31 mars 1918

31 mars 1918

 

J’ai beaucoup regretté que tu ne soies pas resté car Jean Decrais est venu et nous a apporté quelques détails des plus intéressants qui confirment absolument la manière de voir de Raoul de Thomasson. Comme tu le sais, Jean Decrais a été longtemps à Versailles où il a assisté à toutes les discussions au sujet de la fameuse armée de manœuvre qui n’existe pas. Il nous a donné des détails sur les discussions à ce propos, discussions dans lesquelles on s’est heurté à l’entêtement complet des Anglais. J’ai vu, nous a dit notre ami, tous les Anglais les uns après les autres, Douglas Haig, Wilson, Robertson, etc., je n’ai jamais vu pareille… simplicité. Ils vous posent des questions d’enfants de quatre ans. Pour l’armée Foch, Douglas Haig s’est opposé, n’en voyant pas la nécessité [1]. Ce qu’il y eut de curieux aussi, ce fut la façon dont on prit l’affaire. On nomma une commission exécutive chargée de réaliser les conditions. Pendant ce temps-là, Foch s’impatientait et prévenait qu’on n’aurait pas le loisir nécessaire pour élaborer cette mesure avant le départ des Allemands. Rien n’y fit. Les Italiens demandaient des délais pour prévenir leur gouvernement et les Anglais s’obstinaient. Foch dit aux Italiens : Mais croyez-vous que, lorsque j’ai envoyé dix divisions en Italie, j’ai prévenu mon gouvernement ? – Vero – vero, mais les Anglais n’ont pas bougé. À l’heure actuelle, comme le disait T., il n’y a pas plus d’armée Foch que sur ma main. Il faut ajouter que notre Pétain n’a jamais vu d’un œil favorable les actes du comité, et, dans cette question-là spécialement, son plan était tout autre. Quant à Clemenceau, c’est lui qui est l’auteur de la soumission aux Anglais. Pour ces derniers, il n’a été que sourire et amabilités, leur donnant raison contre les nôtres et à Londres, grâce à cette attitude, rien n’a été fait. Mon ami, en la circonstance, me dit : Je me souviens de ce que tu m’as dit il y a six mois, je crois que tu avais raison.

Veux-tu un propos d’un général auquel quelqu’un demande s’il a pu, au cours du voyage à Londres, parler avec le Tigre, parler d’une petite question spéciale. « Croyez-vous, a-t-il dit, que Clemenceau condescende à parler à un officier français ? »

Retiens cela.

Ton vieil

Et

Eh bien, cela tombe [2].

[1] Dans une note à Clemenceau, Foch demande l’extension des pouvoirs qui lui ont été accordés à la conférence de Doullens le 26 mars 1918.

[2] Paris est à nouveau bombardé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.