaques sont préparées. Quelle sera celle qui sera choisie, nul ne peut le dire. En tout cas, si le malheur voulait que nos ennemis prennent Abbeville, la situation deviendrait sérieuse car il n’y a plus aucune route entre la mer et Abbeville. Pendant qu’il me disait cela, je ne pouvais m’empêcher de penser à l’article imbécile de Rousset plaisantant l’ignorance géographique des Allemands qui avaient l’imbécillité de prendre Abbeville pour un port ! Rien n’est plus port qu’Abbeville. En tout cas, pour notre grand stratège, la solution est proche mais nul ne peut dire ce qu’elle sera. Il nous a donné un détail assez curieux, c’est que les Allemands, dans leur désir de vaincre à tout prix, ont préféré employer leurs divisions qui avaient six jours de marche dans les jambes étant à cent vingt kilomètres à l’arrière, que les lancer tout à fait fraîches et reposées afin de bénéficier de la surprise.

Il nous a dit aussi que les Anglais n’avaient été en réalité enfoncés qu’une fois, la seconde percée a été due aux Portugais. Les divisions britanniques étaient au repos à l’arrière alors que le Portugal tenait le secteur. Officiers en tête, l’armée portugaise prit le chemin de l’ouest et les divisions britanniques virent les Allemands à quarante mètres. Dans le fond, ce fut quelque chose comme le Caporetto. Je me demande si la révolution portugaise n’y est pas pour quelque chose, tu sais que ce mouvement fut parfaitement boche et les officiers portugais se sont peut-être demandés s’ils avaient intérêt à résister. Tout bien pesé, ils auront pris la fuite, peut-être avec les bons conseils de Lisbonne et les promesses allemandes.

Je suis encombré de réclamations de toute nature à cause de la fameuse loi du rajeunissement des cadres. Je crains que la faveur ne s’exerce là comme ailleurs et que cette loi n’ait été une guillotine pour tous les officiers considérés comme indésirables par le cabinet Clemenceau, Mandel, Mordacq & C°. Le Figaro a publié ce matin la lettre d’un officier indigné, et, ce matin, j’avais une quantité de réclamations d’abonnés. Le peu que j’ai vu de ces exécutions autour de moi ne m’inspire en effet nulle confiance. Tout ce qui était au front me paraît sacrifié en faveur de tous les satellites gravitant autour du soleil.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.